La Colombie bafoue le rejet citoyen d’un projet de mine d’or

Le 26 mars 2017 les habitants de la ville de Cajamarca en Colombie se sont massivement prononcés contre le projet d’exploitation d’une mine d’or. Pourtant, leur avis ne sera sans doute pas pris en compte par le gouvernement.

Rédigé par Maylis Choné, le 30 Mar 2017, à 11 h 10 min

Le référendum du 26 mars 2017 a montré que 98 % des personnes étaient opposées au projet d’ouverture de la mine d’or dans la ville de Cajamarca, en Colombie. Et pourtant, cela ne pèsera pas dans la décision du gouvernement.

Ouvrir la mine d’or à tout prix ?

On pourrait presque comprendre le gouvernement. La mine d’or sera certainement la plus grande du pays voire même de toute l’Amérique du Sud. Elle pourra offrir 1.000 tonnes d’or. La société sud-africaine AngloGold Ashanti choisie pour extraire l’or bénéficierait déjà des autorisations nécessaires pour commencer son travail.

Alors, quand les quelques 98 % des habitants de la ville se prononcent dans un référendum contre ce projet, le gouvernement explique qu’il n’est pas tenu de considérer leur avis, car l’exploitation des sous-sols relève de la compétence nationale : « La consultation de Cajamarca n’a pas la capacité de modifier la loi et 6.100 personnes ne peuvent à elles seules en finir avec l’État de droit », explique le ministre colombien de l’Énergie et des Mines German Arce. Il tente de rassurer, mais la nouvelle est difficile à digérer et les craintes sont nombreuses.

La mine, une menace pour l’environnement

La mine ne sera pas à ciel ouvert, affirme le gouvernement pour calmer les habitants de la région. Ces derniers assurent qu’ils préfèrent vivre de l’agriculture plutôt que d’ouvrir le ventre de la terre. Ils craignent surtout que l’exploitation aurifère vienne polluer les rivières et déstabiliser leur écosystème. « Il n’y a pas non plus une centaine de rivières à risque », a répondu le ministre German Arce.

Seules 76 personnes ont voté le 26 mars 2017 en faveur de ce projet étudié depuis 2009. D’autres villes colombiennes organiseront également des référendums pour contrer des projets miniers de leur région. Mais sans l’assurance de pouvoir réellement faire changer les choses.

Illustration bannière © TTstudio – Shutterstock

 

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Le gouvernement bafoue le rejet citoyen… Ah oui???
    Comme en France, lorsque le peuple a rejeté l’Adhésion à l’Union européenne, en 2005, qu’est-ce que Sarkozy a fait???
    LA MEME CHOSE…!!!!
    Alors avant de critiquer les autres, balayons devant notre porte…!
    Sarkozy n’a sans doute pas compris pourquoi le peuple le rejette?!… la preuve, il s’est représenté à cette campagne présidentielle… alors, lorsque les gouvernements qui ne font rien pour les peuples, et font l’inverse de ce que les peuples veulent, auront compris qu’à ce jeu là, on ne gagne pas à tous les coups…! en attendant, une démocratie commence par le respect de ce que veut le peuple!

Moi aussi je donne mon avis