Le gouvernement signe un énorme coup d’arrêt au développement de l’agriculture bio

Le gouvernement a opté pour un signal fort dans le transfert des aides à la PAC en ne soutenant pas comme elle aurait besoin la conversion des agriculteurs à l’agriculture bio. Une triste nouvelle pour l’écologie.

Rédigé par Pauline Petit, le 28 Jul 2017, à 11 h 42 min

L’agriculture et l’alimentation doivent se réformer de façon urgente pour produire mieux et de façon plus respectueuse de l’environnement. La tenue des états généraux de l’alimentation constituait un signal plutôt positif de la part du gouvernement d’avancer dans le sens de la transition écologique de l’agriculture. Or le Ministre de l’Agriculture vient de porter un coup d’arrêt au développement de l’agriculture bio en gelant les aides à la conversion dans les trois prochaines années.

“Jeudi noir” pour l’agriculture bio

Ce sont les mots de la FNAB, Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique, porte-parole des producteurs bio et interlocuteur du gouvernement. Les producteurs regrettent amèrement la décision du ministre, dénonçant un “renoncement politique historique“.

Plus aucune aide pour la conversion à l’agriculture bio

La conversion à l’agriculture bio est un choix qui demande souvent un engagement à la fois financier et moral de la part des agriculteurs. C’est une décision qui demande d’être accompagnée, et l’aide financière aux conversions décidait bon nombre de producteurs à s’engager. Leur gel portera un coup d’arrêt au développement de l’agriculture bio, pourtant en belle hausse depuis plusieurs années, suivant la demande toujours en hausse exponentielle.

arret aides bio

La tristesse des producteurs bio français © MADSOLAR

« Cette décision vient contredire les promesses de campagne du Président de la République sur les paiements pour services environnementaux (PSE) et l’introduction de produits bio dans les cantines », dénonce Stéphanie PAGEOT, Présidente de la FNAB, qui estime que « cela témoigne d’un manque criant de courage politique face à l’agro-industrie et l’agrochimie ».

Le gouvernement a en effet décidé de transférer 4,2 % du budget de la PAC du premier pilier (paiement à l’hectare) vers le second pilier (mesures agro-environnementales) d’ici 2020. La FNAB, ainsi que d’autres organisations environnementales, aurait souhaité au moins 3 % supplémentaires pour soutenir le développement de l’agriculture bio dans le sens d’une transition écologique de l’agriculture.

Un renoncement en effet vécu de façon très brutale par les promoteurs de l’agriculture bio, qui avaient lancé une pétition pour maintenir les aides à la bio il y a quelques jours, que nous avions relayée sur les réseaux sociaux. « La “révolution” promise par le candidat Macron dans son livre-programme n’aura pas lieu : c’est un rendez-vous historique que vient de manquer le gouvernement français », dénonce amèrement la Fnab dans son communiqué. Effectivement, un triste “jeudi noir” en plein été pour l’agriculture française.

Illustration bannière : un agriculteur triste – © GRSI
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

57 commentaires Donnez votre avis
  1. Dans le même temps carrefour fait de la pub pour soutenir les paysans bio… J’ai surtout l’impression que la gouvernement veut lâcher le monopole du développement de l’agriculture bio aux industries agro alimentaire. Avec des normes à l’européenne et tutti quanti…bref pirater de nouveau les efforts d’une vie et vision alternative.

  2. Sérieux, quelqu’un avait un doute sur le fait que Macron était le champion de l’hyper-capitalisme qui est en train de ruiner ce monde… Pauvre monde…

  3. Nicolas Hulot sait que dans quelques mois il aura droit à une retraite de ministre !!!!!

  4. A priori la phrase d’accroche sous le titre est à revoir. Attention je ne dis pas que le gouvernement soutien particulièrement la bio, mais c’est un gel des aides, pas une suppression comme laisse entendre l’article.

    “La Confédération paysanne réclamait que cette majoration, actuellement de 50 euros à l’hectare, passe à 75, voire 100 euros, en 2018. Mais Stéphane Travert a tranché : le montant actuel ne changera pas.”

    Si vous voulez continuer à parler de baisse. Il faut alors dire :
    C’est une baisse relative par rapport à…” et mettre au choix “une hausse prévue par le précédent gouvernement”, “une hausse annoncée par M. Macron dans son livre”, “une hausse dont à besoin la profession”.

    Mais ce n’est pas une baisse et encore moins une suppression.

    Source :
    http://www.liberation.fr/futurs/2017/07/27/pac-l-arbitrage-du-ministre-de-l-agriculture-qui-fache-tout-le-monde_1586664

  5. Hulot est un arriviste ,moi j’ai etais eleve bio , il faudrait foutre la paix a nos agriculteur pour qu’ils puissent travaieller comme faisais mon beau pere

    • perso je suis née au Naturel, le mot Bio me dérange !

    • Le bio c’est pour les bobos parisiens qui ne savent pas ce que c’est la culture raisonnée, le bio n’est qu’un accessoire de vente pour faire vendre, rien d’autre.

  6. Je ne retrouve cette info nulle part, il n’y a aucune source, aucun document ou communiqué officiel. Fake news. Prove me wrong.

  7. Encore une victoire des lobby , on remercie ses bienfaiteurs les unes après les autres !!! et nous consommateurs ????

  8. qu est ce qu il fait HULOT
    comment peut il encore rester et laisser croire qu il y a une toute petite chance pour la planète et nous avec ces BANQUIERS juste bons à faire du fric qui pourrit tout
    c est affligeant

    • Nicolas Hulot sait que dans quelques mois il aura droit à une retraite de ministre !!!!!

  9. Décidément, c’est mal partie, ce gouvernement!!!
    L’alimentation saine est la base de la bonne santé!
    Toute les mères le savent mais pas les gouvernants apparemment.
    Colère, colère d’être tant malmené.

Moi aussi je donne mon avis