La Californie impose l’étiquette ‘cancérigène’ au Roundup

Rédigé par Alan, le 11 Sep 2015, à 16 h 32 min

L’Agence de Protection Environnementale (EPA) de Californie a annoncé officiellement son intention de préciser sur les étiquettes que le glyphosate est cancérigène(1). Le produit est notamment présent dans le Roundup, un célèbre herbicide utilisé dans le monde entier.

La Californie épingle le glyphosate comme cancérigène

Le glyphosate (N-(phosphonométhyl)glycine, C3H8NO5P) a souvent été vu comme un désherbant « moins mauvais » que d’autres sur un plan toxicologique. Son mode d’action passe par les feuilles, il est transporté de manière systémique dans la plante jusqu’aux racines, avant qu’il ne se fixe au sol et qu’il soit dégradé par les micro-organismes du sol.

Il est généralement décrit comme faiblement toxique pour les êtres humains et les animaux. Que le glyphosate soit plus que largement soupçonné d’être cancérigène n’est pourtant pas nouveau. En début d’année 2015, l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classait trois pesticides dans la catégorie 2A – c’est-à-dire « cancérogènes probables » -, le diazinon, le malathion et le glyphosate.

Si les deux premiers sont des insecticides à l’utilisation restreinte en Europe, le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé au monde, synthétisé par Monsanto dans les années 1970 et utilisé depuis dans le désherbant Roundup, les acteurs de Monsanto défendant d’ailleurs leurs produits contre ce qu’ils appellent la « science poubelle ».

Une exposition forte au glyphosate

Suite à l’annonce de l’OMS(2), le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait réévalué, avec un protocole très strict, les trois molécules concernées, pas loin des « cancérogènes certains ». Un avis important considérant que le glyphosate est présent non seulement dans le Roundup mais également dans plus de 750 produits utilisés par les agriculteurs, les forestiers, mais également au jardin par les particuliers.

glyphosate interdit cancérigène pesticides roundup

Pulvérisation sur plans de tomates © Shutterstock

Les premiers concernés par les risques de cancer sont bien entendu les agriculteurs et jardiniers, en contact direct et fréquent avec le glyphosate. Ce n’est néanmoins pas le seul risque. L’avenir de la substance est loin d’être anodine, puisqu’on en est arrivé à un stade où plusieurs pays ont vu leurs plantes génétiquement modifiées de manière à ce qu’elles puissent résister à l’herbicide. Il est donc possible d’arroser largement et directement les cultures. Et bon appétit !

Une étude de 2011(3) relevait déjà des niveaux mesurables de glyphosate aux Etats-Unis pour les trois quarts des échantillons d’air et d’eau de pluie analysés. Et la situation s’est encore dégradée depuis. Selon l’Agence de Protection Environnementale de Californie, 90 % des champs de maïs et de soja ont été conçus pour résister au glyphosate, l’utilisation y est donc large.

Un avis seulement informatif

glyphosate interdit cancérigène pesticides roundup

Pluie de pesticides sur un cognassier, aux fruits verts © Shutterstock

Bonne nouvelle pour les industriels du secteur, l’avis seul d’un organisme comme le CIRC ne permet pas l’interdiction, l’identification des risques n’étant qu’une étape avant que les agences de sécurité sanitaire n’émettent un avis sur le risque encouru par les populations générales. Quelle que soit la nation, quand un risque est identifié, reste ensuite à chaque pays à prendre des décisions, ce qui avait par exemple conduit l’Europe à interdire des pesticides dangereux pour les abeilles, au grand dam de Bayer.

Suivant la même logique, l’Agence de Protection Environnementale de Californie a annoncé son intention de passer le glyphosate dans la liste des « cancérigènes connus de l’État », détaillant dans un communiqué que « dans les prochains mois, il sera ajouté à une liste de produits chimiques connus comme cancérigènes, mais aussi causes d’interruptions de grossesse et perturbateurs endocriniens, le tout dans le cadre de la Proposition 65. Une fois que cela sera fait, les industriels auront à placer et porter des avertissements clairs avant d’exposer des gens au Roundup et autres produits contenant du glyphosate ».

glyphosate interdit cancérigène pesticides roundup

Insecticide sur poiriers © Shutterstock

C’est que les révélations de l’OMS n’ont pas touché que l’Europe et différents pays ont commencé à réagir. A l’image du Salvador, certains souhaitent supprimer l’utilisation du Roundup. De plus en plus d’études montrent que le glyphosate cause des dommages sur le plan génétique, argument qui, certes réfuté par Monsanto, fait réfléchir les agences de santé.

Si, pour l’instant, il ne s’agit que d’avertissements, gageons que les groupes environnementaux continueront à faire pression, au fur et à mesure que les preuves s’accumuleront du caractère dangereux du produit sur l’être humain, après les récentes études montrant que le glyphosate tuait rats et papillons.

Illustration bannière : Un agriculteur américain asperge ses plans de tomates © Shutterstock

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Ayant parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan est journaliste, webmestre et photographe, principalement...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. Sur les paquets de cigarettes il faut mettre des photos horribles à voir.
    Rien sur le Roundup et autres glyphosates

    • Originally Posted by rpt Glyphosate (the active inidergent in Roundup) is actually considered one of the safest pesticides although, as has been said, it should be a last resort. A it’s not a pesticide it’s a herbicide B if you say so It’s official: Monsanto’s Roundup herbicide causes birth defects

  2. L’UE n’est pas là pour préserver notre santé. Elle est là pour les multinationales. Tout se passe très bien, il n’y a aucun problème de son côté. Ne soyez pas naïfs.

  3. Pour info,la responsabilité de Monsanto dans l’intoxication de l’agriculteur charentais Paul François a été confirmée ce jeudi par la cour d’appel de Lyon.

    challenges.fr/entreprise/environnement/20150910.CHA9240/monsanto-juge-responsable-de-l-intoxication-d-un-agriculteur-francais.html

  4. Qu’attend notre ministre de l’environnement pour au moins interdire la vente des produits à base de glyphosate aux particuliers?
    Et imposer ,écrit en gros, la mention “CANCERIGENE” sur les bidons destinés aux professionnels?

  5. est-ce que je peux me permettre un message ? pas certain

    ici j’ai juste envie de dire qu’il ne faut pas interdire de l’utiliser, mais interdire la fabrication – point

    je crois que l’ue a quelques problèmes avec ça ?

    • Sweet blog! I found it while surfing aurond on Yahoo News.Do you have any tips on how to get listed in Yahoo News?I’ve been trying for a while but I never seem to get there! Thank youTake a look at my blog post ;

Moi aussi je donne mon avis