L’additif E171 enfin banni des denrées alimentaires… Les produits cosmétiques devront attendre

À partir du 1er janvier 2020, le dioxyde de titane – ou E171 – sera interdit dans les aliments. Il ne sera pas retiré, en revanche, des produits de beauté et des médicaments…

Rédigé par Paul Malo, le 18 Apr 2019, à 10 h 00 min

À partir du 1er janvier 2020, interdiction d’ajouter du dioxyde de titane dans les aliments. Mais pas dans les produits de beauté ou les médicaments !

E171 – Des nanoparticules dangereuses à interdire au plus vite

Le rapport rendu par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) ne laissait pas de place au doute : parmi les 25 nouvelles études publiées sur le sujet depuis 2017, certaines soulignaient que l’additif E171 provoquait une « modification des mécanismes biologiques cellulaires chez la souris ou des anomalies du développement chez des invertébrés ». Il fallait donc purement et simplement l’interdire pour « limiter l’exposition des travailleurs, des consommateurs et de l’environnement à ces nanoparticules et remplacer l’additif E171 par des produits dépourvus de nanomatériaux, sûrs et équivalents en termes de fonction et d’efficacité ».

L’E171 se trouve dans prés de deux tiers des dentifrices.  ©Africa Studio

C’est pourquoi le gouvernement a décidé d’interdire « par précaution », la mise sur le marché français de toute denrée alimentaire contenant du dioxyde de titane dès le 1er janvier 2020(1). L’annonce a été faite via un communiqué conjoint des ministères de l’Écologie et de l’Économie, le mercredi 17 avril 2019. L’arrêté à ce sujet devrait être signé et publié dans « les meilleurs délais ».

L’E171 restera présent dans les médicaments et les produits de beauté

Ce colorant était présent, jusque-là, dans de nombreux produits de consommation courante. Le gouvernement invoque, pour cette interdiction, des « incertitudes résiduelles pour garantir la sécurité de l’utilisation de cet additif ». Par ailleurs, « aucune dose journalière admissible n’a pu être fixée pour cet additif, en raison du manque de données ».

Si les marques n’ont que neuf mois devant elles pour se débarrasser de l’E171 dans leurs produits, certains industriels et une partie des enseignes de grande distribution l’avaient d’ores et déjà supprimé de leurs productions. En revanche, le ministère de la Transition écologique confirme que l’arrêté ne concerne que les denrées alimentaires. Pour l’heure, aucune interdiction n’est envisagée pour les dentifrices, les cosmétiques et les médicaments.

Illustration bannière : L’E171 est encore beaucoup utilisé dans les confiseries – © sellenelles
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. C’est enfin une avancée pour les produits alimentaires. Encore un gros effort à faire pour le reste.
    Bien qu’étant très vigilante sur ce que je consomme, je me suis aperçue récemment que le médicament que je prends depuis longtemps en contenait. J’ai demandé à en changer.

Moi aussi je donne mon avis