Sauver le corail grâce à la dentelle du Puy-en-Velay

À cause du réchauffement de la température des océans, le corail, pourtant si important à la vie sous-marine, s’éteint peu à peu. Une entreprise de dentelle du Puy-en-Velay détient peut-être une solution.

Rédigé par Maylis Choné, le 14 Jun 2018, à 10 h 00 min

Sauver les barrières de corail grâce à la dentelle sera peut-être bientôt possible, si l’on en croit les premiers tests positifs menés dans une usine de dentelle du Puy-en-Velay.

Et si la dentelle sauvait le corail ?

L’initiative paraît presque un peu folle et pourtant, si les tests à venir sont aussi positifs que les expérimentations menées jusqu’à présent, ce projet sera sans doute bientôt une réalité. Pour sauver le corail qui meurt peu à peu à cause du réchauffement de la température des océans et du déséquilibre de l’écosystème qu’il entraîne, la dentelle de l’entreprise Fontanille, basée au Puy-en-Velay, a une belle carte à jouer.

dentelle corail

La dentelle du Puy-en-Velay – Capture d’écran Youtube

C’est un artiste parisien, Jérémy Goubé, qui a eu cette idée pour sauver la barrière de corail. « Quand j’ai vu au Puy-en-Velay le Point d’Esprit, qui est un modèle de dentelle, j’ai vu que c’est l’exacte représentation d’une cellule de corail vue au microscope. Donc je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire » a-t-il déclaré.

Se servir de la dentelle comme d’un tuteur

Que vient donc faire la dentelle au fond des océans ? Si la dentelle reproduit à l’identique une cellule de corail, tout en respectant le passage de la lumière, les cellules de corail pourront mieux se reproduire et se fixer au récif, ce qu’elles peinent à faire actuellement. Ainsi, la dentelle (biodégradable) pourra servir de support, de tuteur, comme pour un arbre.

dentelle corail

Corail rouge © Pornprapa Korprasert

Les premières expériences sont très encourageantes. « Ça marche au-delà de nos espérances. Il y a une réelle symbiose entre le corail et la dentelle. » termine Jérémy Gobé. Pour la fabrique de dentelle Fontanille, habituée jusqu’à présent à la conception de sous-vêtements et de matériel médical, c’est une petite révolution.

Prochaine étape : des tests in situ probablement au large de l’Australie, particulièrement inquiète de pour son récif.

Illustration bannière : Coraux – © PlusONE
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis