Ville sans voitures : Oslo passe à la vitesse supérieure

Pour devenir une ville sans voitures à l’horizon 2019, Oslo met les petits plats dans les grands et imagine une ville qui s’adapte entièrement pour les transports en commun.

Rédigé par Isabelle Allard, le 3 Aug 2016, à 8 h 00 min

L’interdiction des voitures particulières dans le centre-ville d’Oslo a été annoncée pour 2019, à grands renforts de communication, par la municipalité d’Oslo nouvellement élue en octobre 2015. Cette annonce en avait fait sourire certains, effrayé d’autres, notamment les commerçants norvégiens. Ce n’est plus aujourd’hui, et fort heureusement, une vaine promesse électorale !

Oslo ville sans voitures en 2019

En effet, depuis janvier 2016, la conférence de ROM (un important groupe immobilier norvégien), et la présentation en images du nouveau centre ville, la municipalité d’Oslo s’active pour mettre en oeuvre Oslo sans voitures, un projet urbanistique novateur qui devrait radicalement transformer la capitale norvégienne et rendre la voiture complètement superflue sans mettre en péril le dynamisme économique de la capitale.

Un projet mené conjointement par ROM et NSB

Impulsé par une population désireuse d’en finir avec les émissions carbone, soutenu par une classe politique volontaire et qui souhaite jouer un rôle exemplaire en plaçant l’éthique au-dessus de son intérêt de grande puissance pétrolière, ce projet urbanistique sera mené par ROM , un groupe immobilier dont l’actionnaire majoritaire n’est autre que la NSB, la société des chemins de fer norvégienne. Cette composante fait aussi la toute la singularité du projet norvégien mais aussi son caractère tangible.

ROM-konferansen banner med tittel

Présenté en janvier 2016, lors d’une conférence baptisée « Oslo sans voitures, utopie ou réalité ? », le projet prévoit la restructuration de 730.000 m2 d’espace urbain, incluant des habitations, des bureaux, des commerces, des monuments historiques mais aussi des stations de transports en commun qui représentent une part importante du projet urbanistique. Pour que la voiture devienne superflue, la proximité des transports en commun, les pistes cyclables et les allées piétonnières sont des point cruciaux, et la ville d’Oslo a décidé de miser sur un travail collaboratif efficace entre des constructeurs immobiliers et des créateurs d’infrastructures de transport pour un projet de ville harmonieux et tenable.

Une ville résolument conçue et tournée vers les transports en commun

On estime aujourd’hui qu’environ un tiers des bâtiments de la zone concernée abriteront des infrastructures de transports en commun. Ci-dessous le projet de la nouvelle gare d’Oslo qui accueille aujourd’hui 250.000 passagers par jour et devrait en recevoir 375.000 à l’horizon 2030, un défi que la capitale a décidé de relever en installant, par exemple un nouveau terminal de bus qui facilitera l’acheminement des voyageurs vers leurs destinations et relativiser l’intérêt de la voiture particulière.

Si le quartier de la gare est clairement l’un des points forts du projet urbanistique, ce n’est pas le seul à bénéficier de cet élan écologique. En effet, d’autres quartiers comme celui situé près de la gare de Grefsen sur la ligne de Gjøvik (6 km nord est d’Oslo) sont également impactés par cette politique active des transports en commun.

grefsen

L’éco-quartier de Grefsen ©Oslo-cracker

Cette ligne, l’une des plus saturées de Norvège est déjà suppléée par des lignes de bus et deux lignes de tram qui contribuent à faire de ce quartier situé à équidistance des zones récréatives et du centre ville d’Oslo, un petit havre de paix à l’abri des moteurs vrombissants. Cette politique de transports en commun très dynamique associée à ses ambitions écologiques devrait faire d’Oslo, dans un avenir proche, une agglomération eco-friendly et une capitale exemplaire en matière d’environnement.

Architecture innovante et eco-friendly

Mais réinventer une ville conjointement à une politique active des transports en commun va de pair avec des constructions innovantes et respectueuses de l’environnement. La ville applique déjà ces principes de construction eco-friendly à l’ensemble des nouveaux bâtiments de la capitale, aussi bien aux habitations résidentielles qu’aux bureaux et commerces du centre ville.
L’utilisation de la certification « BREEAM » garantit l’utilisation de matériaux durables et de méthodes de construction respectueuses de l’environnement.
L’immeuble qui accueille les bureaux de NSB dans le centre-ville d’Oslo est le premier bâtiment norvégien à avoir obtenu le label « excellent » de la BREEAM NOR, il a également obtenu le prix de l’architecture en 2014.

nsbkonsernet

Le bâtiment de la NSB ©NSB

Pour tenir son engagement écologique et offrir à ses citoyens une capitale sans voiture, Oslo ne lésine donc pas sur les moyens et met tout en oeuvre pour s’affirmer comme un modèle pragmatique qui devrait en inspirer beaucoup d’autres, enfin on l’espère !

Photo de couverture : la gare d’Oslo telle qu’elle devrait être en 2019.
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Végétarienne et contemplatrice de naissance, attirée depuis mon plus jeune âge par les lettres et les âmes de papier, j’ai assez naturellement opté...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Tg

  2. bite

Moi aussi je donne mon avis