Pétrole en Amazonie : qui paiera le milliard de dollars pour les terres indigènes souillées ?

Plus d’un milliard de dollars doivent être trouvés pour nettoyer les terres indigènes de l’exploitation pétrolière en Amazonie péruvienne.

Rédigé par Pauline Petit, le 4 Aug 2017, à 10 h 25 min

Qui nettoiera les terres du Nord de l’Amazonie, au Pérou ? Les compagnies ne veulent pas payer les conséquences des dégâts commis par quatre décennies d’exploitation pétrolière. Les communautés indigènes, présentes sur ces terres, quant à elles, souffrent de graves problèmes de santé à cause des hydrocarbures.

1 milliard de dollars pour nettoyer l’Amazonie péruvienne

Le coût du nettoyage est estimé à un milliard de dollars. Un coût que ne veulent pas supporter la compagnie américaine Occidental, ni la compagnie locale Petroperu, qui exploitaient les deux principales concessions pétrolières.

Des conséquences désastreuses sur la santé des populations indigènes

Les impacts sur la santé et l’environnement sont terribles : rivières et animaux contaminés, épidémies, problèmes de peau, problèmes digestifs… “Les communautés indigènes du bassin de Loreto ont été endommagées par l’exploitation d’hydrocarbures depuis 45 ans. Des lacs remplis de pétrole, des animaux contaminés, les poissons morts, le désordre social et des mauvais traitements sur les hommes, les femmes et les enfants, parmi d’autres choses“, constatent les fédérations indigènes.

amazonie

Les rivières sont contaminées par le pétrole © The Chaikuni Institute

Les Amérindiens se sont battus pendant des années pour empêcher l’exploitation pétrolière, puis ensuite pour faire nettoyer ces terres. Le gouvernement péruvien a promis de les nettoyer en décembre dernier suite à une protestation qui a duré 117 jours. Un nettoyage de l’Amazonie qui devait commencer en 2017… Pourtant, rien n’a encore été effectué.

Un fonds de 15 millions de dollars a été levé pour ce nettoyage, bien insuffisant pour retirer tous les hydrocarbures des terres et des rivières indigènes.

En attendant, l’entité qui s’occupe des concessions, Perupetro, continue d’accorder des permis d’exploitation pétrolière dans la zone, comme à Pacific Stratus Energy qui exploite les filons depuis février. En juillet dernier, deux rapporteurs des Nations Unies ont sommé le Pérou d’arrêter ses concessions jusqu’à ce que “tout dommage environnemental ait été réparé” et que les droits des peuples indigènes au “consentement libre et informé soit garanti”. 

Illustration bannière : les communautés qui protestent – © The Chaikuni Institute
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis