Travailler de nuit affecterait la fertilité des femmes

Travail de nuit et horaires décalés sont autant de facteurs qui peuvent nuire à la fertilité des femmes, selon une récente étude.

Rédigé par Sybille de la Rocque, le 9 Feb 2017, à 9 h 15 min

Les femmes qui ont des horaires atypiques ou dont les conditions de travail impliquent des efforts physiques importants auraient, selon une étude américaine, moins de chances de concevoir un enfant.

La fertilité des femmes est lourdement impactée par leur activité professionnelle

Exercer un métier physique nuirait à la fertilité des femmes, et le constat s’observerait également pour les femmes qui travaillent de nuit ou avec des horaires atypiques. Ces conclusions viennent d’être tirées par des chercheurs du Harvard School of Public Health, aux États-Unis, qui ont mené une première étude sur le sujet.

Selon ces derniers, les contraintes professionnelles exerceraient en effet une pression importante sur la fertilité et pour appuyer cette théorie, ils se sont penchés sur les cas de 473 femmes, âgées d’environ 35 ans et présentant toutes des problèmes pour avoir un enfant. Dans leur article, publié dans la revue Occupational and Environmental Medicine, les scientifiques ont remarqué que les femmes dont le métier impliquait de porter des objets lourds avaient, en moyenne, 14,5 % d’ovocytes matures en moins que la plupart des femmes.

fertilité et condition de travail

Les conditions de travail peuvent affecter la fertilité © Photographee.eu Shutterstock

Davantage d’études devront établir l’origine du lien entre travail et fertilité

En outre, et parmi toutes les participantes, celles qui avaient des horaires de nuit, ou variables, présentaient également moins d’ovocytes matures, et ce même après stimulation ovarienne. « Ces résultats ont des implications médicales, car les femmes avec moins d’ovocytes matures auront moins d’ovules capables de se développer en embryons viables », expliquent les chercheurs.

Reste désormais à comprendre comment ces mécanismes s’établissent. Car si le lien entre profession et fertilité a été établi, les auteurs de l’étude avouent ne pas avoir découvert l’origine exacte de ce mécanisme. D’autres études, plus poussées et sur un échantillon de participantes plus large, devront maintenant être menées.

Illustration bannière : Test de grossesse- © stock-Asso Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis