Patagonia, la marque qui s’auto-boycotte par vertu

Rédigé par Jean-Marie, le 18 Jun 2013, à 14 h 14 min

Bref comment vendre des vestes en restant fidèle à sa philosophie ?

Patagonia a résolu de s’adresser en priorité à des consommateurs engagés qui partagent sa vision des choses. Patagonia leur propose de devenir des partenaires consommateurs qui acceptent par de recycler, de réutiliser, de réparer et de réduire leurs consommations et achats superflus.

Ne pas acheter des produits inutiles

veste-patagoniaLa campagne qui date de fin 2011, s’accompagne d’une explication de texte : «considérez la veste R2 sur l’affiche, l’un des produits que l’on vend le mieux. Pour la concevoir, on a besoin de 135 litres d’eau, assez pour satisfaire les besoins quotidiens en eau  de 45 personnes. Son voyage de ses origines comme polyester à 60 % recyclé jusqu’à notre entrepôt de Reno génère 9 kilos de dioxyde de carbone. Il y a beaucoup de chose à faire pour nous tous. N’achetez pas ce dont vous n’avez pas besoin.»

Peu de chances que les clients – de Patagonia prennent la marque au mot ; bien au contraire, cette pub ne risque que de séduire encore plus ses clients, en majorité très aisés et surtout, elle est assez forte pour se faire remarquer et donc attirer de nouveaux consommateurs et donc permettre de … vendre plus ! Argh !

L’insoluble paradoxe marchand

C’est un paradoxe insoluble pour les marques éthiques ou toutes les sociétés qui veulent s’engager pour une consommation plus durable : elles ont beau faire des efforts, s’engager dans une politique de recyclage, d’éco-conception, de RSE, d’économies d’énergie… au final, elles cherchent toujours à vendre plus. Le modèle intrinsèque des grandes multinationales, on l’a montré pour Ikéa par exemple, plonge les grandes multinationales dans l’impossibilité d’aller au bout d’une logique de respect de l’environnement.

Ne plus vendre ?

patagonia qu-en-pensez-vousTout est donc une question d’équilibre entre  deux tropismes : la vente et la mondialisation de l’économie d’un coté ; les mille et une façons de respecter l’environnement et l’éthique de l’autre.  A ce petit jeu les sociétés qui ne vendent pas des objets mais proposent de les partager (autopartage, troc, consommation collaborative) ont un avantage inné.

De votre coté, êtes-vous convaincus par la démarche éthique de Patagonia ou bien pensez vous qu’elle utilise des ficelles de comm’ (de greenwashing) comme d’autres marques connues ?

*

Je réagis

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

11 commentaires Donnez votre avis
  1. Cette campagne est bien vue, fallait oser. Elle est un cas d’école de communication responsable parce que Patagonia est une entreprise réellement engagée. Quelle autre marque aurait pu se permettre ça ? Leur démarche est globale et intégrée, leur site est pour ça très bien fait, c’est cohérent avec cette campagne.
    Et il faut aussi la remettre dans son contexte : elle est sortie en plein Thanksgiving dans le but de moraliser la consommation frénétique à cette période de l’année. Au delà du paradoxe qu’elle lève, elle vise surtout à réveiller les consciences.
    Patagonia reste centré sur ses valeurs tout en utilisant brillamment les ficelles de la com pour faire passer des messages. je salue leur engagement et leur courage !

  2. Pub intelligente!
    Mais qui bien entendu ne remet pas en question la mondialisation et ses conséquences écologiques , sociales en particulier .
    Production délocalisée, salaires de misère , chômage pour les autres…Transports accrus, pollution …
    C’est toujours les plus pauvres d’entre nous qui trinquent…

  3. Vendre, acheter, consommer n’est pas un problème. seul les achats boulimiques sont nocifs pour le bien être de tous.
    Je prends et je donne en conscience et le tour est jouer

  4. la clef du problème reste toujours la même, en politique comme en commerce comme dans toute situation où l’individu se retrouve décideur: c’est l’individu qui décide. Alors comment combattre notre paresse?

  5. Publicité intelligente et… en plus elle a des chances de faire réalisr un petit pas supplémentaire à une frange de sa clientèle qui n’aurait peut-être pas encore pensé que réfléchir avant de consommer est mieux encore que consommer éco!
    Chapeau bas 🙂

  6. je trouve qu’ils ont parfaitement compris le consommateur, déjà tout le monde le sait bien que lorsque l’on nous interdit de faire quelque chose, cela nous pousse à faire le contraire donc ici: acheter cette veste de deux ce message sous-entend: n’achetez pas non plus celle des concurrents, à voir, si la stratégie est vraiment dans un objectif éthique, préservation des ressources ou purement marketing

  7. On ne peut être indifférent à une telle pub-propagande… La marque joue sur ses valeurs et elle a raison.
    Elle interpelle et fait parler, donc elle a réussi son challenge. Maintenant à chacun de se sentir concerné et d’agir en conséquence.

  8. Je pense que le slogan est percutant et intelligemment tourné.
    Non seulement je n’achèterai pas ces vestes mais pas plus celles de leurs concurrents !
    Acheter ce dont on a réellement besoin s’acquiert avec de l’expérience et du recul. Exister n’est pas consommer comme avoir n’est pas être !

  9. Rien n’empêchera les « snobs » de se ruer sur cette marque pour se faire « bien voir »…
    Même s’il s’agit de « marketing », si globalement le message passe, et si, par ce biais, la marque peut récupérer des parts de marché, au détriment d’autres moins éthiques , je dirais : pourquoi pas ?

  10. Non, je ne pense pas que ce soit du greenwashing, le fondateur de Patagonia est très engagé dans la défense de l’environnement et la diminution de l’impact environnemental de ses produits. Il ose juste, dans cette pub, marquer une réflexion logique qui va peut être faire réfléchir les gens à deux fois avant de se précipiter en boutique. Après ça reste une pub car, quand on aura besoin d’une veste on ira chez Patagonia car ils font des vêtements pour durer et qu’en plus on aura une bonne estime d’eux !

  11. EXCELLENT ! à chacun de réfléchir avant d’acheter un produit .
    Mieux vaut de la qualité que de la quantité .
    Enfin, le consommateur est considéré comme un partenaire  » intelligent  »
    Arrêtons cette consommation irréfléchie .
    Arrêtons de rentrer dans le moule qui nous dicte à quoi ou à qui nous devons ressembler !

Moi aussi je donne mon avis