Inflammations des intestins : gare à l’excès de viande rouge

C’est une étude qui l’ a révélée le 10 janvier : le risque d’inflammation des intestins augmenterait en fonction de notre consommation de viande rouge.

Rédigé par Maylis Choné, le 12 Jan 2017, à 10 h 10 min

Les hommes qui consomment beaucoup de viande rouge développent plus souvent des diverticulites que les autres. En clair, c’est une inflammation des petites excroissances formées dans la muqueuse de l’intestin.

La viande rouge nocive pour les intestins

L’étude parue le 10 janvier est attribuée à un groupe de chercheurs originaires de l’université de Harvard aux États-Unis. D’après leurs travaux, les hommes qui consomment le plus de viande rouge non transformée, à savoir le boeuf, l’agneau ou le porc, ont plus de risques de développer une diverticulite que ceux qui mangent de la viande rouge transformée (bacon, salami …), voire très peu de viande rouge.

Pour parvenir à ce résultat, les scientifiques ont comparé deux groupes, gros mangeurs de viande rouge non transformée (jusqu’à six portions par semaine) d’un côté et faibles mangeurs de cette même viande de l’autre. La consommation de viande rouge « peut perturber l’équilibre des bactéries présentes dans les intestins », précise le site scienceetavenir.fr. Et le résultat parle de lui-même : les cas de diverticulites ont été 58 % plus nombreux dans le premier groupe. 

D’autres facteurs en jeux ?

Ces inflammations, susceptibles d’être graves, touchent chaque année de nombreuses personnes qui peuvent parfois être hospitalisées. C’est le cas pour 210.000 patients tous les ans aux États-Unis. Péritonite, abcès, perforation des intestins… En plus d’être très douloureuse, la diverticulite entraîne dans 4 % des cas de graves complications.

Même si les chercheurs ne souhaitent pas établir de liens de cause à effet de manière directe, il existe également une augmentation de cas de diverticulites – en plus d’une consommation excessive de viande –  à cause du tabac, du manque d’activité physique, de prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens et de faible apport de fibres dans l’alimentation.

Illustration bannière © YAKOBCHUK VIACHESLAV – Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




3 commentaires Donnez votre avis
  1. au hasard, vos sponsors, c’et pas mac-do ou picard

  2. Le titre est bien accrocheur !!!!! et anxiogène….

    Le trop de viande certes, mais le manque de fibres, d’exercice, tous ces éléments qui ne sont cités qu’à la fin de l’article.
    “trop est toujours trop “: trop de jeûne, trop de sucres, trop d’articles orientés…
    Savoir choisir ses protéines, animales et végétales, les équilibrer, voilà un article qui pourrait être positif, et y inclure les résultats de cette expérience, voilà qui ferait avancer le lecteur, au lieu de le culpabiliser.

  3. La viande rouge n’est pas bonne pour la santé, on peut en manger de temps en temps

Moi aussi je donne mon avis