Europe de l’Est : le braconnage continue de faire des ravages

Le braconnage et l’abattage illégal d’arbres dans la région du Danube et des Carpates menace la biodiversité. Malgré les accords internationaux, le phénomène peine à être éradiqué.

Rédigé par Anton Kunin, le 23 Nov 2017, à 12 h 35 min

En Autriche, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Croatie, République Tchèque, Allemagne, Hongrie, Moldovie, Pologne, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Ukraine et au Monténégro, la faune et la flore subissent des ravages orchestrés par des braconniers, mais aussi tout simplement de particuliers qui coupent du bois pour se chauffer en hiver. Les spécialistes du Programme des Nations unies pour l’environnement tirent la sonnette d’alarme.

Le caviar d’esturgeon, un produit à la provenance opaque

Selon un nouveau rapport de l’agence onusienne en charge de l’environnement, l’abattage illégal d’arbres, le commerce clandestin de caviar ainsi que l’abattage d’oiseaux, d’ours, de loups et de lynx portent un préjudice très important à la nature dans la région des Carpates et du Danube. L’absence de contrôles au frontières intérieures de l’Union européenne rend d’autant plus facile la vente des produits du braconnage sur le marché commun.

Lire aussi : La part du braconnage dans l’économie mondiale

S’agissant de la faune aquatique, le bassin du Danube est le dernier milieu naturel en Europe à abriter des populations sauvages d’esturgeons. Mais le commerce clandestin de caviar d’esturgeon frappe de plein fouet cette espèce : cette denrée s’échange aux alentours de 6.000 euros le kilo et serait à l’origine d’un marché clandestin estimé à 22 millions d’euros par an. Résultat : une espèce d’esturgeon s’est déjà éteinte dans le Danube, quatre autres sont en danger critique et une est estimée vulnérable.

Surveillance du Danube (en anglais)

L’abattage illégal de forêts a de lourdes conséquences

En Méditerranée, 11 à 36 millions d’oiseaux seraient illégalement capturés tous les ans et les chiffres seraient orientés à la hausse, mettent en garde les auteurs du rapport. Ces oiseaux finissent souvent dans les cuisines de restaurants italiens et maltais.

En Roumanie, les images satellites et les rapports communiqués par des forestiers témoignent d’un abattage rapide de la forêt. Le phénomène serait également d’une ampleur importante en Ukraine, mais il est plus difficile à évaluer du fait d’une plus faible coopération avec les autorités de ce pays. L’abattage d’arbres par des particuliers est également une réalité dans ces pays, où le bois est encore très utilisé comme combustible pour se chauffer et faire la cuisine.

Les populations d’ours, de loups et de lynx sont elles aussi sur le déclin en Europe de l’Est, d’une part du fait de braconnage et d’autre part du fait de l’abattage de la forêt, qui a pour conséquence la perte de leur environnement naturel.

Illustration bannière : Braconnage d’oiseaux – capture d’écran Youtube
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Quel bande de dégénérés quand ils auront plus de bois pour se chauffer l’homme et vraiment le cancer de cette planète!

Moi aussi je donne mon avis