Les résultats du premier recensement universel des arbres

Recenser tous les arbres de la planète, telle a été l’ambition de ce projet scientifique réunissant l’ensemble des pays du monde.

Rédigé par Anton Kunin, le 6 Apr 2017, à 11 h 10 min

Jamais auparavant un décompte aussi exhaustif n’a été réalisé au niveau international.

Il existe 60.065 espèces d’arbres dans le monde

Le recensement a été réalisé par Botanic Gardens Conservation International, une organisation réunissant 500 jardins botaniques dans 100 pays du monde. C’est le plus grand réseau de protection de la flore à l’échelle mondiale. Son objectif : collecter et décrire des spécimens d’arbres, mais aussi en planter pour éviter l’extinction totale d’une espèce d’une part, et pour pouvoir y prélever de la matière lorsque l’homme en a besoin dans des buts de recherche et d’innovation.

Les résultats de ce recensement sont à la hauteur de l’enjeu : 60.065 espèces d’arbres différents ont été comptabilisées à travers le monde. Certains pays étonnent pas la diversité de leur flore, comme le Brésil, qui compte 8.715 espèces différentes, la Colombie, qui en compte 5.776 et l’Indonésie, qui en compte 5.142. À l’inverse, il existe des espèces d’arbres qui sont présentes dans un seul pays : 4.333 espèces se trouvent uniquement au Brésil, contre 2.991 au Madagascar et 2.584 en Australie.

recensement universel des arbres

© zizar Shutterstock

9.600 espèces d’arbres sont menacées

Le recensement révèle aussi des situations de fragilité : sur l’ensemble du continent nord-américain, seules 1.400 espèces différentes sont comptabilisées. Et à travers le monde, 9.600 espèces sont menacées. Cette menace sur la biodiversité se fait d’ailleurs déjà sentir, puisque 45 % des espèces actuellement recensées appartiennent tout juste à 10 familles d’arbres. 58 % des espèces sont endémiques à un seul pays.

Sur le Planetoscope, découvrez combien d’hectares de forêts sont détruits dans le monde chaque année

Cela paraît étonnant, mais un tel recensement n’a jamais été réalisé avant. Jusqu’ici, les données étaient éparpillées, car détenues par les différentes autorités nationales et inaccessibles dans un seul lieu et sous une forme harmonisée. Alors, si vous voulez un exemple de la coopération internationale au service de la biodiversité et de l’environnement qui marche, c’en est un.

Illustration bannière : – © Grisha Bruev Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis