État du réseau ferré : un rapport accablant pour la SNCF

Un rapport interne fuité de l’Établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF) fait état de dizaines d’anomalies sur les voies ferrées, dont certaines peuvent être préjudiciables pour la sécurité des circulations.

Rédigé par Anton Kunin, le 22 Aug 2019, à 11 h 40 min

Le rapport, dont Le Parisien révèle le contenu, pointe les réparations tardives, voire même l’absence pure et simple de réparation de pannes sur les voies ferrées de la zone Atlantique.

SNCF Réseau : seule 1 panne sur 5 a été réparée dans les délais réglementaires

C’est un rapport accablant qui vise SNCF Réseau, le gestionnaire des infrastructures ferroviaires, que dévoile Le Parisien(1).

Dans ce document censé rester interne, l’Établissement public de sécurité ferroviaire (EPSF), le gendarme de la sécurité ferroviaire en France, dénonce le fait que près de 20 % des pannes de signalisation sur les voies ferrées de la zone Atlantique (Bretagne, Pays de la Loire, Centre-Val de Loire, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie) n’ont pas été réparées dans les délais réglementaires. Plus grave encore, de ces 80 pannes, une trentaine n’ont jamais été réparées, ont constaté les enquêteurs de l’EPSF à l’issue de neuf journées passées sur le terrain.

Entre 800 et 1.000 km de voies sont rénovées chaque année © Sander van der Werf

Le rapport révèle aussi des anomalies sur deux passages à niveau situés sur la ligne Le Dorat – Limoges (Haute-Vienne). Dans le premier cas, les enquêteurs ont découvert des fils électriques abîmés par des rongeurs ; dans le second, ils ont constaté un autre « problème électrique pouvant avoir un impact sur la sécurité ».

Pour Élisabeth Borne, les anomalies constatées n’étaient pas suffisamment graves

Invitée sur RTL le lendemain matin des révélations, la ministre des Transports, Élisabeth Borne, a relativisé la gravité des anomalies constatées, en déclarant que si elles avaient été suffisamment graves, l’EPSF aurait fait cesser les circulations immédiatement.

La ministre a néanmoins admis que ces pannes sont le résultat de « décennies de sous-investissement » et de « décennies de tout-TGV ». « On va être vigilant à ce que les correctifs soient apportés », a-t-elle déclaré.

Passages à niveau, des endroits dangereux – © jeff gynane / Shutterstock

La non-réparation de ces pannes ne doit cependant pas nous étonner. Dans le rapport annuel 2018 de la SNCF, on peut lire, noir sur blanc, que le programme PRISME, adopté en 2016, prévoit l’installation d’un « management par les risques en vue de prioriser les actions et concentrer les énergies ». Par la même occasion, la SNCF annonce cependant avoir investi 5,1 milliards d’euros en 2018 (tous financements confondus) pour la régénération, la rénovation, la modernisation et le développement du réseau.

Illustration bannière : Un réseau ferré immense à entretenir – © olrat / Shutterstock

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis