L’usine L’Arbre vert envahie par les arbres et les moutons

Rédigé par Hannah, le 1 Jul 2014, à 16 h 03 min

L’Arbre Vert est N°1 français des produits d’entretien écologiques avec plus de 3 millions de foyers acheteurs en 2013. Pour mieux les communiquer, elle a décidé de s’appuyer sur la rénovation de son site de production centenaire. Avec une approche RSE a donc engagé son usine dans une démarche pour améliorer ses performances environnementales, mais aussi en la dotant d’un immense cadre de verdure dans une usine de plus de 100 ans.

 Reverdir un site industriel ancien

arbre-vert-usine
L’Arbre Vert s’est fait connaître par ses produits, des produits pour l’entretien de la maison (produits d’entretien, soin du linge, vaisselle) et l’hygiène pour toute la famille. Ses valeurs sont le respect de la personne et de l’environnement.

Le lourd passé industriel de ce site centenaire, pourtant certifiée ISO 14001 depuis 2008 , mais qui couvre 12 hectares à Saint-Benoît en Poitou-Charentes,  a donc été le point de départ d’un plan d’investissement  important. En 10 ans, 11,5 millions d’euros ont été consacrés à le rendre « propre ». Un investissement a été largement communiqué.

En 2013, la marque a collaboré avec l’association Noé Conservation, qui encourage le changement des comportements en faveur de la biodiversité, et a identifié  différentes pistes de travail.

arbre-vert-prairie-friche

5 moutons, 1 prairie, 1200 arbres sur le site de l’Arbre Vert

arbre-vert-plantationL’effort a porté, en priorité, sur la création et le développement d’un vaste terrain en friche, un poumon bucolique de 1600 m2 au coeur du site industriel.  Pour sa mise en place, L’Arbre Vert a fait appel à une association locale, Prom’Haies.

Fin 2013, 1200 plants d’arbres composés de 18 essences indigènes ont été ensuite introduits sur une autre parcelle (chênes, troènes, poiriers, sureaux et aubépines…).

En parallèle, la marque a dû travailler sur la nature des sols et réaliser un paillage pour conserver l’humidité nécessaire à la pousse. La marque communique même sur le coût de l’opération (3 600 €).

ecopaturage-arbre-vert-moutonLa pairie, la plantation et les moutons qui servent de tondeuses, sont des arguments tout aussi forts que les produits eux-mêmes pour construire l’image vertueuses d’une marque engagée.
Que pensez-vous d’un tel investissement ? Sa communication est-elle susceptible de donner une meilleure image de la marque ?

*

Je réagis

Le dossier Arbre Vert

Entretien écologique : 6 recettes naturelles

La lessive écologique

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




8 commentaires Donnez votre avis
  1. Personnellement, grâce à votre article qui me montre que cette société est prête à investir « à fond » dans la nature en s’impliquant vraiment, je pense que j’essairai à l’avenir d’acheter cette marque.

  2. Gros problème aujourd’hui avec mon PC pardonnez moi donc la répétition,

    Des modèles d’entreprises écologiques ont déjà été proposés ne serait ce qu’à travers les publications de Georg Winkler. L’idée de l’écologie dans l’entreprise
    ressemble un peu à la ville bâtie à la campagne. Toutefois rien de courtelinesque dans l’amélioration du cadre extérieur d’une usine. Imaginons la différence entre une pause pelouse et arbres et une pause béton et acier!!!

    Il ne s’agit pas que d’une image, mais d’une réelle condition de travail!

  3. Des modèles d’entreprises écologiques ont déjà été proposés ne serait ce qu’à travers les publications de Georg Winkler. L’idée de l’écologie dans l’entreprise
    ressemble un peu à la ville bâtie à la campagne. Toutefois rien de courtelinesque dans l’amélioration du ca

  4. Des modèles d’entreprises écologiques ont déjà été proposés ne serait ce qu’à travers les publications de Georg Winkler. L’idée de l’écologie dans l’entreprise
    ressemble un peu à la ville bâtie à la campagne. Toutefois rien de courtelinesque dans l’amélior

  5. Comment se fait-ce qu’une marque comme celle-ci ne soit ISO 14001 que depuis 2008 ??

  6. Bonjour,
    Première remarque au journaliste : un petit effort grammaticalo- orthographique SVP ?
    Sur le fond, je pense qu’il faut saluer ce genre d’initiative en tentant d’analyser (oups, ambitieux) ce qui se serait passé si ça n’avait pas été et séparer le « green washing » du vrai « green »
    Dans ce genre de chose, ce qui est très difficile je pense (et j’en suis sans doute en tant que consommateur le premier responsable) est le suivi à long terme.
    Au delà de l’effet d’annonce, quel réel impact positif ?
    Ce sidi (!) je préfère ce genre d’initiative à l’installation d’un forage pour gaz de shiste …
    Nous vivons dans le monde réel … fait donc de compromis

  7. y’en a marre de toute cette culture de l’ « image », culture de pub, propagande et réclame, changer de modèle économique ce serait peut-être d’abord être moins obsédé par l' »image » et la puberie !

    • je ne serai pas aussi radical, toute action allant dans ce sens doit être saluée, maintenant et n’etant pas naïf, il serait encore plus intéressant de savoir ce qui se passe dans l’entreprise elle même.. tant au plan écologique que social

Moi aussi je donne mon avis