À Bruxelles, le Manneken-Pis urine toujours de l’eau potable mais ne la gaspille plus !

Ce n’est qu’en mars 2019 que la célèbre fontaine bruxelloise a été mise en circuit fermé, ne déversant ainsi plus l’eau – potable – dans les égouts de la ville inutilement !

Rédigé par Anton Kunin, le 28 Mar 2019, à 11 h 40 min

Entre 1.000 et 1.500 litres d’eau par jour sont désormais économisés grâce à une gouttière installée sur ce célèbre monument de Bruxelles. Pendant des décennies, personne ne s’était préoccupé d’une telle absence dans la fontaine du Manneken-Pis.

Manneken-Pis : jusqu’à 1.500 litres d’eau par jour étaient gaspillés

Depuis 1619, le Manneken-Pis étonne, scandalise ou amuse les Bruxellois et les visiteurs de la capitale belge par son aspect peu bienséant. Mais cette fontaine constituait surtout un scandale environnemental.

Le Manneken-Pis, la fontaine emblématique de la capitale belge © S-F / Shutterstock

Raccordé à une source, le Manneken-Pis a longtemps servi à l’approvisionnement des habitants en eau potable, avant que tous les logements ne soient alimentés par tuyaux, comme c’est le cas aujourd’hui. Mais avec l’adduction de l‘eau potable dans les logements,  la raison d’être première du célèbre monument a perdu son sens, sans qu’il n’ait pour autant été mis en circuit fermé.

C’est un technicien de la Ville de Bruxelles qui s’est rendu compte du gaspillage et a donné l’alerte, après avoir été missionné pour installer un compteur d’eau sur le Manneken-Pis(2). Selon lui, 1.000 à 1.500 litres d’eau potable par jour, soit l’équivalent de la consommation quotidienne de trois à quatre ménages, étaient perdus, se répandant directement dans les égouts.

Manneken-Pis : un dispositif de récupération temporaire a été mis en place

En mars 2019, une gouttière a été installée sur le Manneken-Pis. Elle récupère désormais l’eau « urinée » par ce chérubin et réalimente le circuit. Le dispositif est toutefois temporaire et sera prochainement perfectionné.

La Grand Place de Bruxelles, non loin du Manneken-Pis © Mihai-Bogdan Lazar

Si tout gaspillage d’eau est déplorable, à Bruxelles il l’est d’autant plus que l’eau du robinet n’est pas issue des stations d’épuration des eaux usées mais provient de sources naturelles, après un filtrage par la roche (auquel s’ajoute bien évidemment un traitement). 35 % de l’eau consommée en région bruxelloise provient des eaux de surface et 65 %, de nappes d’eau souterraines.

Illustration bannière : La célèbre statue de Bruxelles ne gaspillera plus d’eau potable – © Nickzudwa
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis