Ces substances que nous cachent… les protections intimes

Une femme utilise plus de 10.000 serviettes hygiéniques, tampons et protège-slips au cours de sa vie. Mais savons-nous de quoi sont vraiment composées les protections intimes vendues dans le commerce ?

Rédigé par Elodie, le 20 Jul 2018, à 17 h 00 min

Tampons et serviettes : le cas de la dioxine

Le chlore utilisé pour blanchir les serviettes et les tampons, uniquement pour donner une image de pureté, réagit avec la viscose et induit la formation d’une substance très toxique et poison appelée dioxine. C’est la même qui se forme lors de la combustion de matériaux ou d’énergie fossile, et de la production du papier.

protections intimes

De la cellulose © Henri Koskinen

Cette dioxine, présente à l’état de traces plus ou moins importantes dans de nombreux produits liés à l’hygiène corporelle, entre alors en contact direct avec la peau et les muqueuses : serviettes en papier, mouchoirs, papier toilette, couches jetables, produits liés à l’hygiène féminine… Beaucoup sont touchés.

Selon Greenpeace, « la dioxine est l’une des substances synthétiques les plus toxiques jamais étudiée » et ses effets sur la santé des femmes pourraient inclure l’endométriose, des dysfonctionnements ovariens, une fertilité amoindrie, l’incapacité de mener une grossesse à terme, des changements hormonaux, et certainement le cancer.

En Europe, les autorités sanitaires ont déclaré inacceptable toute présence de dioxine et l’Organisation Mondiale de la Santé considère la dioxine comme une substance cancérigène.

Or la plupart des fabricants, qui n’ont pas l’obligation de mentionner les composants, soutiennent que la dioxine ne se retrouve pas en quantités « décelables » dans leurs produits. Mais tout dépend de la façon de mesurer et, puisque la dioxine peut s’accumuler dans le corps au fil des ans, même la plus infime quantité peut être nocive.

Rappel

Il n’existe pas de règlementation spécifique encadrant la composition, la fabrication ou l’utilisation des produits de protection intime. Les exigences de sécurité entourant ce genre de produits sont définies par la directive sur la sécurité générale des produits (CE) n° 2001/95/CE .

Une composition exacte inconnue

Dans les rayons, impossible de trouver la composition exacte des produits. Aucune des grandes marques n’a poussé le zèle jusqu’à mentionner les constituants de ses tampons ou serviettes vendus sur le marché, dans la plus grande ignorance des consommatrices. Seul Tampax se targue de le faire mais ne convainc absolument pas(2).

Un scandale ? On peut le dire, quand on sait que nombre de femmes rencontrent des difficultés à concevoir. Elles ne savent pas qu’elles s’empoisonneraient par le bas depuis leur plus jeune âge…

Lire page suivante : tampons et le syndrome de choc toxique

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Elodie est naturopathe... inutile de préciser qu'elle partage bien des valeurs mises en valeur ici ! En tant qu'éducatrice de santé, elle est convaincue que...

76 commentaires Donnez votre avis
  1. on nous donne vraiment nimportequoi dans ce monde, c’est à cause de toute ses petites choses que nous avons de plus en plus de problème.(maladies, infections, etc)tout ce que l’on touche ou ce que nous mangeons est toxique . si j’avais les gens qui fabrique autant de merde en face de moi je les fume , bande de salopard

Moi aussi je donne mon avis