Le génocide silencieux des requins

Les requins sont-ils de dangereux prédateurs ? Ils sont injustement mal-aimés alors qu’ils font partie des espèces en danger. Le point sur la disparition progressive des requins, ses causes et ses conséquences.

Rédigé par Nolwen, le 30 Aug 2016, à 16 h 00 min

Les requins, éradiqués des grandes profondeurs

Selon une étude internationale(1), les requins ont quasiment disparu des grands fonds, ce qui les rend très vulnérables aux techniques industrielles de pêche profonde.

Les scientifiques ont utilisé des chaluts de grands fonds, des lignes et des caméras de plongée dans les fonds marins en Méditerranée, de l’Atlantique, du Pacifique et de l’océan Indien entre 470 et 5.900 m.

Constat : la plupart des chondrichtyens, la classe de poissons qui agrège différentes espèces de requins, de raies et de chimères, ont été repérés à des profondeurs n’excédant généralement pas 2.000 m (le spécimen repéré à la plus grande profondeur était néanmoins un requin, C. coelolepis, à 3.280 m).

Conclusion : il n’y a pas de « réserves » de requins dans les grandes profondeurs. De plus, ils restent accessibles aux chaluts de grands fonds qui peuvent ratisser jusqu’à -2.300 m.

À l’heure actuelle, 30 espèces de requin sont menacées d’extinction ou de quasi-extinction, sur les 500 espèces de requins identifiées. Un chiffre alarmant lorsque l’on sait que chaque année, ce sont 73 millions d’entre eux qui sont tués, avec une perte de 98 % pour les requins marteaux dans l’Atlantique Nord-Ouest(2).

Pêchés le plus souvent pour leurs ailerons, très prisés en Asie, ou pris dans la grande nasse de la surpêche mondiale, la plupart des stocks de squales connus ont diminué de 80 à 99 % depuis les débuts de la pêche industrielle, au milieu du XXe siècle.

aileron requin

La disparition des requins a des conséquences en chaîne sur les autres espèces. Sur la côte Nord-Est des États-Unis par exemple, la raréfaction des requins a favorisé la multiplication des raies, ce qui petit à petit, a fait disparaître le gisement de pétoncles. En Nouvelle-Zélande, les poulpes de plus en plus nombreux ont dévoré toutes les langoustes : un manque à gagner pour les pêcheurs et la biodiversité bien-sûr.

Un océan sans requins ?

On sait désormais qu’ils sont un régulateur essentiel de l’ensemble des chaînes alimentaires océaniques. Ces dernières décennies ont vu se multiplier les exemples de bouleversements des écosystèmes liés à la disparition des super-prédateurs, qui se retournent finalement contre l’Homme et les pêcheurs eux-mêmes. La communauté internationale s’émeut de plus en plus de leur sort, mais malgré des initiatives trop rares de sanctuaires ou de réglementation des pêches, la course contre la montre engagée pour éviter l’effondrement est loin d’être gagnée.

Le requin tue dix fois moins que les méduses. Ce prédateur mal perçu par l’Homme, doit faire l’objet d’une réhabilitation dans la conscience collective car sa sauvegarde est un enjeu majeur pour la survie des océans et des ressources qu’ils abritent. Pilier de tout un écosystème, le requin est en grand danger.
Robert Calcagno, Requins, au-delà du malentendu

 

Les requins en chiffres

La chaîne Discovery Channel a comparé le requin et les menaces qu’il subit, avec l’Homme et ses activités :

  • 34 millions – Les requins « modernes » nagent dans les eaux de la Terre depuis environ 34 millions d’années ; l’Homme moderne n’est présent sur Terre que depuis 200.000 ans.
  • 73 millions – c’est le nombre de requins tués chaque année par l’Homme, soit 8.333 requins tués chaque heure.
  • 250.000 – En Australie, un simple requin-baleine pèse 250.000 dollars dans le secteur de l’écotourisme.
  • 5 – et pas plus, c’est en moyenne le nombre de personnes mortes par an des suites d’une attaque de requin entre 1999 et 2009. Les éléphants et les tigres tuent 100 personnes par an, il y a 2.400 morts par exécution par an, les crocodiles ont tué en un an autant que les requins en 100 ans. Le crocodile, lui, est protégé.
  • 99 – De 1970 à 2005, la population de requins sombres, de requins-bouledogue et de requins-marteau lisses a décliné de 99 %.
  • 100 dollars – c’est le prix pour un bol de soupe d’aileron de requin à Hong Kong.
  • 1 – En 2009, les Palaos deviennent la première nation à exclure le commerce issu de la pêche aux requins, déclarant son territoire aquatique de 600.000 km² comme sanctuaire pour requins.

Lire page suivante : pêche durable et survie des requins

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

36 commentaires Donnez votre avis
  1. Nan mais alors lui ! Fabrice pauvre petit humain qui ne peut plus faire de surf et qui doit payer son poisson plus cher ! Je crois halluciner ! Premièrement la mer ce n’est pas ton territoire ! Mais bien celui des requins ! Si il y a autant d’attaques de requins poses toi la question du pourquoi ? Pourquoi les requins ont ils si faim ? à cause d’une pêche extrêmement excessive peut être? Pour que l’assiette de Monsieur Fabrice soit bien remplie ! Les requins confondent les surfeurs en majorité avec des tortues et des otaries, leur vision est limitée et je vais même d’apprendre un truc ultra cool, ils n’aiment pas la chair humaine ! Penses tu vraiment que si le requin aimait ça, il relâcherait sa proie ??? Certes une morsure peut être mortelle mais combien s’en sorte vivant ??? Si le requin était un mangeur d’homme, non seulement personne n’en sortirait vivant et les plages seraient désertiques. Je vis au Mexique et au lieu de les tuer, on nage avec et tu vois je suis encore vivante pour te le dire ! étrange non? Ou j’ai surement eu de la chance vas tu me dire…Ignorant que tu es ! Victime de la société de consommation qui justement est la cause des attaques de requins …Ce sont les gros cons comme toi qu’il faudrait exterminer.

  2. si j ai bien compris le requin est indispensable pour l écosystème
    le gros mange le petit mais qui mange le requin.
    A l ile de la Réunion on ne peux plus pratiquer le surf sans angoise en Australie en Afrique du sud et en Amérique du sud c est la même chose
    Alors si on chasse enfin on pêche le requin il en aura moins surtout à l île de la Réunion cela veux dire qu il y aura plus de poissons pour les pêcheurs et si il y a abondance en poisson les prix seront obligés de chuter et cela fera le bonheur des consommateurs et en plus on pourras se baigner sans crainte d être bouffer par un requin
    voilà la solution VIVE LA PECHE AU REQUIN
    SI VOUS AVEZ UN DE VOS PROCHES QUI C EST FAIT BOUFFER PAR UN REQUIN VOUS CHANGEREZ CERTAINEMENT D AVIS AU BON ENTENDEUR SALUT

    • C’est pas comme ça que ça marche. Le requin est un superprédateur qui régule tout un système très complexe. Il mange du poisson. Ces poissons en général, mangent le plancton. Le plancton c’est quoi ? Ce sont des micros organismes. Eux ils vivent de quoi ? De CO2, et mieux, ils rejettent de l’oxygène. En fait, il produit 50% de l’oxygène.
      Si il n’y plus de requin, il n’y aura plus de régulation, et les poissons qui mangent le plancton deviendront trop nombreux, et ils boufferont tellement de plancton, que le taux d’oxygène sur terre sera modifié de manière inimaginable.
      J’ajouterai que moins de 50 personnes meurent de requin sur terre, par an (contre 200 millions de requins par l’homme). En comparaison, c’est 50 victimes de piqûre d’abeille, rien qu’en France. Vous allez massacrer toutes les abeilles ?
      C’est 90% des requins qui ont disparut, et on est sur le point de créer un gouffre que l’on ne pourra pas réparer.
      Tout le monde meurt un jour, aussi terrible que ça soit.
      Après, si vous avez décidez d’être stupide, tant pis pour vous.

    • J’ai une autre question pour toi Fabrice:

      L’Homme s’est hissé tout en haut de la chaine alimentaire par son intelligence plus évoluée,certes le requin est en haut de la chaine alimentaire dans le monde marin mais du coup,nous sommes en haut de la chaine terrestre donc l’Homme mange le boeuf mais qui mange l’Homme ?
      Sachant que nos avons dépasser 7 milliard d’individus.Une question qui pour moi mérite d’être étudier
      (Homme=dieu ?)
      Et si les requins sont si proche du littoral c’est justement parce qu’il n’y a plus de poissons dans les grands fonts.
      Et il me semble que pour les attaques de requin sur les spots de surfs vous êtes suffisamment avertis par l’état et vous y allez quand même alors avant de vous plaindre remettez vous en question.

  3. comme toujours la stupidité, l arrogance et l appat du gain des humains met en danger la survie d une espèce

Moi aussi je donne mon avis