En Norvège, massacre de rennes par… les trains

Dans le nord de la Norvège, 108 rennes ont été fauchés par des trains ces derniers jours. Au total, plus de 2.000 cervidés ont été tués le long de cette ligne ferroviaire septentrionale entre 2013 et 2016.

Rédigé par MEWJ79, le 28 Nov 2017, à 12 h 25 min

Dans le nord de la Norvège, où quelque 250.000 cervidés vivent à l’état semi-domestique, une ligne de chemin de fer coupe la route de la transhumance des rennes. Et les accidents sont nombreux. Ces derniers jours, 108 rennes ont été fauchés.

Entre colère et tristesse

C’est un véritable drame en Norvège. Une centaine de rennes ont été tués par des trains en l’espace de quelques jours dans le nord du pays. Et les mots utilisés à la radio NRK font comprendre immédiatement qu’il s’agit bien, selon les journalistes, d’un véritable « bain de sang ».

Le pire accident s’est produit ce samedi 26 novembre quand un train de marchandises a fauché à lui seul 65 cervidés qui se trouvaient sur la voie ferrée. Quarante-et-un animaux avaient par ailleurs déjà été fauchés les jours précédents. Une hécatombe à l’approche de Noël !

Rennes fauchés par un train en Norvège – captude d’écran Youtube

Le propriétaire du dernier troupeau décimé, Ole Henrik Kappfjell, est anéanti. « Je suis tellement en colère que j’en ai le vertige », a-t-il ainsi confié à la radio NRK. « C’est une tragédie animale insensée. C’est un cauchemar psychologique que nous vivons aujourd’hui », a-t-il ajouté, entre tristesse et colère donc. Mais comment un tel drame peut-il se produire ?

Une transhumance mortelle : plus de 2.000 rennes ont été fauchés entre 2013 et 2016

Quelque 250.000 rennes vivent à l’état semi-domestique en Norvège, la plupart dans le Grand Nord du pays. Ces jours-ci, les éleveurs emmènent leurs troupeaux vers les pâturages d’hiver, lors de la transhumance hivernale. Mais cette migration des bêtes n’est sans risques.

Selon The Guardian qui relate les faits, au total, plus de 2.000 rennes ont été fauchés le long de cette ligne ferroviaire septentrionale entre 2013 et 2016. Les éleveurs sont à bout : ils réclament la mise en place d’un grillage le long de la voie mais le financement de cette mesure se fait attendre. Et pendant ce temps, les rennes continuent d’être fauchés par les trains.

Un hécatombe au bord de la voie ferrée – capture d’écran Youtube

Un documentariste, Jon Erling Utsi, a pris des photos du drame : les clichés montrent des animaux désarticulés allongés dans une neige tachée de sang. Et le contraste rouge sur blanc est saisissant. Certains rennes blessés ont dû être achevés par balles. Lui aussi a été touché par cette vision d’horreur et a expliqué sur les ondes : « C’était un cauchemar à regarder ».

Et d’ajouter : « Le pire, c’était les animaux qui n’ont pas été tués dans l’accident. Ils gisaient là, souffrants. C’était un bain de sang sur plusieurs kilomètres ».

Illustration bannière : Rennes en Norvège – © Dmitry Chulov
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Je vous attend chez moi, vous pourrez sucer la chose que vous attendez chez moi.
    Venez a plusieurs sa sera marrant

  2. Puisque les animaux en liberté ne respectent pas les trains, faut-il supprimer l’animal ou le train ?

  3. Ugkehnvdo c. Byfsttvvbhjjibiuhxcnm

Moi aussi je donne mon avis