Stations de ski écologiques : le label Flocon vert

Vacances au ski et écologie peuvent-elles être compatibles ? Ce pourrait bien être le cas grâce au label Flocon Vert, qui récompense les stations de ski écologiques.

Rédigé par Annabelle, le 5 Feb 2019, à 16 h 55 min

La Pierre saint-Martin

Station de sports d’hiver des Pyrénées françaises (Pyrénées-Atlantiques sur la commune d’Arette) dans le massif montagneux éponyme, au coeur de la vallée des Barétous, La Pierre Saint-Martin oscille entre 1.500 et 2.200 m d’altitude.

Grâce à ses efforts, la Pierre Saint-Martin a pu valider en janvier 2017 l’ensemble des 31 critères essentiels pour l’obtention du label. C’est d’ailleurs la première station de ski des Pyrénées labellisée Flocon Vert. Il salue les efforts que la commune a déployés dans de multiples domaines : économies d’énergie, gestion de l’eau, transports, accueil des handicapés…

  • La restructuration de 40 % du domaine skiable forte d’un suivi environnemental spécifique : intégration paysagère des gares d’arrivée et de départ, mise en défense de zones herbeuses, sensibilisation et formation de tous les intervenants, héliportages en tenant compte des zones de reproduction des lagopèdes et tétras-lyre, revégétalisation de certaines zones…
  • Le management des énergies utilisées pour l’enneigement et l’entretien des pistes : géolocalisation des dameuses pour optimiser la circulation et la consommation de carburants, écoconduite des remontées…
  • La facilitation de l’accès à la station pour les skieurs et le personnel saisonnier.
flocon vert

Skier à la Pierre Saint-Martin © Oleg_Mit

Lire page suivante : Chamrousse

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. On peut penser au ski de fond, bien plus respectueux de la nature que ne l’est le ski de piste. Pas de remontée mécanique, pas de défiguration du paysage, pas de pollution sonore, mais certes, le passage d’une dameuse néanmoins… Surtout, allons skier sur de la neige naturelle, pas artificielle !

  2. Le ski j’en ai fait, beaucoup entre 20 et 30 ans, avant de prendre conscience de l’impact écologique négatif de cette activité.
    Ceux qui en font régulièrement sont des égoïstes qui ne pensent qu’à leur plaisir. Et je parle en connaissance de cause !
    Quand on pense à toute la pollution générée par la création des pistes, qu’elle soit liée à la circulation, à l’entretien des pistes ou à la défiguration de la montagne par les infrastructures, sans parler des déchets des skieurs on a tout simplement plus envie d’être mêlé à ça !
    Les grosses stations sont des parcs d’attractions pour gogos en mal de sensations…
    Respect par contre à tous ceux qui vivent la montagne, en y allant de temps en temps, pour une sortie ski de rando ou raquettes et en utilisant les navettes. Respect aussi à tous ceux qui y vivent et la préservent.

Moi aussi je donne mon avis