Italie : un « congé menstruel » pourrait voir le jour

En Italie, les femmes souffrant de règles douloureuses pourraient bientôt avoir droit à un congé de trois jours par mois.

Rédigé par Anton Kunin, le 29 Mar 2017, à 10 h 35 min

Rien n’est encore sûr, mais au moins, le Parlement italien vient de se saisir de la question. Si l’idée fait son chemin et aboutit à une loi, les femmes pourront prendre des jours de congés pour vivre ces jours difficiles tranquillement chez elles.

Les règles douloureuses sont une condition médicale reconnue

La proposition est actuellement à l’étude au sein de la Commission du travail. Les quatre parlementaires à son origine – toutes des femmes – souhaitent que les salariées atteintes de dysménorrhée puissent s’absenter de leur lieu de travail, sans que ces absences aient une influence sur leur salaire.

La dysménorrhée est une condition médicale scientifiquement reconnue qui se caractérise par des douleurs intenses lors de règles. Il peut s’agir de spasmes (crampes pelviennes) ou d’une douleur sourde. Les règles peuvent s’accompagner de nausées et de maux de tête. Longtemps considérées comme normales, ces douleurs et leurs causes sont davantage reconnues par le corps médical aujourd’hui. Avec cette proposition de loi, ses auteurs souhaitent que la dysménorrhée soit également reconnue socialement.

règles douloureuses

© Marcos Mesa Sam Wordley Shutterstock

Le « congé menstruel » pourrait s’avérer contre-productif, estiment ses critiques

Pour pouvoir bénéficier de ce congé, les femmes devraient remettre à leurs employeurs un certificat médical, renouvelé tous les ans. Seules celles souffrant de dysménorrhée devraient y avoir droit.

Mais cette proposition soulève les critiques. En Italie, seulement 61 % des femmes travaillent : si cette disposition est introduite dans la loi, les employeurs seront sans doute encore moins enclins à embaucher des femmes, estiment les parlementaires opposés à cette idée. Selon un rapport du Bureau national des statistiques d’Italie (Istat), près d’un quart des femmes enceintes seraient même illégalement licenciées en raison de leur grossesse. Cette idée visant à rendre la vie des femmes moins difficile pourrait ainsi avoir l’effet inverse.

Si, parmi les pays européens, l’Italie fait figure de pionnière, de tels congés existent déjà au Japon, en Corée du Sud, en Indonésie, au Taïwan, ainsi que dans plusieurs provinces chinoises.

Illustration bannière © Lucky Business – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. je suis entièrement d’accord avec cette “intention” de l’Italie concernant les règles douloureuses. Nous ne sommes pas toutes logées à la même enseigne…Il y a des moments avec et d’autres sans …Excellente idée !Que les messieurs ne prennent pas cela comme un congé supplémentaire. Quand ils auront cela chaque mois et qu’ils accoucheront, ils auront une autre idée de ces moments difficiles !

Moi aussi je donne mon avis