‘Février sans supermarché’, le défi du mois pour mieux consommer

L’initiative ‘Février sans supermarché’ du média suisse En Vert Et Contre Tout, est lancée pour la cinquième année consécutive. L’objectif pendant ce mois ? Privilégier les petits commerçants au détriment des grandes enseignes.

Rédigé par Séverine Bascot, le 30 Jan 2020, à 12 h 40 min
‘Février sans supermarché’, le défi du mois pour mieux consommer
Précédent
Suivant

Véritable occasion pour découvrir les producteurs près de chez vous, le défi « Février sans supermarché » vise à interroger le consommateur sur ses habitudes alimentaires.

« Février sans supermarché » : favoriser les commerces de proximité

Après le succès de l’opération 2017 « Février sans supermarché », qui avait regroupé la Suisse et la France, le site « En Vert Et Contre Tout » avait décidé de relancer le pari en 2019 avec un nouveau participant : la Belgique. Cette année également, et on vous invite à vous lancer vous-aussi dans Février sans supermarché 2021.

Un défi qui consiste à éviter les grandes surfaces pendant le mois de février pour privilégier les commerces indépendants, les producteurs locaux, les petites fermes qui ont besoin de notre soutien, encore plus que jamais cette année !

« C’est aussi l’opportunité de faire savoir aux grandes surfaces que nous ne sommes pas d’accord avec le suremballage, le kilomètre alimentaire qui explose les scores ou les politiques de prix qui écrasent les petits producteurs, » expliquait l’année dernière la fondatrice d’En Vert Et Contre Tout, Leïla Rölli, relayé par le site Geo(1).

Lire aussi : Une année sans faire les courses au supermarché

Une alternative pour changer ses habitudes alimentaires

Pour autant, « il ne s’agit pas d’un boycott, » déclare Leïla Rölli qui reconnaît l’utilité des supermarchés, mais plutôt d’interroger le consommateur sur ses habitudes alimentaires.
Faire du consommateur passif devant l’infinité des rayons, un véritable acteur de ses achats. Cela peut commencer simplement par aller chercher son pain chez le boulanger, redécouvrir les épiceries de quartier, et « réapprendre à n’acheter que l’essentiel… le tout en respectant les mesures sanitaires, évidemment » !

Cette alternative pour consommer mieux et moins cher est relayée par les réseaux sociaux. Pour rejoindre le mouvement, des groupes Facebook locaux se sont créés pour s’échanger les bons plans et partager des conseils pour changer ses habitudes alimentaires.

Ce défi est également l’occasion de s’inscrire à une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) ou autre panier de légumes de saison afin de se faire livrer un panier de produits locaux.

Février sans supermarché, en pratique

Outre les petits commerces locaux classiques, les biocoops et magasins spécialisés, c’est aussi l’occasion pour des consommateurs qui n’en ont pas forcément l’habitude de tester certaines voies d’achat. L’achat en vrac, par exemple, devient plus courant et ce mois de février peut être l’occasion de s’y essayer. Suivez donc nos conseils pour acheter en vrac pour la première fois.

Février sans supermarché c’est aussi l’occasion de manger ces conserves maison et en faire d’autres – © Alliance Images

Côté fruits et légumes de saison, on pense évidemment au marché local, voire même au glanage pour les petits revenus et lutter contre le gaspillage alimentaire. Pensez également au circuit court et à l’achat groupé, ou au supermarché collaboratif.

Pour en savoir plus et rejoindre un groupe local, rendez-vous ici

Article mis à jour et republié

Illustration bannière : Février sans supermarché pour soutenir les petits commerçants et producteurs locaux et réfléchir sur nos habitudes de consommation- © Iryna Inshyna
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Depuis que j'ai posé mes valises en Europe, je contribue à l'action de consoGlobe.com pour imaginer ensemble le...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Le mois de février sans supermarché c’est bien pour attirer l’attention, mais ensuite il faut continuer à aller chez les producteurs directs : on y prend vite goût !!! Vive les AMAP qui regroupent des consomm’acteurs qui veulent des produits bio et locaux !

Moi aussi je donne mon avis