Toilettes à séparation : des toilettes sèches sans sciure

Le marché des toilettes sèches est encore synonyme d’inconnu pour de nombreux Français. A l’évocation du concept, certains imaginent un retour vers des toilettes spartiates au fond d’un jardin, d’autres voient en l’installation un système non fiable, une petite pièce odorante dans laquelle se mélange un manque d’hygiène à l’odeur de sciure de bois. Mais les toilettes sèches, ce n’est pas ça.

Rédigé par Aurore, le 2 Nov 2011, à 18 h 18 min

Les toilettes à séparation, qu’est-ce que c’est ?

Qui dit toilettes sèches ne dit pas forcément utilisation de sciure. Pour aller encore plus loin dans l’économie et ne plus utiliser ni eau, ni sciure, les toilettes à séparation apparaissent comme une bonne solution.

Toilettes à séparation : qu’est ce que c’est ?

Les toilettes sèches à séparation, comme leur nom l’indique, séparent les excréments de l’urine.

L’utilisation de ce système est pratique à plusieurs titres : non seulement il ne dégage pas de mauvaises odeurs comme certains peuvent le penser, mais en plus il permet de « vider » la litière moins souvent que pour des toilettes sèches avec sciure. Cela peut s’avérer intéressant pour ceux qui recherchent une moindre contrainte ou pour les personnes âgées par exemple.

Toilettes à séparation : l’exemple de Ecodomeo

fonctionnement des toilettes Ecodomeo

Les toilettes ECODOMEO sont révolutionnaires dans le sens où elles ne nécessitent pas d’eau, ni même de vidange.

Innovantes, ces toilettes à séparation utilisent la gravité et un tapis roulant pour éviter à l’utilisateur de s’occuper de la vidange des toilettes. Cela supprime la tâche qui représente souvent le frein principal pour ceux qui hésitent à franchir le pas des toilettes sèches. Ainsi, lorsque vous utilisez les toilettes ECODOMEO, les urines glissent et tombent dans un système d’évacuation des eaux usées tandis que les matières solides sont transportées vers la pièce de compostage.

Dans cette pièce, les matières fécales sont assimilées par des lombrics qui transforment le tout en compost. Les lombrics en question se développent seuls et sont introduits dans la pièce à compost au moment de l’installation des toilettes.

Un produit éco-conçu made in France

Installée en Drôme Provençale, la société Ecomodeo est tout jeune puisqu’elle a été créée en 2009.

Les toilettes Ecodomeo sont conçues et fabriquées localement, et rien qu’en France. Les premiers prototypes installés fonctionnent aujourd’hui très bien, sans accident ou dysfonctionnement à déplorer.

Aujourd’hui, Ecodomeo assure que les germes pathogènes pouvant être véhiculés par les excréments ne représentent plus aucun  risque sanitaire après assimilation de la matière par les lombrics.

Les toilettes ne peuvent être installées dans les immeubles aujourd’hui mais sont parfaitement adaptées aux maisons individuelles, au rez-de-chaussée comme à l’étage.

Et si l’urine est aujourd’hui envoyée dans les eaux usées, Ecodomeo travaille à un nouveau modèle qui pourrait permettre de récupérer l’urine qui pourra ensuite être utilisée dans le jardin comme engrais du fait de sa teneur en azote.

Bref, Ecodomeo permet de diminuer la consommation d’eau d’un foyer de 30 % environ, tout en supprimant près de 80 % de la matière solide des eaux usées du domicile. Seul hic, le prix à l’achat du dispositif, environ 2.000€…

*

La suite p.3> Toilettes sèches à séparation et toilettes sèches à composteur

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

19 commentaires Donnez votre avis
  1. le prix

  2. Bonjour,
    Avez-vous des combines pour éviter que le collecteur d’urines (toilettes à séparation) ne se bouche!
    Merci

  3. j’ai construit un WC à séparation depuis 5 ans , et j’en suis fier , le sceau se trouve dans le vide sanitaire, à changer tous les mois pour 2 personnes , je n’avais pas d’autres solutions , en bout d’un village sans tout a l’égout et terrain inondable .

    • Bonjour,
      Peut-on en savoir plus car je voudrais faire pareil, mas pas beaucoup d’idées.

  4. bonjour et merci de vos informations cela m’aidera pour la suite de mes travaux;amicalement fleurian du dept 62

  5. Je teste depuis 1 an toilettes a litière bio maitrisée pour un cout ne dépassant pas les 50 euros.
    J’utilise : sciure de bois + ema* + starter bokashi + 1 seau de 10 litres.
    that’s all.

    * EMA : « Effective microorganism activated »

    process
    un fond de sciure dans le seau (5 cms)
    des fèces + urine
    recouvert d’1 poignée de starter bokashi (ema + molasse + son de blé fermenté 1 semaine)
    le tout recouvert de 2 poignées de sciure de bois.

    Rempli en 1 semaine pour 1 personne.
    A mettre sous le compost de feuilles, herbes, déchets fruits et légumes.
    Arroser d’EMA (200 cl)
    Est transformé en terreau en 3 semaines en milieu tropical humide.

  6. A la suite d’une rénovation nous avons installer une toilette à séparation Separett. Cela fait 5 ans.
    Retour sur experience :
    Avantage :
    – nous avons pu mettre en place une phytoépuration de petite taille (6 fois moins importante qu’avec des toilettes normales donc un gain de place et d’argent.
    – nous economisons de l’eau
    – nous avons du compost mais je n’ose utiliser celui-ci a part pour les fleurs.

    Inconvenient
    – social : le moindre gouter d’anniversaire ou autre rencontre demande des explications, de la pedagogie et ce type de wc n’est pas apprécié par pas mal de personne (jeune et moins jeune)…
    – vider le sceau, meme si c’est moins souvent qu’avec la sciure c’est tout de même tous les 15 jours maxi à 4 personnes.
    – hygiène, c’est moin clean qu’ un toilette normal
    – l’urine a bouché la canalisation malgré l’utilisation de pastille d’urinoir.
    – enfin odeur, on a fait deux installations differentes et toujours des odeurs desagreables.

    Nous avons donc decidé d’arrêter et de reinstaller des wc classiques.

    Les débats sur Internet sont souvent passionés et cachent souvent la réalité…

    Ce ne sont pas les lobbies qui m’ont fait remettre des toilettes normales 😉

    Pour ceux qui sont interessé, je vends notre toilette separett toujours en tres bon etat 🙂

    • Bonjour,
      Je cherchai des infos sur le separet et je suis tombée sur votre mail… utilisant depuis un an des toilettes sèches, dans l’objectif d’une construction je pense au séparet pour limiter la quantité de compost… je me demande si le fait d’expédier les urines vers l’extérieur et non pas dans l’évacuation peut être 1 solution pour limiter les odeurs ; je serais intéressée par votre retour là-dessus…et également pour connaitre le prix auquel vous cédez vos toilettes…
      D’avance merci.

  7. Bravo pour cette initiative médiatique…mais je crains fort que les lobbys de l’eau et de la chimie n’entravent cette avancée…

  8. Les toilettes sèches, certes, c’est un idéal. Mais de plus en plus difficile à concevoir à mesure que les années s’ajoutent aux décennies. Coûteuses également et pas toujours adaptables aux anciennes maisons. Pour ma part, soucieuse d’économiser l’eau j’ai trouvé un « biais »: un arrosoir en permanence dans ma salle de bain me permet de recueillir tous les soirs l’eau froide qui sort de la douche – environ 8/9 l- avant l’arrivée de l’eau chaude. Cette eau est utilisée en remplacement de la chasse d’eau (les toilettes étant juste à côté de la douche). Ce n’est pas l’idéal mais c’est une alternative en attendant mieux.

  9. Bonjour,
    En ce qui concerne les résidus pharmaceutique et hormonaux, comme le dit Geoffroy, la dégradation est en effet beaucoup plus effective dans le sol grâce aux micro organismes que dans l’eau. Il existe une étude à ce sujet (Winker, 2009) qui montre que des résidus pharmaceutiques peuvent être assimilés par les plantes mais pas dans les concentrations retrouvées dans les urines humaines. Ces concentrations en hormones et anti biotiques sont d’ailleurs bien moindre par rapport à celles contenues dans les fumiers des animaux qui sont épandus.
    Le risque lié à l’absorption de ces résidus par les plantes est donc bien moindre par rapport à celui de la pollution des nappes et des cours d’eau.

  10. Et si tout le monde commençait déjà par utiliser l’eau de pluie, au lieu de tirer bêtement la chasse d’eau! Certes, ça demande un petit effort supplémentaire, ça ne résout pas c’est vrai le problème du traitement des eaux usées, mais ça donne un résultat concret sur la facture d’eau. Et ça coûte 0€ d’investissement, contrairement à l’installation des toilettes sèches!!
    Les toilettes sèches, c’est comme les voitures électriques, tout le monde devrait en avoir, mais quasiment personne n’a les moyens de se les payer. Ca restera un gadget encore pour quelques années

    • j’ai fait installer dans ma maison neuve la récupération des eaux de pluie et je distribue donc dans 2 circuits ; l’eau de pluie pour les toilettes et la machine à laver et l’eau de ville pour le reste :on n’a pas le droit de faire davantage et cela ne m’a pas coûté 0€ !!!! la rentabilité n’était pas mon soucis majeur heureusement; parce que je n’aurais pas fait une bonne gestionnaire la dessus!!! ce qui veut dire qu’à par peut-être l’installer soit même ce n’est pas possible pour tous les budgets!!comme la voiture électrique et les maisons BBC qui devraient profiter de 5 années d’exemption de taxes mais on pousse les gens vers cette construction plus chère comme je viens de dire et à part 1 ou 2 régions l’exemption reste de 2 ans pour construction neuve

  11. ok pas besoin d’eau, mais que fait-on des médicaments, de la pillule que les stations d’épuration n’arrivent pas encore à traiter? et qui se retrouvent dans les rivières tout ça se retrouve dans votre compost et soignent vos légumes , on tourne en rond!!!peut-être que les personnes qui ont le courage d’utiliser ce genre de toilettes ne prennent ni la pillule ni ne se soignent!!!
    comme j’aimerai que tout cela soit résolu!! utopique je suis!!!

    • Aurore

      Jane,

      Le processus de compostage a pour effet bénéfique entre autres choses, d’éliminer en grande partie les traces de médicaments et de pilule.

      Une bonne nouvelle !

      Bonne journée

    • En effet le processus de compostage par augmentation de la chaleur (le coeur du compost peut monter jusqu’a 60°) détruit le molécules de médicaments et pilulle bien plus efficacement que ne pourrait le faire la meilleure des station d’epuration.

  12. Les toilettes sèches sont le futur, une telle économie d’eau a titre individuel, imaginons que tout les francais s’y mettent… Ca serait la fin du gaspillage d’eau potable dans nos toilettes, alors que dans d’autres pays ils leur en manque pour leur consommation.
    Une fausse image des toilettes sèches, y’a pas d’odeur ni d’insectes au alentour. Faut juste vider le seau, mais c pas plus lourd qu’un sac de course!!!
    Pensez au futur de la planète pour les enfants de vos enfants….

  13. super en habitant le 7ème étage

    • Aurore

      eEiotte,

      Vous avez raison, il est encore difficile aujourd’hui de se passer des toilettes à eau dans les immeubles et logements collectifs.

      Seules solutions pour vous, les toilettes à séparation du style Separett ou les toilettes sèches à litière bio-maîtrisée, mais il vous faudra trouver un endroit où vider le seau, un carré à compost collectif par exemple.

      Bonne journée

      Aurore

Moi aussi je donne mon avis