Ouate de cellulose : faut-il avoir peur du sel de bore ?

Rédigé par Annabelle, le 17 Nov 2012, à 17 h 00 min

La ouate de cellulose, fabriquée à partir de journaux et papiers recyclés est l’un des matériaux les plus prisés pour la construction et la rénovation écologiques. Avec en plus une énergie grise faible, la ouate de cellulose est considérée comme un écomatériau très performant. Le problème est qu’elle est généralement traitée avec du sel de bore. Cet adjuvant la rend ignifuge, résistante aux champignons et lui permet de repousser rongeurs et insectes. Mais le sel de bore se révèle également toxique, à forte dose…

Le sel de bore est-il toxique ?

ouate de celluloseDifficile d’obtenir autre chose qu’une réponse de Normand ! Le sel de bore est-il dangereux ? “P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non !”. Nombreux sont ceux qui craignent l’impact négatif de contacts répétés et prolongés auprès de sel de bore.

Des tests sur les animaux ont révélé des troubles, notamment au niveau de l’appareil reproducteur en cas de forte exposition. En tout état de cause, on estime le recul et le nombre d’études très insuffisant pour considérer le sel de bore comme toxique, à faible dose.

ouate de cellulose Par contre, à forte dose, la toxicité du sel de bore est avérée. Selon les autorités canadiennes, « la dose susceptible d’entraîner une intoxication aiguë mortelle chez les animaux se situe entre 400 et 900 mg d’équivalents de bore par kilogramme de poids. Les données relatives aux empoisonnements accidentels indiquent que chez l’humain, la dose d’acide borique susceptible d’entraîner une intoxication aiguë mortelle va de 15 à 20 g chez l’adulte, de 5 à 6 g chez l’enfant et de 2 à 3 g chez le nourrisson ».

Entre confusion et rumeurs

Beaucoup d’informations ont circulé quant à l’interdiction du sel de bore dans les ouates de cellulose. Face aux doutes quant à l’innocuité du sel de bore, le 30 juin 2012, le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) a préféré appliquer le principe de précaution. Ainsi, à compter de cette date, il a cessé de donner son agrément technique à toute ouate de cellulose fabriquée en France ou importée contenant du sel de bore.

Ouate de cellulose sans sel de boreRevirement de situation, le 6 novembre dernier, la CCFAT, c’est-à-dire la Commission Chargée de Formuler des Avis Techniques autorise de nouveau l’utilisation des Avis Techniques du CSTB pour les ouates de cellulose protégées avec du sel de bore.

Au niveau législatif cette fois, c’est le règlement REACH qui mène la danse. Le REACH est le règlement sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques, entré en vigueur le 1er juin 2007. Son but est d’assurer la protection de la santé et de l’environnement via des contrôles sur l’utilisation des produits chimiques. C’est le REACH qui permet, ou non, la libre circulation de ces substances en Europe. L’enregistrement et la classification des produits chimiques sous REACH sont contrôlés par l’Agence Européenne des produits CHimiques (ECHA).

Il se trouve que l’acide borique a été effectivement enregistré auprès de l’ECHA (avec un numéro de référence CE 233-139-2). Cela ne signifie pas que l’acide borique est interdit pour autant. Toutefois, il est soumis à quelques restrictions : les isolants en ouate de cellulose contenant plus de 5,5 % de sel de bore doivent porter une étiquette indiquant les risquent potentiels de toxicité. En dessous de ce taux, aucune mention n’est obligatoire.

La réponse des fabricants de ouate de cellulose

Comme le doute plane, les fabricants de ouate de cellulose cherchent des adjuvants capables de remplacer le sel de bore. Certains reviennent aux formules antérieures, à base de phosphates d’amonium. D’autres, comme NrGaïaBio ont mis au point une formulation avec des additifs issus d’extraits de plante.

La ouate de cellulose contenant des sels de bore peut être vendue au moins jusqu’au 30 juin 2015, la CCFAT a en effet renouvelé les avis techniques du produit. (1)  La CCFAT reconnaît que la réglementation européenne Reach autorise la présence de sels de bore jusqu’à une concentration de 5,5 %. Or, la teneur dans les ouates de cellulose est inférieure à ce seuil.

Autre point, l’Agence qualité construction (AQC), qui avait mis la ouate de cellulose en observation en janvier 2013 à cause des risques d’incendie liés à une mauvaise application du produit, a retiré sa mise en garde. En effet, les fabricants de ouate ont pris plusieurs mesures pour améliorer les pratiques des installateurs : les tableaux électriques, matériel de protection pour les spots, étiquettes sur les sacs, formation…

Rappelons qu’il existe aussi d’autres isolants naturels, très performants également ! Vous pouvez en retrouver la synthèse dans la fiche pratique qui leur est consacrée.

*

Je réagis

(1)Site du ministère de la santé canadien : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/pubs/natur/boron-bore-fra.php#a12
Sources : ecima.net, www.lamaisonnature.ch

Sur les isolants naturels :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    Quand on parle de toxicité pour la cellulose, est-ce qu’on parle des odeurs respirées ?

  2. Précisions de l’Ecima, syndicat des producteurs de ouate de cellulose

    Un arrêté ministériel a été publié le 21 juin 2013 (bit.ly/1a66vsz), et demande le retrait du marché des ouates à base de sels d’ammonium. Nous tenons à préciser que cet arrêté ne concerne que la vente, la distribution et la fabrication. Une fois la ouate sortie de son emballage et posée, elle est considérée comme partie intégrante du bâtiment et n’est en conséquent plus visée par cet arrêté (source Ministère de la santé bit.ly/15fOHGY).

    Depuis novembre 2012, tous les fabricants du syndicat Ecima ont arrêté la production des ouates intégrant des sels d’ammonium.

    Les qualités de la ouate de cellulose demeurent, au même titre que ses aspects écologiques et économiques toujours incontestés.

  3. Dernières précisions de l’Ecima, syndicat des producteurs de ouate de cellulose :

    Nous vous signalons qu’un arrêté ministériel, publié le 21 juin 2013, demande le retrait du marché des ouates à base de sels d’ammonium. Nous tenons à préciser que cet arrêté ne concerne que la vente, la distribution et la fabrication. Une fois la ouate sortie de son emballage et posée, elle est considérée comme partie intégrante du bâtiment et n’est en conséquent plus visée par cet arrêté. Depuis novembre 2012, tous les fabricants du syndicat Ecima ont arrêté la production des ouates intégrant des sels d’ammonium.

    Concernant le CCFAT et le CSTB, les avis techniques pour les ouates avec sels de bore ont été renouvelés jusqu’au 30 juin 2015, prolongeable jusqu’au 30 juin 2016 si nécessaire.

    Avec ces derniers éléments, l’Ecima prend en charge l’avenir de la filière. Les qualités de la ouate de cellulose demeurent : au même titre que ses aspects écologiques et économiques toujours incontestés.

    Plus d’infos : ecima.net

  4. ED, il faut arrêter de dire n’importe quoi. Le sel de bore est inscrit sur la liste européenne des produits toxiques (REACH). La France a mis en place un étiquetage sanitaire permettant au particulier de connaître la toxicité relative des produits de construction.
    Pour ma part j’utiliserai des produits classés A+ . Je ne veux pas mettre en péril la santé de mes enfants pour utiliser un produit dit écologique.
    De plus outre ma propre santé et celle de ma famille il me parait éthiquement discutable de faire poser par des artisans faiblement protégés un produit que l’on commence à percevoir comme toxique.

  5. Ces dernières années, l’univers de l’isolation a été très perturbé à cause de l’affaire « ouate de cellulose ». Les sels de bore sont-ils à proscrire ? Et les sels d’ammonium ?

  6. Bonjour ,

    L’analyse est tronquée,c’est a cause du lobying du groupe Véolia que le sel de bore a été interdit!!!

    • Quel rapport avec Veolia ? Le sel de bore , et le sel d’ammonium sont-ils sans problèmes pour la santé ?

  7. Mesdames, Messieurs les internautes,

    Le syndicat Ecima est le syndicat officiel des producteurs de ouate de cellulose. Il regroupe la majorité des producteurs en France. Vous trouverez les noms des sociétés membres du syndicat en visitant le site internet .

    L’Ecima travaille étroitement avec le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) pour développer l’utilisation des matériaux biosourcés en France.

    L’objectif prioritaire de l’ECIMA est de favoriser la production des matériaux sains et à faible empreinte environnementale. Tous les produits vendus par les membres de l’Ecima ont des Avis Techniques délivrés par le CSTB et font l’objet de contrôles de production particulièrement stricts afin d’assurer le plus haut niveau de qualité aux produits.

    Les désagréments d’odeurs constatés sur un nombre extrêmement limité de chantiers sont à l’origine de la mise en place d’une équipe de techniciens du CSTB et des membres de l’ECIMA.

    Ces mêmes techniciens sont à votre service pour vous apporter les informations officielles concernant l’ensemble des sujets concernant la ouate de cellulose.

    Vous pouvez adresser vos demandes d’information via le site internet du Syndicat http://www.ecima.net.

    Avec mes meilleures salutations.

    Olivier Legrand
    Président de l’ECIMA

Moi aussi je donne mon avis