Arnaque – Foodwatch entre en guerre contre les paquets ‘pleins de vide’

Foodwatch lance une campagne et une pétition visant à mettre fin aux paquets ‘pleins de vide’ : tous ces emballages démesurément grands que l’on retrouve dans quasiment tous les rayons…

Rédigé par Paolo Garoscio, le 17 Sep 2020, à 11 h 45 min

L’organisation Foodwatch a publié un communiqué, mercredi 16 septembre 2020, dans lequel elle pousse « un double coup de gueule » contre les fabricants et leurs paquets « pleins de vide ».

Pour le moment, sept marques sont visées par la pétition de Foodwatch

Foodwatch, l’organisation qui milite pour une « alimentation sans risques, saine et abordable pour tous et toutes », a décidé de se lancer dans une nouvelle campagne de sensibilisation des consommateurs sur les paquets « pleins de vide ». Une pétition adressée aux marques ayant recours à ce genre de pratique a été lancée.

plein de vide

campagne ‘Plein de vide’ © Foodwatch

Ainsi, pour le moment, elles sont sept à figurer sur cette liste Carton Rouge. Mais Camille Dorioz, responsable de campagnes chez Foodwatch, prévient : « Cette campagne ne s’arrêtera pas à ces 7 produits. Les consommateurs sont appelés à nous envoyer leurs témoignages de produits pleins de vide que nous publierons. Certains produits pourraient alors se rajouter à la pétition. Les comportements de certains industriels doivent changer ! »

Parmi les sept premiers concernés, on retrouve Sojasun pour qui les paquets visés sont en moyenne à 34 % vide, Monoprix 35 % de vide, arrivent ensuite Litpon (43 %) et Carrefour 50 %.

plein de vide

Sojasun © Foodwatch

plein de vide

Lipton © Foodwatch

Sur le podium des mauvais élèves, se place à la troisième position Léa Nature avec 58 % de vide, puis sur la deuxième place Barilla et ses 60 % de vide. Sur la plus haute marche du Podium la marque Leclerc avec 68 % de vide.

plein de vide

Lea Nature © Foodwatch

plein de videplein de vide

plein de vide

Leclerc © Foodwatch

Lire aussi : Foodwatch dénonce les ‘animaux cachés’ dans certains aliments

Une arnaque pour le consommateur mais aussi pour l’écologie

Le problème de ces emballages disproportionnés est double.

Premièrement, l’organisation à but non lucratif Foodwatch dénonce une « véritable arnaque pour le consommateur ».
Pour la plupart de ces produits, ils ont une taille d’emballage équivalente à d’autres produit similaires et paraissent moins chers. Cependant, Camille Dorioz explique qu’en réalité ces produits ne sont pas moins chers : « Monoprix, par exemple, en plaçant judicieusement une grosse étiquette sur son pot d’épices qui cache un quart de ‘vide’, vend en apparence son produit à l’unité moins cher que ses concurrents. En réalité, le distributeur propose une plus petite quantité qui s’avère bien plus chère (198,33 euros/kg) qu’une grande marque (168,18 euros/kg) si l’on compare le prix au kilo ».

Autre souci, le fort impact écologique qu’ont ces paquets « pleins de vide » sur l’environnement. « Certains fabricants se targuent d’une politique environnementale assez indécente face au constat que nous faisons : presque tous les rayons sont concernés par cet excès d’emballage et ces produits ‘pleins de vide’ ». Un suremballage qui pour l’organisation devrait être stoppé par les fabricants.

Ainsi, Foodwatch a lancé une pétition qui a pour but de « faire pression sur les sept grandes marques pointées du doigt ». Tous les jours, les mises à jours de la pétition sont envoyées par mail aux dirigeants de ces marques avec une demande d’engagement de ces derniers « à réduire au strict minimum l’usage et la taille des emballages de leurs produits’ ».

Pour en savoir plus et signer la pétition, rendez-vous ici

Illustration bannière : Au supermarché, les arnaques sont nombreuses comme le dénonce régulièrement Foodwatch © hxdyl
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Achetez en vrac et vous n’aurez plus de vide.
    Bonus: plus d’emballages et un prix au kilo bien moins cher. Pour exemple: des raisins secs de grandes surfaces, non bio, dans des sachets plastique au rayon fruits secs, vus à environs 12€ le kg contre moins de 5€ le kilo en vrac en magasins bio !
    Cherchez l’erreur …!

Moi aussi je donne mon avis