El Niño de retour, les températures mondiales repartent à la hausse

Rédigé par Stephen Boucher, le 18 May 2015, à 12 h 03 min

Des températures record au niveau mondial, une sécheresse historique en Australie, de mauvaises récoltes en Asie, mais aussi la fin de la sécheresse en Californie et au Brésil… Quand vous lirez ces nouvelles dans les 12 prochains mois, vous vous rappellerez que vous en avez entendu parler en premier sur consoGlobe : El Niño est de retour, et va réchauffer l’atmosphère. Et alimenter les fils d’actualité.

El Nino : le retour craint du « petit », 2015 battra les records climatiques

El Niño, c’est un peu comme Kirikou : il est petit, mais il peut beaucoup. Il fait partie d’un cycle climatique, oscillant sur plusieurs années entre les phases plus froide de sa soeur, La Niña, et les siennes, chaudes. Dans une phase « du petit », la température de la surface des océans se réchauffe, les vents d’est au niveau de l’Equateur se ralentissent, voire s’inversent, et la planète, en général, se réchauffe.

L'agence américaine NOAA a révélé en premier le retour de El Nino à partir des données océanographiques

L’agence américaine NOAA a révélé en premier le retour de El Nino à partir des données océanographiques

Le retour du fils prodigue était attendu par les scientifiques en 2014, mais il n’a pas répondu à l’appel. Cette année toutefois, des chercheurs américains ont annoncé en mars(1) qu’un El Niño faible s’était enfin déclaré. Ce que viennent de confirmer des scientifiques japonais et australiens, corrigeant toutefois à la hausse les prévisions américaines, pour prévoir un « petit » beaucoup plus grand, avec des implications mondiales énormes.

  • Beaucoup plus de pluie au Brésil, ce qui pourrait être une bonne nouvelle dans certaines régions, certaines, dont la capitale, souffrant d’une sécheresse intense ;
  • Le retour de l’eau en Californie  ;
  • En Australie, l’effet pourrait bien être inverse : exacerbation de la sécheresse dans de nombreuses régions du pays.
  • Pour l’Europe, les conséquences sont beaucoup moins claires : les chercheurs suggèrent que l’impact principal pourrait se faire sentir en hiver, avec des températures plus basses et des conditions plus sèches en Europe du Nord, tandis qu’à travers l’Europe du Sud et la Méditerranée, l’hiver pourrait être plus humide et plus doux. Lors du dernier passage d’El Nino, en 2009-10, l’hiver en Europe du Nord avait été exceptionnellement froid.
  • Au niveau mondial toutefois, on prédit avec une très forte probabilité des températures plus élevées, avec probablement des records de températures jamais atteints. Les 10 années les plus chaudes jamais enregistrées à ce jour au niveau mondial l’ont été depuis 1998, 2014 établissant le dernier record, pourtant sans effet El Niño.
El Nino - Les sécheresses affectent en priorité les zones sensibles

El Niño – Les sécheresses affectent en priorité les zones sensibles © Nick Fox / Shutterstock.com

Alarme utile à quelques mois de la COP21

Le triste record attendu pour 2015 rappellera aux négociateurs climat réunis à Paris à la fin de l’année l’urgence d’agir. Si « Kirikou est petit, mais c’est mon ami », El Niño promet d’être bien moins amical dans les prochains mois.

Photo bannière : © Shutterstock – Entry of Douro River harbor on the first big storm of the year

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis