Pivert, des déchets végétaux raffinés en biomatériaux

Rédigé par Jean-Marie, le 6 Mar 2011, à 19 h 05 min
Suite de la série sur les projets d’avenir dans le domaine de l’écologie et de la recherche scientifique.

Après l’écotron de Montpellier et le simulateur marin Planaqua, voici Pivert, un projet visant à faire des végétaux comme source d’énergie.

 

Valoriser le bois comme matière première énergétique

agrocarburantA l’entrée, vous avez du colza ou des tournesols.

A la sortie, vous obtenez des matériaux avec lesquels vous fabriquez des plastiques, des encres végétales, des matériaux de construction…

Ainsi, les végétaux trouvent de nouveaux débouchés dans l’industrie de l’emballage, le bâtiment…

Le projet de bio-raffinerie Pivert

bioraffinerie pivertTelle est la vocation du projet de bioraffinerie PIVERT (1) :

> valoriser des plantes, leurs déchets ou résidus, pour non seulement ne rien gaspiller mais mieux, les transformer en énergie et matières premières utiles pour l’industrie.

Le projet de bioraffinerie pilote soutenu par l’Université de Compiègne (UTC) et par l’agro-industriel Sofiproteol (2), « valorise », utilise, donc du colza ou du tournesol pour démontrer qu’on peut utiliser les déchets d’une filière pour alimenter d’autres usines.

La filière verte, version Pivert

projet avenirPivert est une “bio raffinerie” qui rassemble différentes activités industrielles traitant les différentes parties d’un végétal pour en faire du carburant. Avec la bio-raffinerie, c’est un nouvel écosystème qui voit le jour, proche de la zone de production de la matière première (colza, tournesol).

Un professeur de l’Université de Compiègne (3) explique les enjeux de Pivert :

“L’enjeu est d’utiliser les plantes oléagineuses pour leurs huiles et leurs fibres, tout en tâchant de valoriser l’ensemble de la plante et supprimer ainsi un maximum de déchets ou sous-produits, pour tendre vers une logique de développement durable. Les domaines d’applications s’avèrent déjà nombreux : énergie, environnement, santé… On peut d’ailleurs imaginer quatre marchés cibles :

  • Les biomatériaux ensuite, pour l’écohabitat et la production de composites technologiques de haut niveau.
  • Les bioénergies, à travers par exemple les biocarburants “avancés”.
  • Les ingrédients végétaux, permettant par exemple de réduire les importations de tourteaux de soja dont les filières animales françaises sont dépendantes.”
  • Les biomolécules d’abord, les huiles et graisses des plantes oléagineuses se prêtant très bien à la chimie verte”.

*

Cela me donne une idée

 Sommaire du dossier

 Les projets d’avenir qui construisent la nouvelle économie

(1) Picardie Innovation en Végétal Enseignement Recherche et Technologie (PIVERT),

(2) Structure financière et industrielle, Sofiproteol a demandé un financement de 220 millions € pour le projet PIVERT et 70 millions sont espérés du Grand emprunt.

(3) Daniel Thomas, professeur à l’UTC

Aller plus loin sur les carburants végétaux :

La série des Projets d’avenir

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. je suis étonné de trouver un article aussi élogieux sur le site de Consoglobe au sujet du projet de bio raffinerie PIVERT financé et soutenu par Sofiprotéol : Pourquoi Bio , certainement parce qu’on utilise des plantes , mais qui ne sont pas issues de l’agriculture biologique. D’ailleurs M. Xavier Beulin, président de Sofiprotéol et par ailleurs président de la FNSEA ne soutient pas activement la filière bio au sein de l’agriculture française. Doit on utiliser des surfaces agricoles pour produire du carburant? ne vaut-il pas mieux agir sur notre consommation?

  2. Daniel Thomas animera une table-ronde / conférence dans le cadre du printemps de l’industrie 2011, sur le projet PIVERT à l’UTC.
    Rendez-vous au Centre Pierre Guillaumat 1 à 18h le jeudi 24 mars prochain.

Moi aussi je donne mon avis