L’exploitation des singes derrière la vogue de l’huile de coco

L’huile de coco est un produit qui fait fureur en Occident. Il cache parfois une triste réalité : celle de l’exploitation des singes cueilleurs de coco.

Rédigé par Pauline Petit, le 29 Jul 2019, à 8 h 00 min

Dans votre routine beauté, ou dans votre cuisine, vous avez adopté l’huile de coco ? Il est vrai qu’elle recèle de nombreux bienfaits. Très hydratante, anti-dessèchement, elle permet de nourrir sa peau et ses cheveux en profondeur. Elle est également un ingrédient de base pour faire soi-même de nombreux cosmétiques. Toutefois, savez-vous dans quelles conditions les noix de coco sont cueillies ?

Le scandale des singes cueilleurs de noix de coco

Qu’il s’agisse de noix de coco râpée, d’eau de coco, de lait ou d’huile de coco, la noix de coco est un marché qui pèse plus de 2,2 milliards d’euros. Elle provient principalement des pays asiatiques, comme la Thaïlande ou les Philippines.

C’est là que les petits producteurs de noix de coco utilisent des singes pour les aider : ces singes, ce sont les macaques à queue de cochon, une espèce classée vulnérable.

singe cueilleur coco

Un singe cueilleur de coco © somsak suwanput

Des singes exploités pour cueillir les noix de coco

Ces singes sont très intelligents et rapides, et parviennent à distinguer les noix de coco mûres. Ils peuvent cueillir plus de 1.000 noix par jour ! Un précieux allié pour les producteurs… qui se fait toutefois au prix de l’exploitation des animaux. En effet, les singes cueilleurs de coco sont dressés dès le plus jeune âge pour être productifs. Le Daily Mail révèle que « les bébés singes sont capturés et arrachés à leur mère, souvent tuée par des chasseurs »(1). Les singes sont ensuite souvent battus et réduits en esclavage jusqu’à la fin de leurs jours pour la cueillette des noix de coco. Lorsqu’ils passent trop de temps sur un arbre, leur maître les rappelle souvent à l’ordre en leur donnant des coups de laisse, voire de bâton une fois au sol.

Alors, doit-on pour autant bannir l’huile de coco de notre quotidien ?

Pas forcément : il existe des labels qui permettent de consommer des produits à base de noix de coco qui n’ont pas été cueillis par des singes. Il faut chercher du côté des labels vegan pour vous garantir une huile de coco cruelty-free. 

C’est surtout le label One Voice qui garantit la non-exploitation des singes pour ses produits. Il est reconnaissable par son logo : un tigre avec la lettre C. Les producteurs qui adhèrent au label « avancent des techniques de récolte à main humaine. Pour chaque label One Voice attribué, une attestation en ce sens sera demandée et vérifiée lors d’un audit indépendant. »

Pour protéger les singes, ouvrez donc l’oeil sur les labels avant de consommer de l’huile de coco !

coup de coeur
Huile de coco bio

Redonne vitalité corps et cheveux

Huile vierge non raffinée d’origine biologique,

Végan (évidemment) mais surtout garantie SANS esclavagisme des singes !

À découvrir sur Slow-Cosmetique.com

 

Illustration bannière : Un singe cueilleur de coco – © rangtheclick

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis