Une centaine de médicaments qu’il vaut mieux éviter

Une centaine de médicaments listés par la revue Prescrire seraient considérés comme dangereux voire inutiles.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 27 Jan 2017, à 9 h 55 min

Considérée comme indépendante des laboratoires et des autorités administratives, la revue médicale Prescrire a établi une liste de médicaments à éviter en raison des risques « disproportionnés » qu’ils feraient courir aux patients. Parmi ces médicaments déconseillés, 82 sont vendus en France, pouvant entraîner des risques graves voire mortels.

91 médicaments aux risques injustifiés

La revue médicale a diffusé sa liste noire le 26 janvier 2017, recensant 91 médicaments. Dans cette liste, sont inclus les médicaments autorisés au sein de l’Union Européenne, ainsi que ceux qui sont analysés au cours de cette même période. Plusieurs traitements contre le cancer, le diabète, l’arthrose, la maladie d’Alzheimer ou encore les nausées et vomissements sont critiqués, qu’ils aient été mis récemment ou non en vente sur le marché.

« La persistance des firmes à les commercialiser et l’inertie des agences du médicament qui tardent à les interdire totalement exposent les patients à des risques injustifiés », ajoute la revue. Certains médicaments exposent les patients à des troubles cardiovasculaires graves voire mortels, c’est le cas de décongestionnants comme la pseudo-éphédrine, utilisée pour traiter le rhume.

Certains médicaments ont fait l’objet d’un retrait d’AMM

Selon Prescrire, des médicaments utilisés pour soigner les maux de gorge tels que le Muxol ou le Bisolvon sont inefficaces et peuvent même entraîner des réactions allergiques et cutanées graves, parfois fatales. Parmi les médicaments recensés sur la période allant de 2013 à 2016, seule une dizaine ont été suspendus ou ont fait l’objet d’un retrait d’autorisation de mise sur le marché (AMM). Selon la revue Prescrire, il s’agit de « décisions prises beaucoup plus souvent par l’Agence française du médicament ANSM que par l’Agence européenne du médicament (EMA) ».

Enfin, Prescrire cite également l’exemple du gel anti-inflammatoire kétoprofène, qui expose les patients à des « photoallergies graves » correspondant à des brûlures en cas d’exposition au soleil et qui n’est pas plus efficace que les autres anti-inflammatoires. Cette liste noire fait l’objet d’un dossier spécial dans le numéro de février de Prescrire, accessible directement sur son site.

Illustration bannoère © Kenishirotie – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




4 commentaires Donnez votre avis
  1. Effectivement ! sans la liste l’article n’est pas crédible…

  2. meme sur le site prescrire je n ai pas trouver la liste , pas plus sur que choisir , j en deduis que personne ne veut se mouiller de peur du proces que pourrait faire un labo;on aimerait pourtant la connaitre la liste conso globe prenez vos responsabilite VOUS N EN SERIEZ QUE PLUS CREDIBLE!!!

  3. Bonjour,
    Mais où peut-on voir la liste des médicaments ?

    • c’est vrais il faudrait avoir la liste bien beau tout ça

Moi aussi je donne mon avis