Grogne en France : la PAC réduit ses aides aux agriculteurs

Le départ des Britanniques de l’Union européenne et les nouveaux objectifs de celle-ci expliquent les sérieuses coupes budgétaires de la PAC, qui vont impacter le secteur agricole et les bénéficiaires français plus particulièrement.

Rédigé par Maylis Choné, le 3 May 2018, à 10 h 45 min

Le ministère de l’Agriculture semble en désaccord total face aux récentes décisions de la Commission européenne, qui souhaite baisser de 5 % le budget de la Politique Agricole Commune ou PAC.

La Commission européenne réduit le budget de la PAC

C’est une nouvelle qui ne plaît ni au ministère de l’Agriculture, ni aux agriculteurs français à la tête de très grandes exploitations. En cause, l’annonce le 2 mai par la Commission européenne d’une sévère coupe dans le budget de la Politique Agricole Commune (PAC). Les aides directes seront donc baissées de 5 %.

Les grandes fermes sont celles qui touchent le plus d’aides de la PAC © Kharkhan Oleg

« Une telle baisse, drastique, massive et aveugle, est simplement inenvisageable. La France ne pourra accepter aucune baisse de revenu direct pour les agriculteurs », a fustigé le ministère de l’Agriculture.  La baisse concerne les bénéficiaires de tous les pays membres et en particulier les propriétaires des grandes exploitations agricoles qui touchent aujourd’hui 80 % des aides. Un système injuste et peu écologique selon Bruxelles, qui souhaite rééquilibrer ses aides pour favoriser davantage les petites exploitations.

Greenpeace a d’ailleurs publié fin avril 2018, une enquête menée dans huit pays de l’Union européenne, sur la politique agricole commune (PAC), en se demandant « À quoi servent les 363 milliards d’euros de la PAC »(1) ? Les résultats ont montré que les exploitations agricoles qui polluent le plus reçoivent, elles aussi, des subventions européennes ; un constat qui concerne 436 exploitations dont des fermes usines de production de porc ou de volaille, qui « polluent bien au-delà des standards de la production française » !

Toujours selon Greenpeace, « l’ensemble du fonctionnement de la PAC, avec son système de rétribution à l’hectare, pousse à l’intensification et l’agrandissement des exploitations » à contre-courant de la transition agricole qu’il est nécessaire d’entreprendre…

Des économies pour financer d’autres objectifs

Pourquoi la PAC est-elle la grande perdante de cette coupe budgétaire ? Il est certain que ces restrictions interviennent un an avant le départ définitif de l’UE du Royaume-Uni. En mars 2019, ce pays qui payait plus qu’il ne recevait s’en ira et laissera derrière lui un « trou » de 12 à 14 milliards d’euros par an à combler, selon les estimations de la Commission.

PAC

© Mark Agnor

Il faut donc réaliser des économies et la PAC sera en quelque sorte victime de ces recherches de financements. Il est aussi important de souligner les préoccupations grandissantes des pays membres en matière de défense commune et de gestion des frontières extérieures. En touchant à la PAC risque-t-on de fragiliser encore un peu plus le monde agricole, ou contraire de partir dans une nouvelle dynamique où l’argent du contribuable est utilisé pour financer de manière équitable des solutions durables ?

Illustration bannière : Salle de traite dans une ferme usine – © Mark Brandon
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis