Les éléphants d’Afrique toujours en voie de disparition !

Les éléphants d’Afrique sont-ils en train de disparaître ? Marché de l’ivoire non réglementé, expansion des établissements humains et problèmes de gouvernance dans de nombreux pays frappent toujours de plein fouet les populations de pachydermes en Afrique… Un triste constat en cette journée mondiale de l’éléphant !

Rédigé par Sybille de la Rocque, le 12 Aug 2019, à 17 h 20 min

La population d’éléphants d’Afrique a considérablement baissé depuis 25 ans. C’était déjà la conclusion établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) dans son Rapport sur le statut de l’Éléphant d’Afrique présenté le 25 septembre 2016, lors de la 17e session de la Conférence des Parties (CoP 17) à Johannesburg, en Afrique du Sud. À la veille de la prochaine CoP 18 qui se tiendra du 17 au 28 août prochains à Genève, la situation reste très inquiétante !

Plus de 20.000 éléphants tués chaque année pour leurs défenses en ivoire

Les estimations établies en 2016 sur la base de relevés aériens et de comptage des crottins d’éléphant indiquaient que le nombre de pachydermes aurait baissé de 93.000 entre 2006 et 2015. « L’effectif total du continent est maintenant estimé à 415.000 éléphants », indiquait l’UICN dans son rapport, mettant principalement en cause le braconnage pour l’ivoire, mais aussi la destruction des habitats qui représente une menace croissante pour la survie de l’espèce sur le long terme.

éléphants d'Afrique

Interdiction de braconner ! © Michael Wick

« Ces chiffres révèlent le sort vraiment alarmant de cette espèce majestueuse – l’un des animaux les plus intelligents du monde et le plus grand mammifère terrestre vivant actuellement », affirmait Mme Inger Andersen, alors Directrice générale de l’UICN.  Matt Collis, actuel Directeur des politiques internationales d’IFAW et chef de la délégation IFAW à la CITES, ajoute quant à lui : « Il est essentiel que lors de la prochaine CoP, les pays s’unissent pour faire tout leur possible afin de protéger ces espèces les plus vulnérables ».

Braconnage – Le saviez-vous ?

Les estimations montrent que le commerce illicite d’espèces sauvages est devenu le quatrième plus grand crime organisé international, avec une valeur de plus de 18 milliards de dollars par an.

Le braconnage des pachydermes en Afrique est en recul, notamment en raison de la baisse du prix de l’ivoire, selon une étude publiée fin mai 2019(1) : le nombre d’éléphants tués par braconnage a été divisé par deux entre 2011 et 2017, passant de 10 % à moins de 4 %, mais depuis les années 1970-80, le mal est fait…

Près de 25.000 éléphants sont tués chaque année pour leur ivoire selon l’IFAW, soit environ 70 éléphants par jour !

 

Les éléphants d’Afrique au coeur des enjeux de la Conférence des Parties (COP18) de Genève

Comme lors des précédentes CoP, les éléphants, la lutte contre le braconnage et le commerce illégal de l’ivoire seront au coeur des discussions qui se dérouleront à Genève dans quelques jours, à l’occasion de la 18ème session de la Conférence des Parties (CoP18) de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

La partie n’est pas gagnée d’avance pour les éléphants puisque les pays africains ont présenté des propositions contradictoires donc certaines à l’opposé des idées de conservation de ces majestueux pachydermes.

  • La Zambie est favorable au commerce pour réduire la population d’éléphants sur son territoire et permettre la vente de stocks d’ivoire mais aussi l’exportation de trophées de chasse, des peaux et des cuirs.
  • Le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe voudraient modifier la liste existante pour les éléphants du Botswana, de Namibie, d’Afrique du Sud et du Zimbabwe afin de permettre à tout moment la vente des stocks.
  • Le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Kenya, le Libéria, le Niger, le Nigéria, le Soudan, la République arabe syrienne et le Togo, soutenus par de nombreux autres pays africains, demandent quant à eux, une protection totale des éléphants contre tout commerce international de l’ivoire, en les inscrivant tous à l’Annexe I de la CITES pour une meilleure protection.

L’éléphant d’Afrique reste « virtuellement menacé d’extinction », excepté dans de très rares zones où il est bien protégé, et leur survie pourrait bien dépendre des décisions prises lors de cette prochaine CoP18 par les délégations gouvernementales représentant la plupart des 183 Parties membres. On suivra ça de près !

Article mis à jour et republié
Illustration bannière : Horde d’éléphants d’Afrique au pied du Kilimandjaro – © Paul Hampton
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. On dépense des milliards pour envoyer des satellites qui regardent les déchets plastiques dans les mers et les océans et on ne dépense pas un centime pour protéger ces animaux sauvages qui sont voués à une destruction massive par toutes ces mafias asiatiques ou autres……. on vit vraiment dans un monde DÉMENT !!!!!

Moi aussi je donne mon avis