Les chasseurs de trophées pourront de nouveau tuer des hippopotames en Zambie

Les chasseurs de trophées vont affluer en Zambie, où le gouvernement vient d’autoriser la chasse de 250 hippopotames par an. Une entreprise propose même pour un peu plus de 12.000 euros chacun de tirer cinq hippopotames par voyage et de garder les dents en ivoire des animaux.

Rédigé par MEWJ79, le 6 Jun 2018, à 10 h 00 min

En Zambie, le gouvernement a autorisé les chasseurs de trophées à tuer jusqu’à 250 hippopotames par an. En effet, il est estimé que ces abattages aideront à prévenir les foyers d’anthrax dans une région surpeuplée d’hippopotames.

Le gouvernement zambien autorise les chasseurs à tuer 250 hippopotames par an

La Zambie, pays africain situé à l’est du continent, est aussi connu pour les chutes Victoria que pour ses animaux sauvages. Les touristes y affluent donc par milliers chaque année. La chasse d’hippopotames y est autorisée et même encouragée puisque, le gouvernement zambien vient d’annoncer qu’il allait autoriser les chasseurs à tirer 250 hippopotames par an. Une compagnie proposant des safaris offre même déjà aux touristes la possibilité de tuer jusqu’à cinq animaux chacun !

hippopotames

Chasseurs de trophées anonymes (pas peu) fiers derrière le cadavre encore chaud d’un hippo © Umlilo Safaris

Pourtant, le déclin des hippopotames est spectaculaire et s’est produit dans un temps record. Il reste aujourd’hui entre 128.000 et 148.000 hippopotames en Afrique. Et l’espèce pourrait s’éteindre d’ici trente ans.

Le département zambien des parcs nationaux invoque une bonne raison. Il avance que l’abattage aidera à prévenir les foyers d’anthrax dans une région surpeuplée d’hippopotames. Le problème a été aggravé par des précipitations inhabituellement faibles, qui risquent d’accentuer les épidémies, selon l’association caritative de défense des animaux sauvages, Born Free.

Pour rappel, l’anthrax est une maladie potentiellement mortelle causée par des bactéries vivant dans le sol. Les hippopotames sont sensibles à l’infection et peuvent la transmettre aux humains si ces derniers mangent de la viande infectée.

Une entreprise offre de tuer jusqu’à 5 hippopotames par personne pour un peu plus de 12.000 euros

En 2016 déjà, la Zambie a prévu un abattage de la sorte, mais avait dû y renoncer sous la pression des défenseurs des animaux. Pour sa part, Born Free accuse le gouvernement d’avoir annulé « secrètement » la décision et de « promouvoir l’abattage pour les chasseurs de trophées », selon le site anglais The Independent. Will Travers, directeur général de l’ONG, y a déclaré que les autorités n’avaient pas fourni assez de preuves montrant une surpopulation d’hippopotames dans la rivière Luangwa, ni rendu publiques toutes les données justifiant l’abattage.

La chasse « sportive » comme moyen de réguler les populations d’hippopotames ? © Vector Tradition

Et les conséquences pourraient être dramatiques. La Zambie est un pays qui attire ces chasseurs de trophées et certains en profitent. Ainsi, Umlilo Safaris a commencé le mois dernier à offrir à ses clients une chasse aux hippopotames de cinq jours dans la vallée de Laungwa pour 10.500 livres-sterling (un peu plus de 12.000 euros) chacun. La page Facebook de l’entreprise précise que les chasseurs peuvent tirer cinq hippopotames par voyage et garder les canines des animaux.

Dans un communiqué, le ministère du tourisme de la Zambie se défend et déclare que l’abattage permettait de maintenir un « habitat convenable pour les espèces aquatiques et la faune en général », arguant que des abattages similaires avaient eu lieu auparavant. Pour le gouvernement : « Les hippos causent des dommages considérables sur les berges et sont une menace pour l’écosystème de la rivière » !

Illustration bannière : Hippopotames – © Martin Prochazkacz
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Je trouve ça lamentable! comment peut on tuer ces magnifiques animaux qui, eux aussi, sont en voie de disparition? Ce gouvernement assassin est plus intéressé par le fric que par la vie…il n’est certainement pas difficile de tuer l’hippopotame, ce n’est pas de la chasse(que je condamne fermement!!!)mais un meurtre pur et simple! cette décision est inacceptable et horrible…j’ai honte de faire partie de cette espèce qu’est l’homme, prédateur, assassin, avide, etc…

Moi aussi je donne mon avis