Vélos à hydrogène : découvrez les villes pionnières

Dans la course à la mobilité moins polluante car électrique, l’hydrogène comme vecteur énergétique semble avoir laissé la première place ces derniers temps au modèle de la batterie. Reviendra-t-il par la bande, avec les bicyclettes en test à Saint-Lô et Cherbourg ?

Rédigé par Stephen Boucher, le 12 Dec 2017, à 10 h 30 min

L’électricité envahit notre mobilité, promettant des véhicules moins polluants, là où ils roulent, mais aussi en termes d’empreinte écologique globale. Les vélos électriques notamment sont très populaires, les ventes ayant augmenté d’un tiers en 2016 par rapport à 2015. La difficulté pour la propulsion électrique reste toutefois le stockage de l’énergie. À Saint-Lô, petite commune normande, et à Cherbourg dans la Manche, 20 vélos électriques utilisant un pile à combustible à hydrogène, sont testés depuis le 11 décembre, avec l’objectif à terme d’en déployer 100.

Livrés par la PME basque Pragma, ces tout premiers vélos à hydrogène seront utilisés à Saint-Lô et Cherbourg par les employés de l’hôpital ainsi que ceux d’une TPE locale. Ils seront proposés au printemps prochain au grand public.

Cher mais plus performant que le vélo électrique à batterie ?

Ressemblant à un Vélo Solex blanc des temps modernes, ces bicyclettes d’un nouvel âge pèsent la bagatelle de 25 kg, soit le poids d’un vélo électrique (très) lourd. Elles coûtent aujourd’hui, selon l’AFP, 7.500 euros à l’achat, avec la perspective de réduire le prix à 3.500 à l’horizon 2020, avance le constructeur. Le projet est aujourd’hui soutenu par l’Ademe.

Ce vélo présenterait toutefois de nombreux avantages, selon le constructeur, par rapport à un vélo électrique à batterie ordinaire : temps de recharge considérablement réduit (3 minutes à la « pompe » à hydrogène, contre 2 ou 3 heures pour un vélo) et autonomie accrue (100 contre 50 km).

Dans les deux cas, c’est zéro émission polluante au point d’usage, et des émissions faibles globalement, selon le mode de production de l’électricité choisi.

Les vélos nécessitent l’installation de bornes de recharge en hydrogène, compliquant le déploiement d’une telle solution à plus grande échelle. La ville de Saint-Lô a ainsi prévu une « station de recharge pour vélo à hydrogène ». L’hydrogène fourni est obtenu par transformation de l’eau de la ville… en utilisant de l’électricité.

Savez-vous combien se vendent de vélos électriques en France chaque seconde ? Découvrez-le sur le Planetoscope, le site où l’on voit la planète vivre en temps réel.

Illustration bannière : Vélo électrique à hydrogène – capture d’écran YouTube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
Comparateur d'assurance
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,
    Bravo pour vos articles que je viens de découvrir.
    Concernant le vélo à hydrogène,je suppose que la batterie tampon récupère et stocke l’énergie libérée lors des ralentissements du moteur.
    A combien est évalué le coût utilisateur pour une recharge rapide d’hydrogène et quel est le différentiel en autonomie km possible par rapport au vélo électrique classique.
    https://portail-vae.blogspot.fr/

    • Séverine Bascot

      Bonjour Michel et merci pour votre commentaire encourageant. Pour tous renseignements techniques, nous vous conseillons de visiter le site du fabricant, pragma-industries, qui au besoin pourra répondre très précisément à vos questions.

  2. On entendait le même genre de raisonnement pour les voitures électriques : Prix exorbitant, autonomie nulle, on en parle depuis des années… et dans les prochains décennies, ce sera quasi le seul type d’énergie sur les véhicules.

    Alors laissons le temps à l’hydrogène de se tester, d’évoluer et de se construire un modèle économique viable.

  3. Absurde. Totalement absurde. 100 km d’autonomie, c’est ce qui est proposé sur la plupart des vélos électriques à 1500 euros aujourd’hui (et non 7500 euros). La pompe à énergie, c’est la prise électrique du domicile ou du bureau, rien de plus simple. La recharge en 2 heures n’est pas utile, un vélo étant rechargé principalement la nuit !
    Combien d’énergie fossile faut il pour produire un litre d’hydrogène ?
    A terme, l’énergie d’un vélo électrique pourra être (est déjà) produite par son utilisateur.
    Assez d’intox. Les initiés se rappeleront de l’intox de la voiture à air comprimé de MDI, qui a fait rêver pour rien nombre d’entre nous. Le problème, c’est que hydrogène, çà fait « High Tech ». Alors Basta !

Moi aussi je donne mon avis