Sommet de l’ONU pour le climat , Greta Thunberg porte plainte

À l’ONU, les grands dirigeants de la planète peinent à s’engager pour le réchauffement climatique en présence de Greta Thunberg qui les a vertement interpellés.

Rédigé par Paul Malo, le 24 Sep 2019, à 11 h 35 min

En amont de l’Assemblée générale des Nations Unies, une soixantaine de dirigeants se sont engagés à une réduction accélérée des émissions de gaz à effet de serre, tandis que la jeune Greta Thunberg annonce intenter une action en justice.

Greta Thunberg annonce une action en justice

Dans un discours à l’ONU, la Suédoise Greta Thunberg a condamné l’inaction des politiques contre le changement climatique, au début du sommet consacré à ce sujet à New York, ce lundi 23 septembre.

La jeune Suédoise de 16 ans avec quinze autres jeunes a lancé une action en justice pour « inaction de cinq pays contre le réchauffement climatique » comme une atteinte à la convention de l’ONU sur les droits de l’enfant. Sont concernés par cette plainte inédite 5 États pollueurs : la France, l’Allemagne, l’Argentine, le Brésil et la Turquie.

 

Comment osez-vous ? Vous avez volé mes rêves et mon enfance avec vos paroles creuses. Je fais pourtant partie de ceux qui ont de la chance. Les gens souffrent, ils meurent. Des écosystèmes entiers s’effondrent, nous sommes au début d’une extinction de masse, et tout ce dont vous parlez, c’est d’argent, et des contes de fées de croissance économique éternelle ? Comment osez-vous !
a lancé Greta Thunberg, la gorge serrée.

 

Dans la foulée de l’accord de Paris

Ils n’auront été qu’une soixantaine de dirigeants mondiaux sur les 136 chefs d’État et de gouvernement participant à l’Assemblée générale des Nations Unies à avoir fait un crochet par le sommet sur l’urgence climatique. Quant à Donald Trump, il est passé… quelques minutes et a snobé la jeune Greta !

Ce sommet devait revenir sur les objectifs de réduction accélérée des émissions de gaz à effet de serre, suite à l’accord de Paris.

« L’urgence climatique est une course que nous sommes en train de perdre, mais nous pouvons la gagner », a estimé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. Celui-ci a demandé aux dirigeants présents de s’engager concrètement contre le réchauffement. Lundi 23 septembre, 66 dirigeants se sont donc réengagés à atteindre une neutralité carbone d’ici à 2050.

455 millions d’euros pour les forêts tropicales

Emmanuel Macron a pour sa part annoncé que les dernières centrales au charbon françaises seraient fermées en 2022, et appelé à ce que toutes les importations en Europe soient « zéro carbone et zéro déforestation ».



Même si les promesses de ce lundi n’ont en soi pas de valeurs légales, 68 pays ont quand même confirmé revoir à la hausse leurs plans climat d’ici à 2020, année au cours de  laquelle les presque 200 signataires de l’accord de Paris doivent prendre de nouveaux engagements.

Enfin, une trentaine de dirigeants ont promis de stopper à partir de 2020 la construction de centrales au charbon.

Pendant la réunion sur l’Amazonie, également organisée ce lundi à l’Assemblée générale de l’ONU, en présence de plusieurs chefs d’État concernés, dont Emmanuel Macron, mais pas Jair Bolsanero, plusieurs grands donateurs ont débloqué environ 455 millions d’euros afin d’aider à protéger les forêts tropicales, dont l’Amazonie.

Illustration bannière : Greta Thunberg au Sommet Action Climat © capture d’écran Le Monde
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Monsieur Macron fait beaucoup de grands débats et de grands blablas mais toutes ces paroles ne sont suivies d’aucune action concrète, ce Monsieur ne pense qu’à imposer une croissance économique à tous crins, même si c’est au prix de la ruine de notre planète et à l’extinction de masse de toute la vie sur terre ! je prie pour que les citoyens prennent enfin conscience qu’ils ont le pouvoir d’imposer leur loi à nos « responsables »(???!!!MDR), et que, en plus de manifester ou faire des marches pour le climat, chacun peut : diviser au minimum sa consommation de viande par quatre, boycotter TOUS les produits à base d’huile de palme (il faut lire les étiquettes…), consommer TOUT bio local et de saison, boycotter TOUS les produits à base de plastique, ne plus prendre l’avion, ne plus faire de croisières sur les paquebots, rouler en vélo, etc… Sinon on va tous droit dans le mur … J’aimerais avoir des avis sur ce que je viens d’écrire, merci de prendre quelques minutes pour me’écrire. merci.

  2. Et dire que Monsieur Macron demande à nos lycéens, nos étudiants de regarder vers la Pologne. De qui se moque-t-on ? Un donneur de leçon qui n’applique et ne réduit rien dans son pays ou si peu.Un homme qui n’a pas procréé ne peut pas se soucier de l’avenir de la jeunesse visiblement.
    Par contre son « grand libéralisme » ne colle pas avec impacte climatique et en cela il reste droit dans ses bottes.

Moi aussi je donne mon avis