Un maire breton anti-pesticides, héros de l’environnement

En décidant de le poursuivre devant le tribunal administratif de Rennes, la préfète d’Ille-et-Vilaine, Michelle Kirry, a fait du maire de Langouët un symbole de la lutte anti-pesticides.

Rédigé par Paul Malo, le 19 Aug 2019, à 10 h 10 min

Daniel Cueff, maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), est bientôt convoqué devant la justice pour avoir voulu protéger ses administrés des pesticides.

Interdire les pesticides : « Une décision juste »

En décidant de le poursuivre devant le tribunal administratif de Rennes, la préfète d’Ille-et-Vilaine, Michelle Kirry, a fait du maire de Langouët un symbole de la lutte anti-pesticides. Le 18 mai dernier, Daniel Cueff avait, par arrêté municipal, interdit l’utilisation des pesticides à moins de 150 mètres des maisons. Un arrêté illégal, selon la préfète. Un rassemblement de soutien à ce maire anti-pesticides a rassemblé une centaine de personnes devant la préfecture de Bretagne.

Pour l’Union démocratique bretonne (UDB), « l’arrêté anti-pesticides pris par Daniel Cueff est un acte courageux et nécessaire ». Tout comme Dominique Voynet, Noël Mamère y voit « une décision juste. Sortir des pesticides, c’est entrer dans la transition écologique. Plus nous serons nombreux à apporter notre soutien, plus les responsables locaux seront enclins à prendre des décisions de cette ampleur ».

Un héros dans quelques années ?

« Le tribunal peut être une étape décisive. Il nous faudra persévérance et ténacité », a déclaré le maire de la petite commune de 602 habitants dans un message. Un nouveau rassemblement sera organisé par les comités de soutien au maire le 22 août, à 9 h 30, devant le tribunal administratif de Rennes.

« Stop pesticides, nous voulons des coquelicots », « Madame la préfète, laissez nos maires nous protéger », « Pesticides, riverains, agriculteurs, tous victimes », disaient les banderoles lors du dernier rassemblement de soutien.

Sur Twitter, Yannick Jadot, député européen écologiste, soutient également le maire du petit village : « Nous sommes contaminés, les abeilles disparaissent, les algues vertes pullulent. Mais l’État et sa préfète préfèrent s’acharner sur un maire responsable et autoriser les pires élevages industriels. Lamentable ! ». De son côté, sur Twitter également, l’ancienne ministre de l’Environnement, Corinne Lepage, juge que « le maire de Langouët a entièrement raison. Dans quelques années, il sera reconnu comme un héros ».

Illustration bannière : Un village d’irréductibles gaulois – © Uderzo
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. Il faut dire à Michelle Kirry que c’est bien plus illégal et criminel empoisonner toute une région jusque dans les assiettes des habitants, avec tous ce pesticides, herbicides, fongicides, engrais chimiques, et j’en passe ………. c’est honteux !!!! pour une fois qu’il y a un maire avec un cerveau qui fonctionne…

  2. C’est bien là la preuve que ce n’est pas notre GOUVT qui gouverne la France mais bien toutes ces multinationales multimilliardaires lobbystes !!!!!! contre lesquelles nos gouvt de peuvent rien vu qu’ils vivent à crédit avec une dette d’état astronomique ……… Bravo au maire, si tous étaient comme lui en France on vivrait bien mieux……

    • …ce n’est pas assez de interdire tous ces pesticides à 150 m. des maisons, mais il faudrait les interdire 100 % PARTOUT ET IMMÉDIATEMENT et pas des 2 ou 5 ans……

Moi aussi je donne mon avis