Scandale dans les Alpes : de la neige héliportée sur les pistes

Montclar Les 2 vallées, dans les Alpes-de-Haute-Provence, a décidé de faire appel à un hélicoptère pour amener la neige du haut vers le bas des pistes. Ou quand l’économie touristique l’emporte sur l’écologie.

Rédigé par Paul Malo, le 3 Jan 2020, à 11 h 02 min

Quand l’économie passe avant l’écologie : la station de ski de Montclar a décidé de compenser le manque de neige par des livraisons par hélicoptère.

Dans cette station des Alpes du Sud, on amène de la neige par hélico

Montclar Les 2 vallées, dans les Alpes-de-haute-Provence, se trouve entre Gap et Barcelonnette. Mais à seulement 1.325 mètres d’altitude, elle ne propose que 10 cm de neige en bas des pistes et 155 cm en haut des pistes.

Amener la neige du haut vers le bas de la station

Comment compenser le manque de neige pour faire face à la deuxième semaine des vacances de Noël ? Les autorités de la station ont estimé le manque à gagner potentiel à 150.000 euros pour les remontées mécaniques, et à 900.000 euros pour les professionnels de la vallée.

vallée de l'ubaye alpes neige ski

La vallée de l’Ubaye et ses paysages exceptionnels – © Astridlike

C’est pourquoi, sans prendre en compte les critiques environnementales, les responsables de la station ont décidé de déployer les grands moyens. Plutôt que d’utiliser des canons à neige, ils ont fait appel à un hélicoptère pour amener la neige manquante du haut des pistes vers le bas de la station de Montclar Les 2 vallées.

Lire aussi : Ecotourisme : top 7 des stations de ski responsables

Un choix contestable

Un mauvais message alors que la station de ski située entre la vallée de la Blanche et celle de l’Ubaye, créée dans les années 70 pour enrayer l’exode rural, a été récemment sauvée par ses habitants. Comme de nombreuses stations de ski françaises, Montclar les 2 vallées est dans une situation délicate depuis 2015, la faute à l’enneigement limité et un manque de revenus. Une campagne de financement a permis de redresser la situation de la station, qui mise sur des activités à taille humaine et la beauté des lieux avec une vue imprenable sur le lac de Serre-Ponçon.

lac de serre-ponçon alpes du sud

Le lac de Serre-Ponçon regroupe les eaux de la Durance et de l’Ubaye – © Hect

Il est donc dommage de voir cette station auto-gérée choisir cette solution. Le président de la société privée Montclar Domaine Skiable, qui gère la station, a justifié la décision pour des raisons pratiques, indiquant au quotidien Le Dauphiné Libéré : « Le bureau a validé l’opération à l’unanimité, après avoir pesé le pour et le contre, estimé les impacts d’image, de satisfaction client, économiques, environnementaux(1) ».

Un flocon vert pour les bons élèves

Au total, l’opération d’enneigement aura supposé pas moins de 80 rotations d’hélicoptère, et ce afin d’amener les 200 m3 de neige manquants. À raison d’environ 3 m3 par voyage, l’opération aura au total coûté 8.000 euros pour la journée. Un chiffre à mettre en parallèle du manque à gagner en cas d’absence de neige. Mais à quel prix pour la nature ?

À l’inverse de la démarche de cette station, les stations de ski les plus en pointe face au changement climatique se voient accorder un label « Flocon vert » pour leurs efforts. Telle la station des Rousses, dans le Jura, qui utilise principalement de l’eau de pluie récupérée pour alimenter ses canons en neige, et n’ajoute aucun produit artificiel à cette neige de culture. Créé en 2013, le label « Flocon Vert » est basé sur 21 critères garantissant que la station s’inscrit dans une démarche durable.

Illustration bannière : Pas assez de neige pour skier dans la vallée de l’Ubaye – © Andrew Mayovskyy
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis