Finance solidaire et ISR : quelles différences ?

La finance solidaire et l’Investissement Socialement Responsable (ISR) ont des points communs, mais également des différences. Découvrez comment ils ne distinguent.

Rédigé par Jean-Marie, le 26 Sep 2019, à 13 h 15 min

Quand on parle de finance éthique, on pense souvent à l’ISR ou aux placements solidaires, ou aux placements verts. Et de fait, il ne faut pas les confondre, car s’ils participent tous d’une démarche vertueuse, ils ne sont pas identiques. Rappel des principales distinctions.

ISR et finance solidaire : deux investissements bien distincts

L’Investissement Socialement Responsable (ISR)

L’ISR, Investissement socialement responsable, concerne une méthode de sélection des entreprises cotées en Bourse en fonction, non seulement de leur performance financière, mais aussi d’une évaluation de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Le label ISR, attribué par Novethic depuis 2009, est donc attribué chaque année aux fonds dont la gestion prend systématiquement en compte ces critères. Il existe également un deuxième label, le label de transition énergétique et écologique pour le climat.

La finance solidaire

La finance solidaire, quant à elle, repose sur un degré d’engagement plus fort. Les activités financées sont en effet choisies en fonction de leur utilité effective en matière de lutte contre l’exclusion, de transition écologique, de développement local, ou de cohésion sociale et ne sont pas cotées en Bourse.

Décerné pour la première fois en 1997, le label Finansol distingue les placements d’épargne solidaire.

ISR et finance solidaire : un point commun !

La finance solidaire comme l’ISR cherchent tous deux à développer une économie à la fois respectueuse des personnes et de l’environnement.

Malgré ces différences notables, ISR et finance solidaire se retrouvent sur une famille de produit : les OPCVM

Les OPCVM (Organismes de placement collectif en valeurs mobilières) sont des fonds d’investissement qui permettent aux épargnants de confier la gestion de leurs capitaux à un professionnel qui se charge de les investir sur un ou plusieurs marchés financiers déterminés. Il en existe plusieurs formes comme les SICAV (Sociétés d’Investissement à Capital Variable), les FCP (Fonds Communs de Placement) et les FCPE (Fonds Communs de Placement d’Entreprises).

finance solidaire ISR

La finance solidaire représente près de 50.000 emplois en 2019. – © red-feniks

Il existe des OPCVM solidaires labellisés Finansol. C’est dans ce cadre qu’ISR et finance solidaire se rejoignent. En effet, lorsqu’un épargnant décide de placer son argent sur un OPCVM solidaire, entre 5 et 10 % de son épargne est affecté au financement de projets solidaires, principalement dans les secteurs suivants : création d’emplois, de logements sociaux, d’activités respectueuses de l’environnement (agriculture bio, énergies renouvelables…) et de projets économiques dans les pays en voie de développement économique.

Lire aussi : Énergies renouvelables, PME, pensez au crédit participatif

Dans un souci de cohérence, les critères du label Finansol indiquent que les 90 % restant doivent-être obligatoirement affectés à des fonds ISR. À ce jour, il existe 14 produits qui détiennent les deux labels (Finansol et Novethic).

Illustration bannière : Les placements verts peuvent prendre la forme d’Investissement Socialement Responsable ou plus engagé. – © GaudiLab
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis