Pour la cause animale, des personnalités en cage ce matin à Paris

De nombreuses personnalités utilisent leur notoriété au profit de la cause animale. Ce mercredi 10 octobre, à Paris, certaines seront encagées pour dénoncer le quotidien des animaux des élevages industriels.

Rédigé par MEWJ79, le 10 Oct 2018, à 9 h 18 min

En Europe, chaque année, des millions d’animaux sont élevés en cage. Une centaine d’ONG se réunissent ce mercredi, place de la République à Paris pour dénoncer leurs conditions. Le but : interpeller la Commission européenne.

Des personnalités en cage pour dénoncer le quotidien des animaux

Depuis quelques mois, les personnalités s’allient à des associations pour dénoncer la maltraitance de certains animaux. Ainsi, en mai 2018, Sophie Marceau intervient dans une vidéo hébergée sur YouTube par l’association L214 Éthique et Animaux. L’actrice française interpelle les spectateurs, et en particulier les députés, pour faire cesser les mauvais traitements des poules pondeuses élevées en cage.

elevage

Des conditions d’élevage souvent terribles ©Fred Cardoso

Ce mercredi 10 octobre, ce sont des personnalités qui seront en cage place de la République à Paris : certains élus comme Eric Diard, député LR, Olivier Falorni, député du Parti radical de gauche, Yannick Jadot, eurodéputé écologiste, Anne-Laurence Petel, députée LREM, mais aussi Allain Bougrain-Dubourg, le président de la Ligue de protection des oiseaux. Une initiative citoyenne européenne (ICE) est lancée par 130 ONG. Le but ? Recueillir un million de signatures de citoyens européens en un an pour dénoncer les conditions de vie des animaux en cage.

En Europe, près de 370 millions d’animaux sont élevés en cage tous les ans

Pour rappel, en Europe, chaque année, près de 370 millions d’animaux sont élevés en cage. Si de nombreuses espèces peuvent à peine bouger, certaines autres comme les truies ne peuvent même pas se retourner. En France, les chiffres font froid dans le dos : cela concerne plus de 85 millions d’animaux privés ainsi de liberté. Avec un million de signatures,  la Commission européenne sera dans l’obligation d’examiner le dossier de l’élevage en cage.

Même si la Commission n’a ensuite aucune obligation de légiférer, les ICE sont un moyen de pression énorme. Mais le quotidien Libération rappelle que les règles sont strictes : les signataires doivent provenir d’au moins sept États membres. Chacun doit fournir le numéro de son passeport ou de sa carte d’identité. Des contraintes qui freinent souvent les actions. Selon Claire Hincelin, responsable de la communication du CIWF, l’une des associations impliquées dans la promotion de cette ICE, la décision finale de la Commission européenne « devrait intervenir d’ici juin 2020. »

Le lien vers la pétition : Pour une ère sans cages

Illustration bannière : Des cochons sur la route de l’abattoir ©Iryna Hromotska
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Les terroristes végans sont de retour!!!!!!!!!!!!!!!!!

Moi aussi je donne mon avis