Les routes du futur seront à base de plastique recyclé

Rédigé par Hugo Quinton, le 19 Jul 2015, à 9 h 00 min

Dans le monde, nous jetons près de 6,5 milliards de kilos de déchets plastiques chaque année. VolkerWessels, une entreprise néerlandaise spécialisée dans les travaux urbains et routiers propose de remplacer les routes construites en goudron et en bitume par un nouveau système faisant appel à des plastiques recyclés.

Du plastique pour remplacer le bitume

L’entreprise néerlandaise, VolkerWessels, a eu l’idée d’utiliser à bon escient tous ces déchets plastiques. L’idée est la suivante : pourquoi produire de l’asphalte, un processus qui émet près de 27 kgs de CO2 par tonne, à partir de bitume et autres dérivés pétroliers, alors que l’on peut utiliser des matériaux issus du pétrole déjà existants ? C’est pour répondre à cette question que la société vient de dévoiler son projet, PlasticRoad.

route-bitume-plastqies-recyclage

© VolkerWessels

D’autres innovations pour les centaines de milliers de kilomètres de routes en Europe sont à l’étude, telle que le projet d’autoroute intelligente, qui permettrait des autoroutes plus propres et sécurisantes.

Un projet en phase de test pour une activité très rapide

Pour les architectes de ce projet, ce nouveau type de route pourrait résister à des températures comprises entre -40 à 80 degrés. Pour les concepteurs, ce revêtement en plastique recyclé est encore plus résistant que l’asphalte et requiert moins d’entretien. Dernier avantage, ce type de revêtement aurait une durée de vie trois fois plus longue que les routes ordinaires.

Ces routes en plastiques seraient beaucoup plus légères et permettraient de réduire considérablement le poids qui pèse sur le sol. Pour Rolf Mars, responsable du projet au sein de VolkerWessels, « Le plastique offre toutes sortes d’avantages par rapport aux méthodes actuelles de construction de routes, à la fois en terme d’installation et de maintenance. »

© VolkerWesseles

© VolkerWessels

En effet, ces routes seraient conçues pour être plus creuses ce qui faciliterait la pose de câbles et de conduits. Pour le moment, ces routes en plastique recyclé n’en seraient qu’en phase de test, mais le conseil municipal de Rotterdam a fait part de son intérêt pour doter sa voirie de cette alternative verte. Il faut rappeler qu’en 2014, la ville avait reçu le prix de la meilleure ville d’Europe en matière de développement urbain.

La société ne répond pas toutefois à la question du recyclage en fin de vie de ces routes, ni à la perspective de particules de plastique se désintégrant sous l’effet du trafic automobile et étant entraînées par les eaux de surface. Le plastique : quand ferons-nous sans ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

10 commentaires Donnez votre avis
  1. J’avais vu qu’ils avaient aussi mis en place ce type de route en Inde. Il faut savoir que ces routes ne sont pas entièrement en plastique mais ils ont réussi à y intégrer 30% pour l’instant. Donc le fait d’entourer le plastique de bitume limitera peut être l’abrasion et la dispersion de plastique dans la nature … à voir.
    Sinon, quand je pense aux routes du futur personnellement, je pense plutôt à des routes qui favorisent l’absorbsion de l’eau pour éviter les innondations.
    En attendant les voitures volantes et le retour de l’herbe dans nos villes …
    Ba oui, retour vers le futur avait prédit ça en 2015 🙂

  2. est ce que l’adhérence du pneu sur le plastique sera aussi bonne que pour le pneu sur le bitume ??? Si les accidents augmente, on changera de système et on reviendra au bitume…

  3. quel sera l’adherence des pneus sur du plastique ???
    Elle risque d’etre fortement réduite et d’augmenter le nombre de morts sur les routes…

  4. le seul pollueur sur la planète c’est l’homme et il n’a pas d’ennemi les dés sont jeté depuis longtemps ……………………….!!

  5. L’écologie est encore un bon prétexte pour ces industriels pour se faire de l’argent, sans aucun recul par rapport aux émanations que peuvent avoir ces matériaux recyclés dans le sol et dans l’air.
    Comme d’habitude, on se rendra compte dans plusieurs années des inconvénients de ces matériaux, on découvrira que les émanations de ces matériaux sont cancérigènes ou perturbent le système endocrinien ou causent d’autres problèmes, mais peut importera à ces industriels, ils se seront enrichis au nom de l’écologie, c’est tout ce qui compte !

    • parce que vous croyez que le bitume est sans danger?

    • Une fois encore, les pisses-vinaigres voient la grande conspiration partout.
      Des gens essaient de faire avancer les choses, de proposer des solutions tout en s’insérant dans une logique économique dont on ne peut faire l’économie pour qu’un projet devienne viable. Ces solutions ne sont pas parfaites mais elles ont le méritent de proposer des alternatives moins violentes pour l’environnement plutôt que de critiquer cyniquement et bêtement l’existant.

  6. L’idée de recycler nos déchets est très bonne, vu que l’on n’a toujours pas émis le réel désir de les diminuer à la source. Mais dans ce projet, la question se pose avec les microparticules de plastic arrachés par usure de ce revêtement et qui vont envahir les sols de manière certes invisible pour l’oeil nu, mais néanmoins réelle et délétère sur le long terme.
    Curieusement, l’inventeur met en avant ses avantages en omettant de parler des désavantages comme tous ces industriels qui ne cessent d’inventer pour mieux nous polluer. Bizarre…

    • Bof, c’est exactement la même chose avec le bitume qui produit aussi des émanations toxiques par usure, ainsi qu’avec les routes de terre…Bref, il faut surtout voir comme une méthode de valorisation des déchets plastiques qui de surcroit apporte quelques avantages par rapport aux bitumes (car il existe différent bitumes en fonction du type de routes)

  7. Pourquoi pas. Plutôt que de les bruler à grand frais ces déchets deviendraient utiles. Déjà certaines asphaltes utilisent des granules de pneu et ont un beau succès pour les cours d’écoles, terrains de sport etc. Perso, je suis pour ce genre de recyclage.

Moi aussi je donne mon avis