Soja et déforestation : les ONG interpellent la grande distribution

Un rapport commun des ONG Mighty Earth, France Nature Environnement et Sherpa appelle la grande distribution française à un devoir de vigilance sur la provenance du soja utilisé dans les chaînes d’approvisionnement.

Rédigé par Paul Malo, le 27 Mar 2019, à 11 h 25 min

Mighty Earth, France Nature Environnement et Sherpa alertent une nouvelle fois sur la déforestation massive causée par la culture du soja, et son usage par la grande distribution.

Quelles mesures concrètes contre la déforestation ?

Quelles mesures relatives à la prévention de la déforestation liée à la culture du soja ont été mises en oeuvre par les entreprises françaises de la grande distribution ? C’est ce sur quoi se penchent les associations Mighty Earth, France Nature Environnement et Sherpa dans un rapport commun(1).

La culture du soja cause une déforestation massive en Amérique Latine © Fotokostic

Deux ans après l’entrée en vigueur de la loi sur le devoir de vigilance des sociétés mères et donneuses d’ordre, une vingtaine d’entreprises françaises du secteur agroalimentaire et de la grande distribution sont sur le gril : Auchan, Bigard, Carrefour, Casino, Cooperl, LDC, Lactalis, Sodexo, Système U

Le but des associations : les alerter sur la déforestation massive causée par la culture du soja dans plusieurs régions d’Amérique Latine, et sur la présence possible de ce soja dans leur chaîne d’approvisionnement. « Nos organisations demandaient à ces entreprises d’indiquer les mesures mises en oeuvre pour identifier ce risque dans leur chaîne d’approvisionnement (le soja étant notamment utilisé massivement pour l’alimentation du bétail), et pour prévenir ces atteintes », expliquent ces associations. Elles ont plus particulièrement analysé les mesures relatives à la prévention de la déforestation liée à la culture du soja réellement appliquées par ces sociétés.

Lire aussi : Le soja américain, un danger pour les agriculteurs et les consommateurs européens ?

Des risques de procédures judiciaires

« Aujourd’hui, la France s’est dotée de deux outils intéressants pour lutter contre la déforestation  : la loi sur le devoir de vigilance et la Stratégie nationale de Lutte contre la Déforestation Importée (SNDI), explique Adeline Favrel, coordinatrice du réseau Forêt de France Nature Environnement. Mais il faut encore que cette dernière mette en oeuvre rapidement des actions concrètes ». « Dans les semaines qui viennent, les entreprises concernées vont devoir justifier qu’elles ont mis en oeuvre des mesures adaptées, et ce de manière effective, à défaut de quoi elles s’exposent à des procédures judiciaires », précise Sandra Cossart, directrice de Sherpa.

D’où provient le soja utilisé dans la chaîne d’approvisionnement de la grande distribution ? © Vlalukinv

« Force est de constater que le compte n’y est pas et que la majorité des entreprises visées par ce rapport s’exposent à un risque contentieux important » affirme Maître Sébastien Mabile, avocat associé de Seattle Avocats. Les ONG observent que les sociétés couvertes par la loi ont pris une longueur d’avance.

Mais « des lacunes majeures en matière d’identification et de prévention des risques subsistent pour assurer la conformité des sociétés à la loi ». Si les lacunes mises en lumière par l’étude de ces ONG persistent, certaines sociétés pourraient faire l’objet de procédures sur le plan judiciaire, y compris sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance.

Illustration bannière : Bol de graines de soja- © 1989Studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis