#fromagissons : le pays du fromage menacé par le coronavirus

Vous voulez contribuer à sauver le patrimoine fromager français ? C’est simple : il faut manger du fromage !

Rédigé par Paul Malo, le 14 May 2020, à 10 h 07 min

Du fait du confinement, les ventes de fromages AOP et IGP se sont littéralement effondrées. « Fromagissons », réclame la filière.

Une perte de 167 millions d’euros

« Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromages », disait jadis le Général de Gaulle. En fait, il avait tort : la France compte en fait un bon millier de fromages différents, entre AOP et IGP. Et leurs ventes se sont effondrées durant le confinement, les consommateurs s’étant concentrés sur les achats de première nécessité. À tel point que c’est la diversité fromagère du pays qui est en danger, estime Michel Lacoste, président du Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol) et éleveur dans le Cantal.

© Paolo Paradiso

Selon les chiffres de la filière, la perte de chiffres d’affaires des entreprises fromagères s’élève à 157 millions d’euros entre le 15 mars et le 30 avril. Cela touche de plein fouet 15 % des producteurs de lait français. Avec un chiffre d’affaires annuel de 2,1 milliards d’euros en 2019, la filière des fromages AOP-IGP fait vivre au total plus de 18.000 producteurs de lait, 1.300 producteurs fermiers, ainsi que 350 établissements de transformation.

Soutenons les producteurs de fromages AOP-IGP, qui mettent tout en oeuvre afin de vous procurer les meilleurs produits au…

Publiée par AOP Laitières : 45 fromages, 3 beurres, 2 crèmes sur Jeudi 7 mai 2020

Il faut manger du fromage !

Du camembert au Bleu d’Auvergne en passant par le Roquefort ou le Saint-marcellin, c’est la diversité fromagère qui joue sa survie. Sur les quinze premiers jours du confinement, les ventes de fromage se sont écroulées de 80 %. Au total, ce sont 2.000 tonnes de fromages AOP qui n’ont pas trouvé preneur du fait du confinement. 700 tonnes sont encore en stock  et une bonne partie a dû partir vers les filières de recyclage, au sein desquels les fromages sont fondus pour d’autres destinations, mais pour à peine 10 % de la valeur initiale.

Comment faire pour sauver cette France fromagère, ce patrimoine fromager national ? Pour Michel Lacoste, c’est tout simple : il suffit que les Français se remettent à manger du fromage ! C’est d’ailleurs tout le but de l’appel aux consommateurs à des achats solidaires lancé par la filière fromagère, avec une campagne tout simplement baptisée « #Fromagissons ».

Illustration bannière : les ventes de fromages AOP et IGP se sont effondrées © Goode
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis