Cette start-up a trouvé une solution contre le gaspillage de médicaments

Une start-up bretonne a créé une application permettant aux pharmacies hospitalières de mettre à disposition les médicaments non utilisés, et ainsi de limiter le gaspillage de médicaments.

Rédigé par Émilia Capitaine, le 13 Aug 2017, à 9 h 55 min

Pour lutter contre le gaspillage de médicaments, une start-up bretonne a mis au point une application qui met en relation les pharmacies hospitalières françaises. Ces dernières ont accès à une cartographie des médicaments disponibles et peuvent acheter ceux dont elles ont besoin via la plateforme.

L’équivalent de 50 millions d’euros de médicaments détruits chaque année

Chaque année, les hôpitaux français détruisent l’équivalent de 50 millions d’euros de médicaments arrivant au seuil de leur date de péremption. Par ailleurs, certains traitements très chers (des anticancéreux, des antidotes ou des médicaments orphelins) ne sont pas utilisés jusqu’au bout : lorsqu’un patient décède ou est transféré dans un autre établissement, les hôpitaux se retrouvent parfois avec des médicaments dont ils ne savent que faire.

Pour lutter contre le gaspillage de médicaments et permettre une meilleure réutilisation, une start-up bretonne, baptisée MaPUI Labs, a trouvé une solution : permettre aux pharmacies hospitalières de mettre à disposition les médicaments non utilisés.

100 hôpitaux membres du réseau anti gaspillage de médicaments

L’idée de MaPUI Labs est simple : mettre en relation l’offre et la demande de médicaments grâce à une cartographie des médicaments disponibles. Les pharmacies hospitalières y trouvent leur compte : ainsi, comme le relate Le Parisien, le centre hospitalier de Saint-Malo a racheté à celui de Troyes deux flacons d’un médicament à 15.000 euros l’unité et le CHU de Rennes a racheté pour 8.000 euros de traitement à un hôpital dans La Manche.

En tout, près d’une centaine d’hôpitaux utilisent les services de MaPUI Labs. L’abonnement annuel coûte entre 1.000 et 15.000 euros, mais il est vite rentabilisé au regard des montants de certains médicaments échangés. « C’est gagnant-gagnant. On réduit le gaspillage de médicaments et les hôpitaux font des économies », estime Goulwen Lorcy, co-fondateur de MaPUI Labs dans les colonnes du Parisien.

À terme, la start-up espère que les 2.000 pharmacies hospitalières que compte la France seront connectées à MaPUI Labs. Outre l’échange de médicaments, l’application permet également à ses membres d’emprunter des médicaments et des dispositifs médicaux à d’autres établissements. Il est également possible de répertorier les ruptures d’approvisionnement et de les signaler au niveau des groupements hospitaliers de territoire.

Illustration bannière : des médicaments jetés ©alexskopje
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis