Le rêve d’autonomie écologique de deux Grecs

Rédigé par Eva Souto, le 24 Feb 2014, à 13 h 01 min

Qui n’a jamais rêvé de vivre tel un Robinson Crusoé, faisant fi de toutes les normes sociales imposées et accédant à la « vraie » autonomie écologique ? C’est le pari – fou – que certains ont osé. Car si vivre en totale autonomie paraît compliqué, voire parfois inespéré, quelques irréductibles viennent nous prouver le contraire. Enquête sur ces gens qui vivent en parfaite autonomie sur la terre qui les porte. En toute liberté.

Grèce – Ils quittent la ville pour devenir autonomes au coeur de la nature

etoile138C’est l’histoire de deux hommes : Nikos Kontonikas et Yjannis Papatheodorou. Ils sont nés et ont grandi à la ville. Mais ils ont toujours pensé à la quitter pour un eldorado plus beau. C’est ainsi qu’ils sont partis s’installer sur un terrain inhabité et cultiver la terre.

Eubée<Vue aérienne d’Eubée

L’aventure commence en août 2012, lorsque les deux amis achètent pour 20 000 euros, un hectare de terre qui n’a jamais connu d’occupation humaine.

Le lieu se situe en Grèce centrale, dans le département d’Eubée, grande île séparée du continent par le détroit de l’Euripe. On le rallie grâce au pont routier de Chalcis.

 

Leur nouvelle vie débute donc dans le massif forestier qui plonge dans la mer Egée.

Pour y accéder, il faut compter quelques 3 heures depuis Athènes, capitale Grecque.

Nikos a 28 ans et son comparse, Yjannis, 38 ans. Le 1er, a arrêté ses études en économie pour cherche un mode de vie qui aurait vraiment du sens pour lui et le 2ème, ingénieur dans le bâtiment industriel, souhaitait s’installer à la campagne afin de vivre en accord avec son éthique et l’environnement. Natalia, la compagne de Yjannis, 28 ans, quant à elle, les a rejoint après avoir fini ses études en architecture.

Depuis mai 2013, ils travaillent sans discontinuer pour faire émerger de terre leur projet de vie commun.

maison-paille-grecefleche-suiteAu programme : 2 chambres de 20m2 en paille, à demi sur pilotis pour créer des espaces de rangement. Entre elles, une cuisine commune de 30m2, extérieure mais couverte.

Un peu plus loin, un emplacement pour les toilettes sèches, abrité d’un côté, et de l’autre s’ouvrant sur un panorama exceptionnel. Une douche de pierres, dont l’eau est réchauffée par le soleil.

Enfin, perchée à quelques mètres de hauteur dans un arbre, une plateforme de méditation.

Pour ce qui est de la nourriture, Nikos et Yjannis ont planté un verger de citronniers, d’orangers et de mandariniers ainsi qu’un potager pour les légumes de saison.

etoileL’objectif ? Atteindre une production suffisante pour leur consommation personnelle, puis à terme, vendre une partie dans quelques années.

Il s’agit de gagner quelques sous, ils envisagent de faire de l’écotourisme à bas coût, ainsi que de construire des maisons en matériaux naturels, paille ou argile, chez d’autres particuliers. Nikos, quant à lui, souhaiterait développer au maximum le troc avec le voisinage proche.

Culture sans eau< Culture sans eau

A ce jour, ils démarrent une expérience de culture sans eau. Technique utilisée tout autour de la Méditerranée (Le xéropaysagisme ou le jardinage sans eau).

Ils auraient pu obtenir de l’eau par le réseau du village, mais en faible quantité.

Alors, ils ont choisi de se raccorder à une source naturelle, à 2 km de leur habitat. Le flux tiré est constant mais faible : cela ne déséquilibre donc pas le rythme naturel de la source. L’eau courante arrive sur le lieu de vie commun, nommé la Guinguette et qui permet de mutualiser les outils et de travailler ensemble. Le lieu se prête à la discussion, permet les échanges de savoir-faire et des repas conviviaux.

Un panneau solaire leur fournit de l’électricité, et ils envisagent d’en installer davantage, notamment pour brancher un petit réfrigérateur pour la saison chaude.

Cette expérience, ses deux instigateurs aimeraient bien voir la reproduite. ça tombe bien car il existe également des histoires similaires dans nos contrées. Notre prochaine étape sera en France avec des projets d’auto-construction.

*

jeveuxtemoigner

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour!

    Est-il possible de prendre contact avec Nikos et Yjannis pour échanger avec eux? J’envisage de voyager en Grèce, aussi aimerais-je leur proposer de les visiter. Merci 🙂

  2. Salut ,
    moi je me suis marié avec la nature,j’ai trouvé ma vraie mère (la terre) mais elle nous demande de la connaitre pour qu’elle puisse nous aider,pourquoi toutes ces crises à cause de l’abondance de l’agriculture,revenons à notre mère elle est généreuse.Ces deux Grecs ils ont bien choisi leurs chemins ,c’est l’avenir .

  3. J’y pense !!!!! Il existe des frigos qui fonctionne au pétrole, Ok !!!! Pas très écolo, j’ai connu ça en Afrique ou il y a peu de ligne électrique en brousse. Ce genre de vie me conviendrais assez,au bord de la mer pour la pêche. Mais je devrais attendre encore quelques temps, mais j’y viendrais sûrement, un jour.Moi, je suis convaincu, mais mon amie heu !!! beaucoup moins, hélas.

    • Altobert, coucou !
      Afin de sensibiliser votre compagne à un mode de vie “différent”, passez donc par la case du magazine La Maison Ecologique. Sans même vous y abonner, vous pouvez fort bien avoir une bibliothèque municipale non loin de chez vous qui propose ce magazine au prêt (c’est ce que je fais ces temps-ci, car j’ai la chance d’avoir à 15km de chez moi une médiathèque bien fournie).
      La Maison Ecologique montre des initiatives originales en construction et en choix de vie, l’avis des auto-constructeurs, les adresses de gens qui aident les auto-constructeurs, le coût, les aides de l’Etat etc…
      Et surtout, surtout, on peut voir l’air heureux et comblé de ceux qui ont réussi à faire prendre corps à leur rêve, et ont surmonté les difficultés (souvent grâce à d’autres qui leur ont évité les écueils dans lesquels eux étaient tombés).
      Tentez le coup ! ça vaut la peine….et votre moitié pourrait bien changer d’avis…..car certains de ces heureux propriétaires permettent de visiter leur “chez eux” et laissent leurs coordonnées.
      Eh !!!! la balle est dans votre camp ! bonne chance !

Moi aussi je donne mon avis