S’estimant ‘seul à la manoeuvre’, Nicolas Hulot quitte le gouvernement !

Ministre de la Transition écologique et solidaire depuis un an, Nicolas Hulot vient d’annoncer ce mardi matin sur France Inter, son intention de démissionner du gouvernement !

Rédigé par Séverine Bascot, le 28 Aug 2018, à 9 h 40 min

C’est au micro de France Inter que le ministre Nicolas a déclaré qu’il voulait quitter le gouvernement. Furieux et lassé du manque d’action de l’exécutif sur les enjeux environnementaux, l’ancien animateur annonce qu’il « ne veut plus se mentir ».

Nicolas Hulot quitte le poste de Minsitre de la Transition écologique et solidaire

C’était pourtant un choix courageux que le célèbre défenseur de l’environnement et ancien présentateur TV avait fait en rejoignant  le 17 mai 2017, une équipe gouvernementale sous un Président qu’il n’avait pas soutenu pendant la campagne.

Mais au lendemain d’une rencontre critiquée avec les chasseurs voulue par Emmanuel Macron, il a finalement décidé de jeter l’éponge !

Après plusieurs interviews à menacer de son départ, et ce quasiment depuis sa nomination, Nicolas Hulot a finalement annoncé sa démission du gouvernement, mardi 28 août sur France Inter : « Est-ce que nous avons commencé à réduire l’utilisation des pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l’érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à se mettre en situation à arrêter l’artificialisation des sols ? La réponse est non. […] Je vais prendre pour la première fois la décision la plus difficile de ma vie. Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l’illusion que ma présence est à la hauteur sur ces enjeux-là. Je prends la décision de quitter le gouvernement ».

Une décision difficile mais murie, due au fait que « l’écologie n’est pas la priorité du gouvernement »

Nicolas Hulot semble avoir faire fi du protocole puisqu’il n’a prévenu ni le Président Emmanuel Macron, ni le Gouvernement de sa décision. Mais il craignait qu’ils ne l’en dissuadent à nouveau… Et de partager l’amertume de son sentiment de solitude à ce poste et concernant les grands enjeux environnementaux : « c’est une décision entre moi et moi. Je ne veux pas donner le sentiment que, si je repars, c’est parce que j’y crois. Je me pose la question : suis-je à la hauteur ? Mais qui serait à la hauteur tout seul. Où sont mes troupes ? Qui est derrière moi ? »

Interrogé sur ses motivations, Nicolas Hulot a affirmé qu’il avait le sentiment que l’écologie n’était pas la priorité du gouvernement, alors que « ce sujet conditionne tous les autres ». Et d’ajouter : « On s’évertue à entretenir un modèle économique responsable de tous ces désordres climatiques ».

Malgré les déceptions, de nombreux défenseurs de l’environnement voient toujours en lui le meilleur avocat de la cause, mais il confie « ne pas être fait pour la politique telle qu’elle se pratique aujourd’hui », « un monde où les violences et les tensions sont énormes ».

Déjà des voix s’élèvent dans la classe politique regrettant cette décision mais saluant le courage de l’ex militant écologiste, natif de Lille, élevé à Paris, face au double-discours qu’entretient le gouvernement sur l’écologie et les victoires récentes des lobbies sur nombre d’arbitrages importants.

Illustration bannière : Nicolas Hulot a choisi de démissionner – Capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. hulot n’a été qu’une marionnette au service de macron, comme d’ailleurs tout son gouvernement, macron nous fait croire qu’il consulte, écoute, mais fait ce qu’il a décidé et ne tient compte de l’avis de personne, c’est ni plus ni moins que de la dictature, celui qui remplacera hulot sera logé à la même enseigne, hulot s’est discrédité en acceptant le poste de l’écologie dans ce gouvernement de dupes.

  2. Quand l’environnement devient un enjeu supérieur à l’humain, pour l’humain et avec l’humain. C’est toujours le fruit des mythes. Le développement durable est un enjeu de très longue haleine et le travail de plusieurs pas ministères. Si l’on prend en compte le changement climatique: c’est plusieurs décennies. Il faut Changer les structures, changer les comportements et changer le développement qui ne pourra pas se faire du jour au lendemain, et peu être que la transition sera si faible par endroit que l’on pourra se poser des questions à savoir s’il ne faut pas abandonner.

  3. (Petite précision sur mon commentaire précédent: La phrase « Qui va s’en charger » était bien sur une question. Le point d’interrogation manque. Une faute de frappe…)

  4. Je le trouve très courageux et cohérent. Bravo!

    Sa contribution aura probablement bien plus d’impact dans ses rôles au sein d’association ou fondations, par exemple.

    Néanmoins c’est dommage, car des changements et décisions politiques sont également nécessaires.. Qui va s’en « charger ». Il nous reste à tous le droit de vote lors des élections. Faisons en usage dès que possible!

    Bien entendu, de plus, n’oubliez pas que nous pouvons tous être consommACTEURS. <> sous-estimons complètement le pouvoir que nous avons par ce biais. A bon entendeur!

  5. Content que N. Hulot soit enfin sorti de ce piège. Pour trois raisons : d’abord parce qu’il va pouvoir agir de l’extérieur sans être seul, ensuite parce qu’il n’attrapera pas une sale maladie à cause du « rat en cage » (lire H.Laborie)et puis, égoïstement, parce que j’avais fait le pari de son départ à la rentrée… Bravo MONSIEUR Hulot !

  6. Autant dire que le Ministère de la Transition écologique n’existe plus.

    Hulot était sincère dans sa démarche, je ne vois pas qui pourrait le remplacer.

    Macron y placera sans doute un de ses amis qui restera bien sage en faisant des annonces suivi d’aucune action…. bref de la politique

Moi aussi je donne mon avis