Pokémon Go, le tube de l’été 2016

Cette année, ce n’est pas la chanson à succès d’une midinette qui obsède la planète mais un jeu, s’appuyant sur la notoriété ressuscitée des Pokemon.

Rédigé par Valérie Dewerte - De Bisschop, le 14 Jul 2016, à 16 h 39 min

Ceux qui ont des enfants connaissent déjà les Pokémon : pendant des années, la récompense suprême pour des bonnes notes à l’école était une pochette de cartes Pokémon. Les enfants, dans la cour, s’affrontaient avec leurs cartes, permettant, grâce aux « pouvoirs » associés à chaque personnage, de gagner (ou de perdre) des combats et par la même des cartes.

Les Pokémon, ces créatures qui vivent en harmonie avec les humains, mais possèdent des aptitudes extraordinaires, étaient aussi bien installés sur les consoles Nintendo, que le fabricant japonais ne voulait pas voir sortir de ses DS et autres Wii, pour contraindre les fans à acheter ses appareils.

Pokémon Go : des milliards de joueurs potentiels

Seulement voilà, la raison (économique) l’a emporté. Avec plus d’1,4 milliard de smartphones vendus dans le monde en 2015, contre 160 millions de Nintendo DS, et 60 millions de Nintendo 3DS vendues au total, on comprend aisément que les développeurs des différentes versions du jeu culte aient réussi à convaincre les patrons du constructeur nippon de faire le grand saut sur mobile.

Résultat, Pokémon Go est un jeu en réalité augmentée pour smartphones, disponible depuis le 5 juillet sur iPhone et Android, dans seulement quelques pays pour l’instant. Après les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie, les stores d’applications allemands ont reçu le jeu, le 13 juillet.

Pourtant, des dizaines, peut-être, des centaines de milliers de fans jouent déjà à Pokémon Go en France ! Pour cela, ils ont du créer un compte sur l’iTunes Store américain pour les possesseurs d’iPhone, ou changer leur pays d’appartenance sur Google Play, pour Android. Et ça fonctionne…

Pokémon Go, le jeu qui va vous faire bouger sans décoller de votre téléphone

Le principe du jeu, basiquement, consiste à chasser, en ville principalement, des Pokémon en liberté. Pour cela, le joueur se promène, téléphone en main, et voit des créatures virtuelles apparaître sur l’écran : à un feu rouge, sur un monument, dans un magasin… À lui à ce moment là, d’utiliser les pouvoirs des Pokémon dont il dispose en stock, pour pouvoir en capturer de nouveaux.

pokemon go smartphone plage

Un ‘chasseur de Pokémon’ à la plage © Matthew Corley Shutterstock

Le manque de vigilance de certains joueurs, rivés à l’écran, a déjà provoqué des accidents, dont certains assez graves. On déplore aussi que le jeu affiche des Pokémon dans certains lieux, comme un mémorial consacré à l’Holocauste par exemple.

En attendant, si vous croisez dans la rue quelqu’un, téléphone en main, l’air concentré comme s’il cherchait quelque chose d’important, pas de doute : il s’agit en fait, d’un chasseur de Pokémon…

Illustration bannière : Pokémon Go et la réalité augmentée au volant = danger – © Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis