Les grandes figures de la transition écologique – Jean Jouzel, climatologue-glaciologue pionnier des lanceurs d’alertes

Parmi l’une des premières personnes à démontrer le lien entre les émissions de CO2 liées aux activités humaines et le réchauffement climatique, il y a un peu plus de 30 ans, Jean Jouzel n’a depuis cessé d’alerter autour de lui autant du rythme de ces changements mais aussi de leur intensité grandissante…

Rédigé par Camille Peschet, le 10 Sep 2019, à 18 h 00 min

Né en 1947, Jean Jouzel est un climatologue français mondialement reconnu. Membre du désormais célèbre GIEC (Groupe Inter Gouvernemental d’Expert pour le Climat) – il a reçu, avec les autres membres de ce groupe le prix Nobel de la paix en 2007. Puis il est devenu directeur de recherches au CEA, et maintenant membre de l’Académie des sciences, il a également reçu la médaille d’or du CNRS avec Claude Loris.

Le point d’entrée de Jean Jouzel ? L’étude des calottes glaciaires

Jean Jouzel a consacré et consacre encore une grande partie de sa vie de chercheur à l’étude des calottes glaciaires afin de mieux comprendre le lien entre les différentes formes isotopiques de l’eau (structure de l’eau à l’état microscopique), la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et les variations climatiques.

Jean Jouzel

Jean Jouzel a été un des premiers à s’inquiéter du réchauffement climatique e en étudiant les terres polaires © Grant Tiffen

C’est ainsi qu’il a pu mettre en évidence la corrélation entre augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère et augmentation de la température moyenne à la surface du globe. Renforçant la certitude de la responsabilité des humains dans le réchauffement actuel. L’étude des calottes a en effet permis de déterminer la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère depuis plusieurs milliers d’années.

Force est de constater que l’augmentation continue et rapide de la quantité de gaz à effet de serre depuis le début de l’ère industrielle est due à l’utilisation des énergies fossiles. Elle est associée à une augmentation continue de la température moyenne à la surface du globe.

Une casquette de conférencier pour ne cesser de dire l’urgence d’agir

En première ligne pour constater les conséquences du réchauffement climatique, tout particulièrement dans les zones polaires où celui-ci est plus rapide, Jean Jouzel a depuis plusieurs années enfilé également une casquette de conférencier. À travers ses interventions, il explique au grand public l’impact du réchauffement climatique présent et à venir sur notre quotidien et l’urgence qu’il y a à agir.

Le réchauffement climatique déjà enclenché doit être limité

Jean Jouzel et les autres membres du GIEC confirment que le réchauffement climatique est enclenché. La terre s’est déjà réchauffée de 1°C depuis le début de l’ère industrielle, et cette tendance va se poursuivre au regard de la forte inertie des phénomènes climatiques. Ainsi, même si nous cessons toute activité polluante, les gaz à effet de serre mettront plusieurs centaines d’années avant de quitter l’atmosphère.

Conscient de cette inertie, Jean Jouzel ne cesse de répéter la nécessité de tout mettre en oeuvre pour limiter le réchauffement climatique à +2°C.

Au-delà de +2°C, un saut vers l’inconnu

En effet au-delà de +2°C, il y a un risque important d’emballement et de boucles de rétroactions négatives. C’est-à-dire des phénomènes qui se répondraient et amplifieraient le réchauffement climatique.

L’une des boucles de rétroactions que craignent particulièrement les scientifiques est la fonte du permafrost, terres gelées de Sibérie. En effet, le réchauffement climatique actuel amène le dégel d’une partie de ces terres, qui dégagent alors du méthane en quantité importante. La libération de ce gaz augmente le réchauffement climatique et par conséquent, la fonte encore plus massive de ces terres, les deux phénomènes se répondant.

Personne ne peut prédire le monde qui sera le nôtre au-delà de +2°C… Mais nous constatons dès aujourd’hui les effets du réchauffement climatique, et les prévisions du GIEC font dans le sens de plus de jours chauds, de phénomènes climatiques violents, l’élévation du niveau de la mer… Si l’heure n’est pas encore à l’emballement, les scientifiques ne peuvent prédire de façon précise le moment de bascule.

Jean Jouzel

La fonte du permafrost libère d’énormes quantités de gaz à effet de serre © Aleksandr Lutcenko

Vers un nouveau modèle de société

Pour réussir à limiter à 2°C l’augmentation de la température moyenne à la surface du globe, un changement de société total doit être mis en oeuvre, un monde où 80 % au minimum des énergies fossiles ne seront plus exploitées. Il est donc primordial que les gouvernements instiguent des politiques fortes en faveur de l’efficacité énergétique dans l’ensemble des secteurs (transports, bâtiments, industrie…).

Il faut aussi revoir notre modèle agricole et préserver les puits de carbone tout particulièrement la végétation. Ce changement total de société est certes une grande marche mais elle est aussi source d’emploi.

Pour Jean Jouzel, nous avons maintenant 10 ans pour agir et chacun est acteur de ce changement. Mais plus nous attendons dans cette fourchette, plus nous aurons du mal à maintenir le réchauffement en dessous des 2°C. Les années perdues ne se rattrapent pas.

Illustration bannière : Jean Jouzel au micro de France Culture – Capture d’écran YouTube France Culture

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Portée par un cadre familial m'ayant sensibilisée à une consommation responsable et en faveur d'une production énergétique renouvelable, je me suis...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Jean Jouzel , expert auto proclamé , Mondialement connu , en bien ou en mal ? surtout interesse par  » paraitre dans les médias et faire parler de lui , faisant payer tres cher ses interventions .Enfonçant les portes ouvertes .
    Oui le climat change ! car la terre change . Croyez vous que les preconisations de Mr Jouzel peuvent modifier les effets de la tectonique des plaques , de l’axe de rotation de la terre ;;;;;;;;

Moi aussi je donne mon avis