San Francisco : vers une ville zéro déchet ?

Rédigé par Eva Souto, le 11 Nov 2014, à 7 h 18 min

La ville de San Francisco se fixe un objectif très ambitieux : arriver à zéro déchet, non composté ou recyclé d’ici à 2020 ! Un projet qui implique une bonne gestion des déchets et une politique éclairée pour réussir le challenge. Enquête.

San Francisco : une ville sur la bonne voie… du zéro déchet !

Lorsque la municipalité décide en 2002 que San Francisco ne produira plus de déchets à l’avenir 2020, cette dernière n’a pas été prise au sérieux.  En effet, l’objectif paraissait farfelu et tout à fait inatteignable. Et pourtant, en 2010, la ville compostait ou recyclait déjà 75 % de ses déchets.

san-francisco-etats-unis-usa-dechets-02

Pour parvenir à ses objectifs, San Francisco mise sur une politique d’informations.

fleche-San Francisco : vers une ville zéro déchet ?Mais pas seulement, elle s’appuie également sur une démarche de législation pour faire respecter ses mesures environnementales. Progressivement, des lois vont donc interdire l’utilisation des objets les plus polluants.

Et tout cela, avec présent à l’esprit l’adage suivant : « un bon déchet est un déchet qui n’est pas produit ».

Zéro déchet : ça veut dire quoi ?

L’objectif adopté par San Francisco est de parvenir à zéro déchet envoyé en décharge ou en incinérateur, soit 100 % de ses détritus recyclés ou compostés.

L’expression « Zero waste » en anglais se traduit également par « zéro gâchis ». C’est pourquoi la ville cherche aussi à réduire le gaspillage de nourriture et de ressources.

San Francisco : plusieurs mesures phares pour le zéro déchet

Afin de réduire les déchets, la ville a par exemple purement et simplement interdit les sacs plastiques.

En remplacement, les commerçants doivent mettre à disposition de leurs clients des sacs en papier compostables.

sacs-plastiques-dechets-san-francisco-02

Une loi du même acabit a été votée concernant les bouteilles en plastique. Elle concerne l’interdiction de la vente et de la distribution de petites bouteilles d’eau en plastique dans les espaces publics de la ville.

picto-etoile-paragraphe San Francisco : vers une ville zéro déchet ?La loi votée à l’unanimité par le conseil municipal entre en vigueur au mois d’octobre 2014. A la place, des fontaines d’eau ont été installées et des gobelets compostables pourront être distribués lors d’événements.

Mais la ville va encore plus loin en analysant les différents corps de métier pour trouver une gestion des déchets adaptée.

compost-composteur-jardin-nature

Par exemple, pour les hôtels et restaurants dont les déchets organiques sont les plus nombreux, une incitation financière est mise en place.

Cette dernière encourage à composter au maximum. Et visiblement, les résultats sont concluants. Le modèle a donc été transposé aux habitants qui ont obligation de composter leurs déchets.

Un compost produit en quantité considérable et qui est naturellement redistribué aux agriculteurs locaux.

A San Francisco, 2 mots d’ordre : recyclage et compostage !

recyclage-biensEn 2009, la ville de San Francisco a rendu le recyclage et le compostage obligatoires pour tous les habitants.

Le système appliqué ?
Chaque maison et immeuble reçoit une facture détaillée et peut l’alléger en utilisant de moins en moins la poubelle « normale » au profit de celles dédiées au recyclage et au compostage.

Des contrôles sont effectués de façon régulière et des avertissements sont suivis d’amendes pour les contrevenants pouvant aller de 100 à 1000 dollars (73 à 730 euros).

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Le zéro déchet est une illusion, par définition, les hommes et les animaux en créent pour vivre.
    Le problème est leur ré-utilisation qui peut prendre différentes formes suivant les types de déchets:
    1/collecte des objets utilisables en l’état ou pour être réparés, quand je vois tout ce qui est balancé en l’état dans les poubelles …
    2/ tri par catégories,qui est maintenant généralisé, mais souvent mal fait par les usagers.Mais jusqu’à pousser ce tri, le coût peut être disproportionné par rapport à ce qu’on en retire, il faudrait mieux optimiser cette filière et ne pas recycler pour recycler…
    3/ Les compostables exigent un système de collecte permettant une bonne hygiène et évitant les nuisances, certaines collectivités le font déjà et des particuliers aussi; pour ma part j’évite de composter tout ce qui attire les moucherons, les guêpes …Et puis après le compostage, il y a le vidage, le tri, le stockage, tout ça pour un volume qui n’en vaut pas forcément la chandelle, je serais curieux de voir ce que font réellement tous les préchi-préchas de l’écologie …probablement moins que moi qui ne les pas attendus pour le faire, comme mon père le faisait naturellement!
    4/L’incinération est une phase difficilement contournable pour des raisons d’hygiène, d’odeurs pestilentielles pour des produits souillés, petits, mélangés…à moins d’avoir des chiffonniers qui récupèrent dans les tas…
    Une remarque sur les emballages: ils servent à préserver la marchandise,donc leur insuffisance augmente les pertes et avaries, les supprimer ou les réduire à un coût ! Le retour à la consigne peut être très incitatif, car les gens sont surtout motivés par le porte-monnaie…

  2. La France prend exemple. Une cinquantaine de territoires ont été sélectionnés suite à un appel à projets “territoires zero déchet – zero gaspillage” par le Ministère de l’environnement. Je travaille pour une des trois collectivités citées en exemple lors de l’annonce nationale le 23 décembre 2014. Il faut bien comprendre que les choses évoluent au rythme des mentalités. Le principal est que les initiatives contribuant à un monde meilleur soient en plein essor. En attendant, nous pouvons tous, en faisant de notre mieux et avec les moyens qui existent, faire notre part.

  3. Bravo San Francisco. La France doit prendre exemple mais malheureusement en Charente maritime nos élus ne comprennent rien et viennent d accepter la construction d un hyper-incinérateur avec en plus un TMB. Nous sommes des milliers d opposants à nous battre chaque jour contre ce projet qui va mettre en danger notre santé et tout l écosystème de notre région. Nous avons besoin de votre soutien à tous pour que ce projet soit abandonné. Allez sur notre blog http://www.pays-rochefortais-alert.org. Et sur la page Facebook tous concernés

    • Ce qu’il serait très intéressant de savoir ; c’est : que deviennent les 20% de déchets non recyclés ???

  4. Une réclame pour un parfum Burberry sur ce site : tout cela n’est pas très “bio” !

  5. Génial. Si la France et le monde pouvais prendre exemple.

  6. intéressant, mais l’objet de vos e-mails est devenu complètement incompréhensible avec d’autres lettres et des signe bizarres ; c’est lassant

Moi aussi je donne mon avis