Le géant de la mode Zara veut passer au durable

La marque de prêt-à-porter annonce que tous ses produits seront fabriqués avec du tissu durable d’ici 2025. Sur la même échéance, 80% de l’énergie consommée par les boutiques, usines et siège sera issue de sources renouvelables.

Rédigé par Paul Malo, le 18 Jul 2019, à 9 h 45 min

La marque Zara se veut de plus en plus exemplaire sur la mode durable. Elle vient d’annoncer  plusieurs mesures pour être « une force de changement du secteur ».

Zara à l’opposé de la fast-fashion

Inditex, l’actuel n°3 mondial du prêt-à-porter, se met à son tour à l’heure de la mode durable. À l’horison 2025, Zara, sa marque phare représentant 70 % de ses ventes, ne devrait plus proposer que des vêtements taillés dans des tissus durables(2). Selon Inditex, ses autres marques, telles Massimo Dutti et Pull&Bear, devraient faire de même.

Un sac de courses Zara © Sorbi / Shutterstock

À compter de 2023, 100 % de la viscose utilisée sera durable. Les usines du groupe vont se diriger vers le zéro déchet (en bannissant les sacs plastiques), tandis qu’en 2025, 80 % de l’énergie consommée par les boutiques, usines et siège sera issue de sources renouvelables.

Pablo Isla, président d’Inditex, souligne que le groupe qu’il dirige, même s’il est présent dans le moindre centre-ville de la planète, est « l’opposé d’une société de fast-fashion » ! « Notre modèle est différent, a-t-il récemment expliqué devant un parterre d’actionnaires. Nous avons nos propres modèles, travaillons avec nos propres usines, avec peu de stocks, une provenance et une production locale, et ne faisons pas de soldes en boutique ».

Des propos qui résonnent étrangement avec les derniers scandales qui ont écorné l’image de la marque. Fin 2017, des ouvriers qui fabriquaient les vêtements se plaignaient de ne pas avoir été payés.

Collecter les vêtements usagers

Cela n’a pas empêché le groupe d’être nommé comme le plus durable par le Dow Jones sustainability index de 2016 à 2018. « Nous sommes une force de changement, explique Pablo Isla, pas seulement pour notre entreprise mais pour tout le secteur. À nous d’établir ces buts : l’impulsion de changer vient de nos équipes commerciales, ceux qui travaillent avec nos fournisseurs, dans nos usines ».

Une boutique Zara à Singapour © Sorbis / Shutterstock

En sus de s’associer à des organismes de charité comme la Croix Rouge, en redistribuant ses stocks, le groupe travaille également avec le Massachusetts Institute of Technology à trouver comment recycler les fibres.

Inditex a aussi collecté plus de 34.000 tonnes de vêtements usagés depuis 2015, après avoir installé des bornes de collecte dans plus de 800 points de vente. Un service de récupération à domicile des vêtements usagers a même été mis en place en Espagne, à Pékin et Shanghai, et devrait bientôt être proposé à Londres, New York et Paris.

Ça va dans le bon sens puisque lorsque les géants de la fast-fashion comme Zara ou H&M parlent de durabilité, ils touchent un large public et ont plus d’impact sur la société. Paradoxalement, ils incarnent les moteurs de conversion vers le développement durable… Dommage qu’ils aient attendu si longtemps !

Illustration bannière : La devanture d’une boutique Zara – © Vytautas Kielaitis / Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis