Ces substances que nous cachent… les protections intimes

Une femme utilise plus de 10.000 serviettes hygiéniques, tampons et protège-slips au cours de sa vie. Mais savons-nous de quoi sont vraiment composées les protections intimes vendues dans le commerce ?

Rédigé par Elodie, le 18 Apr 2016, à 13 h 05 min

13 fois par an et 520 fois dans sa vie, les femmes voient le signe explicite que leur corps est prêt pour accueillir la vie : la muqueuse utérine se renouvelle et le sang menstruel fait son apparition. Depuis l’Antiquité, les femmes ont dû trouver le moyen de poursuivre leurs activités, même pendant la période des lunes. Les Égyptiennes utilisaient des bandes ouatées, les Romaines de la laine, les Japonaises du papier, et nos grands-mères des protections en chanvre pliées. Les serviettes hygiéniques jetables apparaissent au début du XXe siècle, les tampons dans les années 30.

La révolution des serviettes hygiéniques

Les progrès ne cessent dès lors de faire croître le marché : serviettes auto-adhésives, publicité, parfums… Sacré dans certaines civilisations, ce sang est aujourd’hui mal considéré en Europe où il est récupéré dans du plastique et jeté avec mépris. Summum du dédain qu’il inspire : on trouve dans les tampons et serviettes hygiéniques des résidus de nombreux produits toxiques, sans aucune mise en garde.

Protections féminines © Shutterstock

Protections féminines © Shutterstock

Des produits toxiques au plus près de l’intimité

La course à la matière la plus absorbante a obligé les fabricants à sophistiquer toujours plus leurs produits.

Les serviettes contiennent des gels dits « super-absorbants ». Il s’agit de cristaux de polyacrylate de sodium (ceux-là mêmes présents dans les couches ou les lingettes pour bébés), un polymère absorbant qui devient gel une fois humide et peut absorber jusqu’à 800 fois son poids en eau – on le trouve aussi dans les petits sachets blancs qui absorbent l’humidité.

Les tampons sont composés d’un mélange de coton (cultivé à grand renfort de pesticides toxiques) et de viscose (ou rayonne en anglais), une matière artificielle très absorbante, obtenue à partir de la pâte de cellulose des arbres.

De nos jours, les ingrédients toxiques contenus dans les tampons et les serviettes jetables incluent de l’aluminium, des alcools, des additifs de parfum (particulièrement irritants) et des hydrocarbures, sans oublier les pesticides. Pire encore, les procédés de blanchiment des tampons laissent des résidus de dioxine.

La paroi vaginale étant très absorbante, les substances chimiques qui composent ces produits jetables n’ont alors aucune difficulté à pénétrer l’organisme. Le problème est que le corps ne sait pas s’en débarrasser et qu’il accumule au fil du temps, toutes ces toxines dangereuses pour la santé.

Lire page suivante : tampons et serviettes, le cas de la dioxine

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Elodie est naturopathe... inutile de préciser qu'elle partage bien des valeurs mises en valeur ici ! En tant qu'éducatrice de santé, elle est convaincue que...

74 commentaires Donnez votre avis
  1. nous sommes dans un civilisation ou on nous sert n’importe quoi à la recherche de profits.heureusement aujourd’hui des études permettent de révéler quelques pans de vérité.
    je confirme que les serviettes hygiéniques ANGEL SECRET prennent bien soin de la santé féminine. elles sont pourvus d’une bande d’ion négatif qui permet d’oxygéner le milieu utérin de la femme, de tuer tout ce qui est bactérie et d’éliminer les odeurs et douleurs.
    00228 90 03 33 53

  2. Bonjour,
    Merci pour toutes ces informations que vous mettez à la disposition de toutes les femmes. Je voudrais simplement dire qu’aujourd’hui, à côtés des serviettes qui pendant longtemps ont été et continuent d’être la cause de plusieurs maladies chez les femmes, nous avons des serviettes hygiéniques antibactériennes,super absorbantes et super aérées qui nous épargnent de toutes maladies gynécologiques.

  3. n’en rajoutez plus, la coupe est pleine

  4. Bonjour,

    j’ai trouve ce sujet fort interessant tout comme tous ces commentaires aussi. Pour ma part je suis un homme tout aussi preoccupe par cette question car je suis ne d’une famille a majorite feminine 6 filles pour 2 gracons et dont 4 presentent des troubles gynecologiques qui sont averes etre dus a l’emploi de ces serviettes.

    Depuis un temps, j’ai eu a croiser une societe de MLM qui commercialise 3 types de ces serviettes a caracteres therapeutiques et qui depuis mes 4 soeurs victimes des douleurs lors de leurs cycles ne SOUFFRENT PLUS DU TOUT. c4etait vraiment incroyable, depuis lors elles ne s’en separent plus de ces produits. Je vous le recommenderai aussi. Ces serviettes sont nommees ANGELS SECRET et c’est un vrai miracle. Pour celles qui seraieni interesser par cela, priere de me contacter directement. Merci

  5. j’avais l’habitude de prendre des serviettes hygiéniques, comme beaucoup. Et j’ai commencé à ressentir des douleurs à chaque fois que j’avais mes règles, comme si mes organes descendaient… c’était affreux; quand je suis allée voir un gynéco, il m’a ausculté et prise pour une folle, bien sûr car il n’a rien vu.
    j’ai fini par comprendre que cela venait des serviettes, et j’ai tout abandonné, sans vraiment savoir les produits constituants car RIEN n’est indiqué (autre moyen de savoir, finalement, que ce n’est pas très sain,non ?) j’utilise mes propres serviettes, en découpant une serviette de bain et je vais beaucoup mieux !!
    à bon entendeuse

  6. trop tard pour moi, dommage(ménopausée plus de 4 as avant mes mère et aieules merci les ptalates, pourtant j’avais anticipé en reliant baisse de fertilité, problemes hormonaux dans les conséquances citées en me disant et pourquoi pas tant qu’on y est, avant qu’on se décide à mentionner cette cause de menosaloperiedemesdeux précoce…) j’aurais utilisé la coupe, sinon, quant aux Plim, le prix m’avait carrément refroidie… pour le moment je suis aux protege slips en coton natracare, j’vais souvent pertes blanches et irritations, plus rien !

  7. Merci pour votre information que j’ai partagé sur Facebook à l’ensemble des femmes de ma famille. Je savais que les tampons étaient source de développement de microbes variés par ma gynécologue qui m’avait conseillé de n’utiliser que des serviettes. De plus, vers la fin du cycle le sang se raréfie, et la texture du tampon ou la serviette crée une gène un inconfort. Décidément entre les problèmes liés à la prise des contraceptifs pas toujours adaptés à la personne (fait grossir, crée des problèmes variés)et ce que vous mettez en évidence sur les produits d’hygiène intime, les femmes doivent faire face à de nouveaux soucis. Il faudrait en informer la sécurité sociale et les médecins pour qu’ils puissent nous faire faire des contrôles et analyses chaque année.

  8. Bonjour,
    Très attentives à n’utiliser que ce qu’il y a de plus naturel, je tombe des nues en entendant parler pour la 1 ère fois à 54 ans des coupes menstruelles
    Dommage !

  9. utilisez la serviette medicalisée Lovemoon ou wincare de Winalite, la seule serviette irréprochable sur la base des critères sanitaires de l’OMS; mieux encore elle traite tous types d’infections et maladies déjà présentes grâce à son incroyable bandelette anionisée (vitamine de l’air). Expérimetez là et vous reviendrez témoigner sur cette même page. Numero:0022508919098 Email: wilfriedsedji@gmail.com

  10. Il existe une autre alternative: Le flux libre instinctif.
    Faire confiance à son corps. Il parait que nous sommes capables de retenir les menstruations jusu’au moment d’uriner. Donc en soi nous n’avons besoin ni de serviettes, ni de tampons, ni de coupes.
    Mais il faut vraiment se faire confiance et pratiquer pour y arriver. Mettre des protections revient à penser que notre corps ne se suffit pas à lui même. Hors le corps de la femme est très bien fait.
    Personnellement, j’ai tout essayé:
    les serviettes: inesthétique, polluant, « puant » et nocif pour le corps
    Tampons: un peu plus pratique et moins inesthétique mais encore une fois polluant et puant
    Les coupes: 1er essai: cata, deuxieme essai très concluant, mais depuis peu rien à faire ça ne tient plus, je ne sais pas pourquoi. Gros risque d' »accident » si mal mise. Mais avouons que c’est écolo, esthétique et économique. Pour le coté pratique je dirais que c’est vraiment pas terrible.
    Reste le flux libre instinctif: je m’y suis penché il y a peu. Pour le moment j’ai des progrès à faire mais quand on se fait confiance et qu’on ne voit plus les regles comme une tare, pouf: plus de douleurs, plus de règles aussi longues et abondantes.La serviette au début est indispensable car il ne faut rien introduire dans le vagin. Ensuite il faut essayer de les supprimer.
    Alors bon, le sang a coulé mais j’ai remarqué effectivement qu’une partie est éjectée pendant la miction. Le fait d’avoir une protection est aussi un frein à l’instinc naturel de retenir les fluides.
    Prochaine étape pour moi , se débarasser définitivement des protections !Je vais me renseigner sur la facon de procéder afin de progresser, car je pense que comme nous avons perdu l’habitude de nous écouter, et bien c’est un réel apprentissage à faire, une réeducation, et que ça ne se fait pas en un jour.

    • Bonjour,

      Je serais curieuse de connaître cette méthode de retention naturelle et d’évacuation naturelle.

      merci

    • Je suis aussi très intéressée. Si tu en sais plus, je veux bien des nouvelles !

  11. coucou,
    J’ai testé les serviettes en tissus réutilisable PLIM et c’est incroyable mais vrai!!!! déjà plus de fuite, super absorbante, mieux qu’une serviette en plastique jetable!!! très douce comme si on portait un slip, pas d’odeur, invisible, plus de irritations, d’ailleurs c’est la cause pour laquelle j’utilise ca aujourd’hui!! confortable, que demander de plus!!!! je regrette de ne pas les avoir utilisés avant!!

Moi aussi je donne mon avis