Europe : la proportion de femmes sans enfant en hausse

La proportion de femmes sans enfant est en constante augmentation en Europe, notamment dans les pays du Sud.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 12 Jan 2017, à 9 h 00 min

En France, 3 % des femmes choisissent de ne pas avoir d’enfant, comme le montre une étude récente. Ce phénomène résulte d’une évolution tant économique que culturelle et politique, selon les chercheurs.

14 % des Européennes n’ont pas d’enfant

Ce sont principalement les Européennes nées après 1972, et notamment les Espagnoles, Grecques et Italiennes, qui font le choix de ne pas avoir d’enfant(1). Toutefois, ce n’est pas la première fois que le continent doit faire face à une crise des naissances. Effectivement, les femmes sans enfant étaient très nombreuses au XXe siècle, puisque leur part s’élevait de 17 à 25 % durant les premières années du siècle. Cependant, ces chiffres ont chuté, pour atteindre un niveau de 10 % dans les années 1940, la période durant laquelle s’est produit le baby-boom.

Consultez les chiffres des naissances en France sur le Planetoscope.

Depuis 1975, la fécondité ne cesse de diminuer. En effet, elle atteint un niveau très faible en Europe, avec 1,7 enfant en moyenne pour les femmes nées en 1974. Selon une étude publiée le 11 janvier 2017 par l’Institut national des études démographiques (Ined), cette infécondité a pu être favorisée par « une contraception efficace, une arrivée des enfants plus tardive, une instabilité plus grande des unions, le souhait d’avoir avant tout un emploi alors qu’ils sont de plus en plus instables et l’incertitude économique croissante ».

Des inégalités importantes entre les pays

Ce sont les pays du sud de l’Europe qui sont les plus concernés par l’infécondité. En Grèce, en Espagne et en Italie, près d’un quart des femmes nées dans les années 1970 choisissent de rester sans enfant. Plusieurs éléments expliquent cette situation, à savoir « la faiblesse des politiques familiales », « les difficultés sur le marché de l’emploi », ou encore « des inégalités de genre encore très marquées qui rendent difficile la conciliation entre travail et famille », comme le précise l’étude.

Pour comparer, prenez connaissance des chiffres de la natalité en Europe sur le Planetoscope.

Ce phénomène s’étend également aux pays d’Europe centrale et orientale, dans lesquels le régime communiste a pris fin. Trois exceptions peuvent toutefois être constatées : la Bulgarie, la République Tchèque et la Russie. En effet, dans ces pays, le taux d’infécondité est de 8 %, un chiffre bien inférieur à la moyenne du continent fixée à 14 %.

Illustration bannière : Femme active sans enfant – © Dean Drobot Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis