La bière, un nouveau carburant ?

Des scientifiques ont découvert que la bière pouvait être transformée en carburant et devenir une alternative à l’essence. Il faudra tout de même être patient avant de pouvoir faire le plein.

Rédigé par MEWJ79, le 28 Dec 2017, à 9 h 50 min

La bière comme carburant, il fallait y penser ! Des scientifiques de l’Université de Bristol ont pourtant découvert que la boisson houblonnée pouvait devenir une alternative durable à l’essence. En convertissant l’éthanol, déjà utilisé comme carburant, en butanol, qui a l’avantage d’être beaucoup moins corrosif pour les moteurs, ils ont atteint à leur objectif.

La bière pour remplacer l’essence

Alors qu’à Londres, certains bus roulent au café, voici un carburant des plus originaux : la bière. Dans une étude publiée dans la revue Catalysis Science & Technology, des chimistes de l’université de Bristol affirment avoir réussi à créer du carburant à partir de cette boisson. Ils ont découvert que la bière pouvait être transformée en carburant et devenir une alternative durable à l’essence. Cela fait plusieurs années que les scientifiques étudient la bière pour découvrir comment elle pourrait parvenir à créer une source d’énergie renouvelable.

essence, biere

© Irmelamela

Pour ce faire, ils ont développé une technologie qui consiste à convertir l’éthanol (l’un des principaux ingrédients dans les boissons alcoolisées et qui est déjà une alternative à l’essence dans le monde entier) en butanol en utilisant un catalyseur, un produit chimique qui accélère une réaction. Mais il faudra être patient avant d’utiliser la bière pour faire le plein.

Faire du butanol un substitut à l’essence à l’échelle industrielle

Après être parvenus à transformer l’éthanol en butanol en laboratoire, les chercheurs ont réussi à produire quelques centaines de grammes de butanol à partir de la bière : « pas assez pour remplir le réservoir d’une voiture pour l’instant ! », comme précise le professeur Duncan Wass de l’École de Chimie de l’université de Bristol, l’auteur principal de l’étude. À l’heure actuelle, les scientifiques travaillent à partir de bouillons de fermentation d’éthanol, qui contiennent jusqu’à 90 % d’eau ainsi que d’autres impuretés. Ce processus pourrait tout de même demander jusqu’à cinq ans de travail.

biere, essence

© Syda Productions

« L’alcool dans les boissons alcoolisées est en réalité de l’éthanol – c’est exactement la même molécule que nous voulons convertir en butanol en remplacement de l’essence » a précisé le professeur Wass. Et d’ajouter : « Si notre technologie fonctionne avec des boissons alcoolisées – en particulier la bière, qui est le meilleur modèle, cela montrera tout son potentiel à faire du butanol un substitut à l’échelle industrielle ». Le scientifique estime que si les bières ne seront pas vraiment utilisées à l’échelle industrielle, l’éthanol, lui, le sera.

Lire aussi : Quelles alternatives aux véhicules diesel et essence ?

Des micro-algues comme hydrocarbures

Et puis, à la différence de l’essence et du diesel, l’un des grands avantages de l’utilisation du butanol comme carburant est qu’il peut être utilisé par toutes les voitures : « L’éthanol serait converti en butanol dans une grande usine très semblable à l’industrie pétrochimique actuelle, et ensuite le butanol serait mis dans la voiture par le consommateur », selon Duncan Wass, interrogé par le MailOnline. Mais bien que la bière puisse être utilisée pour fabriquer du carburant, les scientifiques n’ont aucunement l’intention de se mesurer à l’industrie des boissons.

Lire aussi : Les chiffres de la production mondiale d’Ethanol sur le Planetoscope

En France, des chercheurs ont eux découvert une enzyme qui permet aux micro-algues, grâce à la lumière, de transformer une partie de leurs acides gras en hydrocarbures. « Les hydrocarbures obtenus sont très intéressants, parce qu’ils ne contiennent pas d’atomes d’oxygènes, explique Gilles Peltier, un des auteurs de l’étude. On a un produit qui est très proche du pétrole, il n’y a pas besoin de le diluer, contrairement au diester que l’on ne peut ajouter au diesel, qu’en quantité limitée par exemple. » Les résultats ont été publiés dans la prestigieuse revue Science, et ont déjà été salués par la communauté scientifique. « C’est une prouesse scientifique, et surtout une découverte qui débloque un verrou », salue Antoine Sciandra, directeur du Laboratoire d’océanographie de Villefranche. Mais là encore, il faudra du temps avant de pouvoir utiliser ce bio carburant.

Illustration bannière : La bière, future alternative à l’essence © Syda Productions
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Il y en a qui carbure à la bière,mais après 4 ou 5 chopes au volant d’une voiture bonjours les dégâts.

Moi aussi je donne mon avis